Vendredi 4 décembre 2020

JO 2020 : Séoul veut bannir le drapeau impérial japonais

Par Julien Loock | Publié le 10/12/2019 à 10:20 | Mis à jour le 10/12/2019 à 11:35
drapeau-imperial-japon-seoul-bannissement

Dans un message posté sur Twitter la semaine dernière, le gouvernement sud-coréen a rappelé que, selon lui, le drapeau impérial japonais (Kyokujitsu-ki) est un "drapeau de haine". Séoul cherche à bannir ce drapeau afin qu'il ne soit pas déployé sur les sites des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020.


Composé d'un soleil et de rayons irradiants rouges, ce drapeau représente pour certains un symbole du passé militaire japonais et d'agression, puisqu'il était utilisé par l'armée et la marine impériales japonaises. Certains spectateurs nippons le déploient parfois lors d'événements sportifs au Japon et à l'étranger.


La semaine dernière sur Twitter, le gouvernement sud-coréen a précisé : "Merci de le crier ensemble : #BanTheFlag. Le drapeau impérial (ndlr: the Rising Sun flag) est un drapeau de haine. C'est un drapeau utilisé dans les rassemblements anti-coréens au Japon ou dans les discours de haine. Un tel drapeau ne devrait pas être utilisé aux JO, considérés comme un symbole de paix et d'harmonie."


Ce tweet en coréen intervient dans un contexte de tensions continues entre Séoul et Tokyo au sujet, entre autres, du travail forcé en temps de guerre, de la détérioration des relations commerciales et sécuritaires et du contrôle aux exportations imposé par le Japon. 


Le gouvernement japonais soutient que la conception du drapeau symbolise le soleil, comme le fait le drapeau national japonais, et qu'il est largement utilisé dans le pays depuis longtemps.


En septembre, le ministère sud-coréen des Sports a déposé une plainte auprès du Comité international olympique, affirmant que le drapeau du Soleil Levant à 16 rayons est comparable à la croix gammée nazie.


Le CIO avait alors répondu diplomatiquement, dans un communiqué, "lorsque des problèmes surviennent au moment des JO, nous les examinons au cas par cas."


Alors que les relations entre Tokyo et Séoul s'enveniment depuis plusieurs mois, une note positive est à mentionner tout de même. De hauts représentants du Japon et de la Corée du Sud vont se rencontrer le 16 décembre à Tokyo pour discuter des questions commerciales... une première depuis plus de trois ans !
 

Nous vous recommandons

Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Tom Ikebukuro jeu 13/08/2020 - 11:59

Il faudrait rappeler qu'il existe deux formes proches de ce drapeau : - celui avec le disque du soleil au centre (comme le drapeau national) et ses rayons. C'était bien le drapeau de l'armée japonaise. - celui avec le disque solaire décalé du côté de la hampe et ses rayons (donc pas symétrique) qui est celui de la Marine des Force d'Auto-défense du Japon actuel. cette version n'est pas un drapeau imprégné de la période nazie... Il est semblable au drapeau français portant une ancre dans la partie blanche, c'est un pavillon naval et pas réellement un drapeau de pays. Il faudrait donc aussi que la Corée demande que l'Italie n'ai pas le droit à son drapeau, quelles Marques Krupp qui a fabriqué des canon et des obus, Man qui a fabriqué des camions qui ont gazé des juifs, VW et Porsche qui ont fabriqués des véhicules pour l'armée allemande, Bayer qui a fait des tests sur des humains, qui a exploité des humains dans les camps, qui a fabriqué le Zyklon B etc... soient interdit dans le monde... Moi je suis pour, allez la Corée, courage.

Répondre

Actualités

A ne pas rater : la TVA 100% remboursée sur vos prochains achats !

On a tous vu nos projets de voyage quelque peu bousculés cette année, et beaucoup d’entre vous, qui aviez prévu de revenir en France cet été, ont dû annuler leurs vacances… C’est pas de chance ! La...

Vivre à Tokyo

INTERVIEW

Philippe Lan (Cindex) - « La mobilité doit être une collaboration »

Le Cindex est une association interprofessionnelle qui réfléchit et met en place avec ses membres les stratégies et politiques de mobilité internationale.