RELIGION – Qui sont donc ces moines trappistes ?

Par Lepetitjournal Tel Aviv | Publié le 10/10/2012 à 09:19 | Mis à jour le 21/11/2012 à 14:16

Les récents actes de vandalisme commis à l'abbaye de Latroun le lundi 3 septembre 2012 ont affecté tout le pays ainsi que le monde entier. Le vice Premier ministre israélien Dany Ayalon a affirmé que cela ne touchait pas que les moines de l'abbaye, mais le peuple juif et l'Etat d'Israël dans son ensemble. L'occasion pour lepetitjournal.com Tel-Aviv de découvrir au quotidien la vie, méconnue, de ces hommes

L'abbaye de Latroun ? Photos : LPJ Tel-Aviv

Les moines de Latroun sont des moines cisterciens appartenant à la grande famille monastique qui se réfère à la Règle de Saint-Benoît (480-547). Issu de la restauration de la règle bénédictine, l'ordre cistercien, connu également sous le nom d'ordre de Cîteaux, remonte à la fondation de l'abbaye de Cîteaux en 1098. Un groupe de moines de la Trappe, monastère cistercien de Normandie survécut seul à la Révolution française de 1789 et prolongea l'existence de l'Ordre, d'où le nom populaire de Trappistes. C'est de l'abbaye de Sept-Fons (diocèse de Moulins) que sont venus les moines pour établir la trappe de Latroun en 1890. Après des expulsions du fait de la situation politique lors de la Première Guerre mondiale, les moines revinrent s'installer en 1926 à Latroun et commencèrent la construction du monastère tel qu'il existe actuellement.

Se rattachant à la règle de Saint Benoît, les moines trappistes de Latroun définissent leur espérance de Dieu par une vie de prières, de contemplation et de travail.

Ils font partie de 'l'ordre cistercien de la stricte observance' (O.C.S.O).

La chapelle de l'Abbaye de Latroun

Pour apprécier le silence, il faut fuir bruit, ronronnement et fracas, réapprendre à écouter. Soudain, le calme devient possible, il nous invite à le suivre. L'esprit libéré, la beauté nous attire, la concentration nous guette, la contemplation arrive.

Hymnes, psaumes, lectures se succèdent, cadencés par le silence. Et cela, sept fois durant la journée, car comme dit le prophète, ?sept fois le jour, j'ai proclamé ta louange?.

Cette ponctuation serrée de l'existence favorise la vigilance, oblige à se consacrer au moment présent. Les cloches annonçant les offices se chargent de rappeler à l'Eglise la communauté éparpillée.

L'abbaye de Latroun est connue pour son vin de bonne qualité. Nombreux sont les visiteurs qui passent par la cave afin de déguster ce vin si précieux. Il y a également le potager ou les tâches quotidiennes de nettoyage. Le travail est très important pour les moines de l'abbaye. "L'oisiveté est l'ennemie de l'âme". C'est pour cette raison que ces derniers consacrent un temps fixe au travail manuel. Et si ce n'est pas le travail manuel ou l'office, l'étude des textes bibliques comble l'espace-temps manquant.

La vocation monastique est un choix difficile à expliquer au 'commun des mortels'.

Les jardins de l'Abbaye

Pour certain, c'est l'amour de la liturgie qui dicte ce choix, pour d'autres, la vie fraternelle. Certains apprécient le travail manuel imprégné de prière, d'autres sont saisis par le silence rempli de la présence de Dieu.

Afin d'intégrer le monastère, le nouveau venu commence par une période de probation de deux années au cours desquelles la communauté observe ses aptitudes à s'harmoniser aux us et coutumes en vigueur à Latroun.

Au terme de ces deux ans, le novice s'engage pour une période d'au moins trois ans, "conscient que cette alliance, encore temporaire, est déjà une promesse de fidélité dans la confiance au Seigneur".

Puis, une fois ces cinq années passées, le novice s'engage par "les v?ux définitifs, perpétuels et solennels par lesquels il promet stabilité dans la communauté et vie selon la Règle de Saint Benoît" nous explique un frère.

Pas encore prêt à rentrer dans la vie monastique, lepetitjournal.com Tel-Aviv a néanmoins pris le temps de suivre le rythme des moines de l'Abbaye de Latroun pendant quelques jours.

Frère Antoine et Père François réservent un accueil chaleureux aux visiteurs qui sont hébergés à l'hôtellerie de l'abbaye. Ces derniers peuvent suivre le rythme des offices et des prières communes avec les moines.

Ce type de séjour est accessible à tous. Il suffit de prendre contact au préalable.

Les jardins de l'Abbaye

Une fois sur place, installé dans une des chambres de l'hôtellerie, clefs en main, il vous est possible d'accéder aux offices de la journée, alors interdite au simple visiteur.

En effet, seules les messes du samedi et du dimanche matin sont accessibles au public.

Ouverte dans la journée, (entre deux offices), l'abbaye accueille des touristes pour une visite de l'Eglise. Vers 16h30, les bruits disparaissent et l'on retrouve le calme du matin. 17h, les cloches sonnent, l'heure de se diriger vers l'Eglise pour les Vêpres. Puis vient le diner et enfin, à 19h30, le dernier office de la journée, les Complies.

Les moines chantent leur confiance et leur abandon dans les mains de Dieu. Beauté simple, chant à capella dans une église sombre, seulement éclairée par quelques bougies, le temps se fige, l'émotion est grande. Les discussions avec les moines ne sont pas courantes. Mais qu'importe, le partage pendant la prière est immense. Il suffit de regarder leurs visages pour comprendre que cette vie leur apporte amour et bonheur. ?Dieu est Amour, celui qui demeure dans l'Amour demeure en Dieu et Dieu en lui? (Jean 4 :16).

Antoine RIPAUD (www.lepetijournal.com/telaviv.html) Mercredi 10 octobre 2012

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tel Aviv !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale