TEST: 2289

Lars Tunbjörk, celui qui capture les couleurs de la vie quotidienne

Par Sarah Ziaï | Publié le 05/10/2018 à 06:30 | Mis à jour le 05/10/2018 à 06:30
Photo : Lars Tunbjörk, “Middsommar i Rättvig“, 1988 Crédits : Sarah ZIAI
lars-tunbjork-suede-photographie

L'oeuvre du célèbre photographe suédois Lars Tunbjörk est exposée au Fotografiska du 14 septembre au 2 décembre. L'exposition A view from the side est très complète et montre toute la diversité et la richesse du travail qu'a mené Lars Tunbjörk au cours de sa vie. À découvrir au plus vite ! 

 

Une entrée dans l'intimité 

 

lars-tunbjork-suede-photographie
Lars Tunbjörk, “Stokholm“, 1991 Crédits : Sarah ZIAI

 

Pour tous les photographes suédois des années 1990, le concept de faire une “Tunbjörkare“ était très répandu. Il s’agit de montrer une image ou un lieu qui reflète les qualités mais aussi l’absurde des observations du quotidien. Lars Tunbjörk capturait ce que tout le monde voyait, le quotidien, la vie, le commun parfois. Mais personne d’autre n’a vraiment réussi à l’imiter.

 

Dans cette exposition, Lars Tunbjörk nous fait voyager dans le quotidien du monde entier, d’une piscine suédoise en été à des bureaux tokyoïtes surchargés en passant par des vues de Chine ou de New York. La muséographie choisie est très sobre. Les murs sont simplement peints en blanc, et chaque réalisation est encadrée de manière très simple, sans extravagance. Des lumières douces éclairent chaque cadre. Le visiteur n’a pas l’impression d’entrer dans un monde nouveau, ni d’être un étranger complet à l’œuvre. Au contraire, le visiteur est intégré à la création, il vit aussi naturellement son quotidien en se rendant au musée. On pourrait d’ailleurs très facilement imaginer une image de gens visitant un musée dans l’exposition de Lars Tunbjörk.

Le visiteur peut ainsi réagir de manière multiple lors de l’exposition. Le photographe fait évoluer son travail entre humour, enthousiasme, concentration, en révélant parfois une part plus sombre de son observation. De ce fait, le visiteur oscille lui-aussi entre rire, malaise, enthousiasme, curiosité ou gêne. Il vit une véritable introspection.

 

 

Un photographe multiple

 

Paysage, portrait, en plan large ou serré, de très loin ou de très près, des visages ou des corps, Lars Tunbjörk manipule son appareil pour offrir une palette très diversifiée de ce qu’il voit, tout simplement.

L’exposition A view from the side est divisée en plusieurs catégories. On retrouve des images de couleurs très vives prises à Stockholm, Fagerås ou encore Rättvik. Sont aussi exposées des captures de bureaux de Tokyo ou New York, mais aussi de petites villes de cow-boys américaines ou encore la ville de Beauvais en France. Une partie de l’exposition se nomme Vinter (Hiver), une saison parfois déprimante pour l’artiste, qui se réfugie alors dans des scènes de la vie quotidienne mais aussi de grands portraits d’inconnus. Lars Tunbjörk a aussi fait parfois le choix du noir et blanc, souvent pour des portraits. On retrouve ainsi dans une petite salle un discret portrait du grand Ingmar Bergman, aux côtés d’une femme de dos, la tête remplie de bigoudis, qui fut photographiée à Borås, ville natale de l’artiste. Le photographe accorde beaucoup d’importance à cette ville, à laquelle il revient souvent et dont il dédiera plusieurs sessions de photographie.

 

lars-tunbjork-suede-photographie
Lars Tunbjörk, “Ingmar Bergman, Director“, 1984
Crédits : Sarah ZIAI

 

 

Enfin, Lars Tunbjörk a aussi fait un passage à Paris, lors notamment de la Fashion Week qui se déroula dans la capitale en 2004. Une vidéo dans laquelle il partage son expérience montre au visiteur les coulisses d’un tel événement mais aussi celles du métier de photographe. On voit l’artiste se faufiler, se fondre dans le décor, flasher des scènes spontanées et réelles. Il a d’ailleurs gagné le premier prix du World Press Photo en 2005 pour un cliché qu’il a capturé pour le journal Libération.

Cet artiste est décédé brutalement en 2015, alors qu’il travaillait sur un projet à jamais inachevé, dont les ébauches sont aussi exposées au Fotografiska.

 

 

lars-tunbjork-suede-photographie
Lars Tunbjörk, “Paris“, 2004 
Crédits : Sarah ZIAI

 

Informations pratiques :

 

Où : Fotografiska,

 

Horaires : Du 14 septembre au 2 décembre

 

Dimanche à mercredi de 9h à 23h

 

Jeudi à Samedi de 9h à 13h

 

Tarifs : 145 SEK, 115 SEK pour les étudiants et seniors, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans

 

Plus d'information sur le site du Fotografiska 

 

 

Sarah ZIAI, 4 octobre 2018 

 

 

sarah ziaï

Sarah Ziaï

Avide de découvertes, j’ai eu un véritable coup de cœur pour la Suède ! Grande passionnée de cinéma, fervente croyante que l’on peut trouver la lumière dans les salles obscures, je suis toujours en veille sur les actualités culturelles diverses et variées
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Stockholm !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale