Anecdotes d'expat au pays du soleil levant : garder un regard neuf sur l’expatriation

Par Capucine Taconet | Publié le 27/11/2021 à 02:00 | Mis à jour le 27/11/2021 à 02:00
Photo : portrait Rose Anecdotes expat pays soleil levant
portrait Rose Anecdotes expat pays soleil levant

L’expatriation au Japon est toujours pleine de surprises, bonnes ou mauvaises. Rose en a fait l’expérience dès son installation avec sa famille en 2018. Pour autant, cette franco-suisse a pris le parti de rire de ses mésaventures dès le départ. Elle les partage sur sa page « Anecdotes d’expat au pays du soleil levant », pour le plus grand bonheur de ses proches.

 

Des bonbons au camembert, aux dictons en français pour faire plus chic sur les paquets de pop corn, en passant par les housses de sièges auto « Totoro », la vie quotidienne au Japon ne lasse pas de faire sourire les francophones expatriés ! Rose nous raconte son expatriation à travers son regard de blogueuse. Une interview qui invite à garder les yeux ouverts et à s’étonner des petits détails de tous les jours.

 

 

Pourquoi avez-vous créé votre page Facebook  «  Anecdotes d'expat au pays du soleil levant » ?

Depuis que je me suis installée au Japon avec ma famille en 2018, mes proches m’interrogent souvent sur les différences entre le Japon et la Suisse et la France et j’étais contente de leur partager mon quotidien. Souvent, je leur envoyais des photos de choses drôles, des blagues, et nous en riions ensemble. Rapidement, j’ai pensé qu’au lieu de raconter dix fois l’anecdote en message privé, le plus simple serait d’en parler sur une page Facebook.

 

J’avais déjà eu plusieurs blogs auparavant, et j’aime l’aspect simple et ludique de ces pages. Je me suis donc lancée il y a un an et demi. En parallèle de cette page humoristique, je tiens une autre page Facebook, elle plus informative, à propos des activités culturelles de ma préfecture au Japon, Aomori.

 

bonbons fromage caramel
Rose aime bien partager ses trouvailles insolites, comme ces bonbons goût caramel-fromage !
​​​

 

Aviez-vous pour but d’en vivre en la créant ?

Plusieurs personnes de mon entourage m’ont incités à me rapprocher de l’office du tourisme pour créer un partenariat avec ma page, mais je ne suis pas prête à mettre autant d’énergie dans ce projet pour le moment. Partager est un plaisir pour moi, qu’il s’agisse d’anecdotes ou d’informations touristiques, je suis toujours heureuse d’en faire profiter les autres.

 

 

Qu’est-ce que cela apporte à votre expatriation ?

Ma page est surtout connue de ma famille et mes amis, mais j’ai pu être sollicitée quelques fois par d’autres personnes. J’ai été contactée par la blogueuse de Yapalefeuaulac, qui interview des expatriées suissesses partout dans le monde, et aussi par des personnes qui m’ont demandé des renseignements sur ma préfecture avant de s’y installer.

 

Je suis surtout heureuse de partager avec les personnes qui sont loin du Japon. Au-delà, des stéréotypes que l’on a souvent sur le Japon qui se réduisent aux mangas, aux gaishas et aux cérisiers, je souhaite montrer notre quotidien tel qu’il est réellement. Nous vivons à la campagne dans une préfecture assez reculée du Japon, et notre quotidien n’a rien à voir avec celui de Tokyo.

 

hôtel étoilé au Japon : un futon sur le sol !
Découvrir le concept de l'hôtel étoilé au Japon : un futon sur le sol !

 

C’est important de pouvoir rire des difficultés de l’expatriation ?

Dans l’expatriation, la solitude peut être difficile parfois, et pouvoir rire des bizarreries du quotidien fait du bien.

 

Je me souviens de notre arrivée au Japon et des nombreuses frustrations que je ressentais les premiers jours. Je souhaitais continuer à appliquer un mode de vie zéro déchet, comme en France, mais je me suis rendue compte que le plastique était roi au Japon. Impossible d’aller faire des courses sans que tout soit emballé dans des tas d’emballages, et alors que j’avais l’effort de ne choisir que des produits vendus sans plastique, la caissière m’a consciencieusement emballé mes courses dans des dizaines de sacs plastiques.

 

J’avais envie de pleurer sur le moment, mais avec le recul, j’ai trouvé ça drôle. « Je n’ai pas besoin de sac plastique » est une des premières phrases que j’ai apprises en japonais !

 

Tourner ce genre d’anecdotes à la dérision permet de rendre cela plus léger, de prendre du recul, et de se rendre compte que cela n’est pas dramatique finalement.

 

 

Votre blog vous a-t-il fait changer de regard sur le Japon ?

Je suis toujours très à l’affût avec mon appareil photo pour prendre des choses différentes. Certaines habitudes se créent lorsqu’on est à l’étranger, mais grâce au blog, je reste toujours en éveil pour trouver une blague qui fera rire mes proches.

 

Une des choses qui me fera toujours autant rire sont les mots en « franponais ». Les Japonais trouvent qu’écrire en français est très chic, et ils portent des mots en français sur leurs vêtements, ou les donnent pour des noms de magasins, mais souvent leurs phrases ne veulent rien dire ! Récemment, je suis tombée sur un restaurant qui s’appelait « la Bosco », un nom prétendument francisé mais qui ressemble davantage à un mix étrange de français et d'italien !

Sur le même sujet
Capucine Taconet

Capucine Taconet

Étudiante nantaise expatriée à Paris pour ses études de journalisme. Elle a connu lepetitjournal.com lors d’un échange universitaire à Bogota et rejoint la rédaction internationale en septembre 2021.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tokyo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale