Jeudi 17 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ESCAPADE - Sejnane, le village des potières

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 03/09/2014 à 23:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Réputée pour ses poteries berbères presque exclusivement féminines, Sejnane mérite le détour, sur la route de Tabarka, pour découvrir le travail de ces femmes qui perpétuent un artisanat ancestral

crédit photo : Ethnicring

Sur les hauteurs du massif de Mogod, le village de Sejnane domine la plaine verdoyante et les bocages champêtres. C'est ici que les femmes, depuis des siècles, réalisent des poteries naïves et originales. Leurs fabrication, formes et décorations remontent à la fin de l'âge de bronze méditerranéen.

Les motifs et les décors caractéristiques sont composés de matières végétales, du moins pour les originaux. Malheureusement aujourd'hui, pour répondre à la demande croissante des touristes, on trouve de nombreuses contrefaçons : cuisson baclée, argile de mauvaise qualité, colorants chimiques.

Des motifs symétriques et convergents tracés en rouge et en noir, des formes naïves frôlant parfois l'art moderne, ce sont les inimitables poteries de Sejnene.

La potière pétrit l'argile qu'elle sculpte et moule à la main et la polit ensuite avec un galet ou un coquillage. La cuisson de ces poteries demeure très primitive puisqu'elle utilise la seule chaleur du soleil.

Les décors sont réalisés avec de l'argile rouge et du lentisque et d'après la légende, vernis à la bave d'escargot.

Un collectif pour soutenir leur savoir-faire

C'est la fondation ESSALEM qui a « lancé » les fameuses poteries de Sejnane. Lire notre article ICI

En 2013, dans le but de créer une coopérative artisanale et sensibiliser le maximum d'investisseurs, un collectif d'artistes tunisiens et étrangers en collaboration avec la population locale ont travaillé communément pendant plusieurs mois sur le projet "Laaroussa" (fiancée, poupée). Ils ont donc mis en place et animé les ateliers, assurant toutes les charges d'organisation liées aux démarches administratives, logistique et de communication. Conçues dans un esprit de partage des savoirs et des talents, les activités ont su exploiter les aptitudes de chacune : maîtrise des différentes étapes de la fabrication des poteries, couture, chant, danse, conte, nourriture, garderie des enfants.

Si vous avez du temps, le lac d'Ichkeul, à quelques kilomètres en direction de Bizerte vous offre une ballade revigorante au milieu d'espèces protégées.

Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) jeudi 13 juin 2013

 

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet