KEIWAN BOROUMAND - "La langue française a une place importante en Iran"

Par Lepetitjournal Téhéran | Publié le 01/11/2016 à 00:00 | Mis à jour le 05/10/2016 à 18:18

 

Nous avons rencontré Keiwan Boroumand, un jeune et prometteur réalisateur et cinéaste iranien de 29 ans  qui nous parle de son parcours et de ses relations avec la France.

lepetitjournal.com/Téhéran - D'où est venu cet intérêt pour le cinéma?

Keiwan Boroumand - Je pense que cette passion me vient de l'enfance, la première fois que j'ai vu une caméra, j'ai tout de suite compris que je devais tout mettre en oeuvre pour savoir utiliser cet objet afin de capter les ambiances autour de moi.

Quel a été votre parcours?

À 20 ans, j'ai commencé à étudier à l'Institut des jeunes cinéastes de Téhéran, j'y suis resté pendant 4 ans et j'y ai suivi plusieurs modules, puis par le biais d'un ami, je suis rentré travailler en tant qu'assistant caméraman pour la télévision iranienne ou j'ai acquis beaucoup d'expérience. J'ai ensuite travaillé dans des agences de publicité et conçu des spots publicitaires pour des grandes marques iraniennes notamment Irancell et la Banque Sepah.

Avez-vous hors de ces expériences, eu des travaux plus personnels ?

J'ai travaillé à la réalisation de clips pour des chanteurs iraniens assez connus comme par exemple Nariman, Mehdi Moghadam et le dernier en date Farid Karimian. J'ai essayé de transposer leurs univers musicaux à travers la réalisation de clips originaux, se rapprochant au mieux de l'ambiance qu'ils souhaitaient montrer au public.

Vous êtes également francophone, pourquoi avez-vous privilégié le francais plutôt que l'anglais ou une autre langue ?

J'ai été influencé par le travail de Ali Hatami, un cinéaste contemporain iranien et francophone malheureusement décédé. Son travail m'a beaucoup apporté. Vous savez que le français a une place importante en Iran, peut-être sous-estimé ces dernières années du fait du refroidissement des relations franco-iraniennes... Mais au final nos cinéastes ont remporté deux palmes au festival de Cannes montrant à notre génération que nous devons créer des ponts entre nos cultures afin de mettre en valeur nos similitudes plutôt que nos divergences. 

Quelles ont été vos expériences en France, y allez-vous souvent ?

J'ai participé à des évenements culturels, notamment en relation avec le théatre, je m'y suis rendu à plusieurs reprises et j'ai décidé de soutenir ma thèse de Doctorat en cinématographie en France.

Vous allez donc continuer votre parcours en France ?

C'est effectivement mon projet, je souhaite me rendre en France afin de faire un peu de chemin et d'apprendre encore plus.

Quel sera le sujet de votre soutenance ?

Je souhaite travailler sur une adaptation cinématographique du roman d'Albert Camus "L' étranger" que j'estime être une source intéressante pour un travail franco-iranien. Je planche sur le sujet depuis 3 ans,  ce sera un travail original parseméde surprises mais qui au final donnera une vision plus approfondie de mon approche sur le rapprochement de nos deux cultures.

Cliquez ici pour découvrir le dernier clip réalisé par Keiwan Boroumand

 

Mikael Setti (www.lepetitjournal.com/teheran) Lundi 1 novembre 2016 

logofbteheran

Lepetitjournal Téhéran

L'édition de Téhéran lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Téhéran

7 conseils pour rédiger un projet de formation motivé en tant qu’expat

Le projet de formation motivé sur Parcoursup est une courte lettre de motivation que les lycéens doivent rédiger pour chaque vœu formulé, afin d’expliquer ce qui les incite à candidater à ce cursus.

Sur le même sujet