Mardi 13 novembre 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Suède, une dynastie de tennismen #4 : de l’âge d’or aux abîmes

Par Kristen Collie | Publié le 04/06/2018 à 07:00 | Mis à jour le 04/06/2018 à 07:00
Photo : Les frères Ymer, Elias (22 ans) à gauche et Mikael (19 ans) à droite, incarne l’avenir du tennis suédois. ©Jonas Ekströmer/TT
Les frères Ymer, Elias (22 ans) à gauche et Mikael (19 ans) à droite, incarne l’avenir du tennis suédois. ©Jonas Ekströmer/TT

A l’occasion du mythique tournoi de Roland-Garros (28 mai – 10 juin), la rédaction du Petit Journal Stockholm se penche sur la relation particulière de la Suède avec la balle jaune, sous plusieurs volets, des temps glorieux des Björn Borg, Stefan Edberg ou autre Mats Wilander, au contraste actuel.

Episode I : Björn Borg, la légende

Episode II : Wilander-Edberg, les héritiers

Episode III : le jour où Söderling a fait tomber le roi Nadal 

Episode IV : de l’âge d’or aux abîmes

Il est loin le temps glorieux des Björn Borg, Mats Wilander ou autre Stefan Edberg. De son âge d’or dans les années 80, à l’émergence des Norman, Johansson ou autre Söderling, la Suède était toujours parvenue à installer un de ses joueurs dans le top 10 mondial. Depuis 2010, le tennis suédois ne compte aucun top 100 et est plus proche des abîmes que de l’olympe.

Aucun suédois présent dans le top 100 mondial depuis la retraite prématurée de Robin Söderling. Tel est le constat témoignant de l’irrémédiable déclin du tennis suédois. L’actuel numéro 1 du Royaume se nomme Elias Ymer, jeune joueur de 22 ans d’origine éthiopienne, classé 122ème au classement ATP. Bien qu’il soit promis à un top 20 à l’avenir, cela reste très peu pour un pays qui a vu défiler des légendes de la discipline comme Björn Borg ou Stefan Edberg.

 

Elias Ymer Tennis Suède

 

Durant l’ère Open, quatre joueurs suédois ont remporté un tournoi du Grand Chelem : Björn Borg (11 titres), Mats Wilander (7 titres), Stefan Edberg (6 titres) et le dernier en date Thomas Johansson, vainqueur surprise en 2002 de l’Australian Open. Depuis, malgré les performances ponctuelles de Magnus Norman, ex-numéro 2 mondial, ou dernièrement de Robin Söderling, double finaliste de Roland Garros, aucun joueur suédois n’est parvenu à briller sur la grande scène du tennis mondial. Les résultats en Coupe Davis, intimement corrélés à cet irrémédiable déclin, accentuent un peu plus ce constat d’échec :

 

Bilan Coupe Davis Suède

 

Un creux générationnel 

Le tennis suédois vit un évident creux générationnel depuis la retraite prématurée du bourreau de Rafael Nadal lors de l’édition 2009 de Roland Garros, Robin Söderling. Numéro 4 mondial à l’apogée de sa carrière en 2010, le puissant droitier a contracté une mononucléose l’année suivante, l’éloignant définitivement du circuit. Selon lui, ce creux générationnel s’explique par le manque contemporain de stars suédoises sur le circuit : "le succès engendre le succès. A l’époque, nous avions Björn Borg, Wilander ou Edberg pour nous inspirer. Depuis on n’a pas réellement de stars auxquelles on peut s’identifier", argue-t-il pour Reuters. "Le tennis était très présent dans les médias, et je pense que beaucoup d'enfants faisaient du tennis leur premier choix. J’ai moi-même commencé ce sport en regardant cette génération des Borg, Wilander, Edberg. Je n’avais pas de joueurs préférés, mais il y avait toujours un suédois que l’on pouvait suivre lors des tournois", ajoute-t-il.

 

Eloigné des courts, Robin Söderling entraîne désormais le jeune Elias Ymer, joueur le plus prometteur du Royaume suédois. ©ATP World Tour
Eloigné des courts, Robin Söderling entraîne désormais le jeune Elias Ymer, joueur le plus prometteur du Royaume suédois. ©ATP World Tour

 

Un avenir plus radieux incarné par les frères Ymer ?

"Je pense que le peuple suédois a été gâté les années précédentes avec autant de stars à notre apogée, mais il y a des enfants de 14, 15 ans qui sont très talentueux" dit Robin Söderling, conscient du creux générationnel vécu par le tennis suédois mais qui reste confiant pour l’avenir.

 

Entraîneur depuis 2017 du joueur suédois le plus prometteur du circuit, Elias Ymer (22 ans, 122ème mondial), la Suède devrait à nouveau vibrer au rythme des coups de raquette de ses joueurs. Preuve en est, le jeune suédois vient de remporter son premier match en Grand Chelem cette semaine à Roland Garros :

 

Promis au top 20 voire au top 10 mondial, il pourrait avec son petit frère Mikael Ymer, 19 ans et 368ème à l’ATP, être les fers de lance d’un nouveau cycle pour le tennis suédois.

Source : Eurosport.fr

Kristen Collie, 4 juin 2018

Kristen Collie

Kristen Collie

Franco-britannique diplômé d’un Master en Histoire sciences et techniques et étudiant en Master de journalisme sportif à l’Ecole du journalisme de Nice. Féru d'Histoire, de sports et de Scandinavie.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

Repenser le secteur alimentaire, la mission du Stockholm Food Movement

Intéressés par le développement durable, la nourriture et l’écosystème des start-up suédoises ? La rédaction vous recommande d’assister gratuitement à la prochaine édition du Stockholm Food Movement..

Communauté

PORTRAIT

Portrait : Journal d’un artiste français à Stockholm

Au bord du l'eau dans un charmant appartement au sud de Kungsholmen, se trouve l’atelier d’Alex, artiste français installé à Stockholm depuis près de deux ans. Le Petit Journal Stockholm l’a rencontré

Que faire à Stockholm ?

ENVIRONNEMENT

Repenser le secteur alimentaire, la mission du Stockholm Food Movement

Intéressés par le développement durable, la nourriture et l’écosystème des start-up suédoises ? La rédaction vous recommande d’assister gratuitement à la prochaine édition du Stockholm Food Movement..

Vivre à Stockholm

TRADITIONS

Du chocolat plein les doigts pour le Kladdkakadag !

On a tous ce souvenir d’une bonne odeur de gâteau au chocolat qui envahit la cuisine, lors d’un lointain goûter d’anniversaire. La Suède a décidé de célébrer ce souvenir, en instaurant le...