Lundi 6 juillet 2020

RECONNAISSANCE DES DIPLÔMES – Quels changements pour les Français d'Israël ?

Par Lepetitjournal Tel Aviv | Publié le 30/01/2013 à 00:00 | Mis à jour le 29/01/2013 à 13:46

 

La députée de la 8ème circonscription des Français de l'étranger, Mme Daphna Poznanski-Benhamou, a annoncé cette semaine que certaines formations paramédicales seront intégrées dès la rentrée 2013 au système universitaire français LMD (Licence ? Master ? Doctorat). Explications.

Après avoir rencontré le Collectif Franco-Israélien et être intervenue auprès des ministres françaises de l'Enseignement Supérieur et des Affaires sociales & de Santé, Mme la députée a obtenu l'intégration des formations de masseur-kinésithérapeute et d'orthophoniste au sein du système universitaire français LMD.

Le système LMD (Licence ? Master ? Doctorat) a été instauré en France dans le cadre des accords européens dits de Bologne, dont l'objectif est d'harmoniser le système universitaire européen et d'améliorer la reconnaissance des diplômes européens à l'étranger. Cela passe notamment par une lecture des formations en termes de crédits ECTS (European Credit Transfer System).

Ainsi, le diplôme d'Etat de masseur-kinésithérapeute est désormais reconnu en France au grade de Licence, et l'année préparatoire à l'admission dans ces études est créditée de 60 ECTS, ce qui offre la possibilité aux étudiants d'intégrer par la suite directement une seconde année de Master. Le certificat de capacité d'orthophoniste est reconnu quant à lui au grade de Master.

C'est une bonne nouvelle pour les Français souhaitant faire reconnaître ce type de diplômes particuliers en Israël, car maintenant qu'ils sont intégrés au système LMD, il est plus facile pour les autorités israéliennes de les évaluer et leur donner une équivalence. 

La reconnaissance des diplômes français en Israël est l'une des priorités du Collectif Franco-Israélien, qui est un lobby apolitique né en 2010 et dont l'objectif est de "valoriser l'image de la communauté francophone en Israël" et de participer à leur intégration dans le pays. Ils regrettent que certains diplômes français soient dévalorisés en Israël du fait de la difficulté à leur trouver une équivalence.

En effet, Israël n'étant pas signataire des accords de Bologne, pour obtenir une équivalence de son diplôme français, il faut en faire la demande au centre ENIC-NARIC israélien (European Network of Information Centers ? National Academic Recognition Information Center), qui se trouve au Ministère de l'Education à Jérusalem. La Division pour l'Evaluation des Diplômes Académiques Etrangers israélienne applique une sorte de barème spécifique à chaque formation pour reconnaître les diplômes : un minimum de crédits ECTS et d'heures de cours par semestre, et un nombre minimum de semestres effectués. Par exemple pour obtenir une équivalence de Licence d'infirmier, il faut avoir validé 123 crédits, 300h de cours par semestre et 8 semestres au total.

Or, quand les diplômes ne sont pas quantifiables en crédits, comme c'est le cas de nombreuses formations françaises (classes préparatoires, diplômes d'instituts ou d'écoles spécialisés etc), faire reconnaître sa formation à l'international est plus fastidieux, voire parfois impossible. Un des responsables du cabinet de Mme la député nous explique "qu'hors de France, un diplôme qui n'est pas dans le système LMD n'a aucune valeur".

Les français titulaires d'un diplôme en kinésithérapie ou en orthophonie pourront donc, dès la rentrée prochaine, obtenir plus facilement une équivalence de leur formation et exercer en Israël.

Cependant, encore beaucoup de formations françaises ne sont pas intégrées au système LMD, comme les formations d'infirmiers ou de podologues par exemple. La députée Mme Poznanski Benhamou assure dans son communiqué rester mobilisée pour obtenir la reconnaissance universitaire d'autres formations paramédicales.

Justine SIMONIN (www.lepetitjournal.com/telaviv) Mercredi 30 janvier 2013

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Copenhague Appercu
VOYAGES

Norvège : destination nature par la route du nord

Avec ses 387.000 km², ses 25.000 km (!) de côtes, fjords inclus, et ses quelques 5 millions d’habitants, voilà une destination qui ravira les amoureux de nature à l’état brut !

Sur le même sujet