TEST: 2293

Massacre de Sagamihara : condamnation à mort pour Satoshi Uematsu

Par Julien Loock | Publié le 16/03/2020 à 13:21 | Mis à jour le 16/03/2020 à 13:24
peine-de-mort-japon

Au Japon, un homme a été condamné à mort lundi pour le massacre à l'arme blanche, commis en 2016, dans un centre de suivi de personnes handicapées, dans la préfecture de Kanagawa, près de Tokyo. 19 personnes ont été tuées et 26 autres blessées dans cette attaque.


Satoshi Uematsu, un ancien employé de 30 ans de cet établissement de soins, situé à Sagamihara, avait reconnu les meurtres lors de ses audiences au tribunal de district de Yokohama. Selon lui, les personnes handicapées, incapables de communiquer, n'ont aucun droit humain. Ses actions ont été inspirées par les idées du capacitisme et de l'eugénisme. 


Les procureurs ont exigé la peine de mort pour Satoshi Uematsu, alors que les avocats de la défense ont fait valoir qu’il ne devrait pas être tenu pénalement responsable de ses actes, étant donné son état mental.


L'homme a déclaré, le mois dernier à la cour, qu'il ne ferait pas appel de la décision, quelle qu'elle soit.


Pour la défense, la personnalité de l'accusé a radicalement changé à partir de 2015. C'est la forte consommation de marijuana de Satoshi Uematsu, qui aurait déclenché un trouble mental, menant à l'attaque.


Pour justifier la peine capitale, les procureurs ont fait référence au grand nombre de victimes ainsi qu'aux remarques discriminatoires envers les personnes handicapées.


Dans la nuit du 26 juillet 2016, Satoshi Uematsu, alors âgé de 26 ans, s'était introduit dans le centre de suivi de personnes handicapées, dont il avait été un des employés. Son massacre à l'arme blanche a coûté la vie à 19 personnes. Cette attaque est l'attaque au couteau la plus meurtrière au Japon depuis 1945.
 

Sur le même sujet
Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tokyo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com