Lundi 24 septembre 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Suède et le snöröjning à l’épreuve de la vague de froid

Par Kristen Collie | Publié le 02/03/2018 à 07:00 | Mis à jour le 13/04/2018 à 10:08
Photo : Après d’importantes averses de neiges ces derniers jours, de nombreux véhicules de "snöröjning" (déneigement) parcourent les rues de Stockholm et de ses environs. ©Virg'Images
nöröjning Stockholm

Depuis dimanche, un vent venu de Sibérie est à l’origine de la vague de froid s’abattant sur l’Europe occidentale. Entre averses de neige et températures oscillant entre -10 et -15 c°, la Suède n’y a évidemment pas échappé et lutte comme elle sait le faire face à ce "big freeze".  


"Au vu des intempéries et des importantes averses de neige sur Stockholm, mon vol depuis Berlin a été annulé lundi dernier". Comme Yusuf, de nombreux résidents de Stockholm ont été directement impactés par la vague de froid venue de Sibérie et recouvrant la majeur partie de l’Europe occidentale. The "beast from the east" comme l’appellent les médias anglo-saxons, s’impose comme un véritable fléau pour les pays peu habitués à ce genre de météo. A l’inverse, la Suède, plus septentrionale et aguerrie aux hivers rugueux, lutte de manière efficace face à ces conditions météorologiques. 
 

Holmingegränd, quartier de Spånga en périphérie de Stokholm, recouvert de neige ce mercredi 1er mars. ©Kristen Collie
Holmingegränd, quartier de Spånga en périphérie de Stokholm, recouvert de neige ce mercredi 1er mars. ©Kristen Collie

Le système du snöröjning au cœur du déneigement

Le déneigement à Stockholm est une priorité absolue en hiver ou lors d’importantes chutes de neige. La ville comporte près de 4000 rues et de plus petites rues locales à déneiger, labourer et saler. De nombreuses pistes cyclables et piétonnes doivent également être dégagées. Pour cela, la Suède mise sur son système de snöröjning.

Snöröjning Stockholm
©Svartpunkt AB

Trafikkontoret (le bureau de la circulation) et les municipalités sont chargés de déneiger les rues et les parcs de la ville. Le gros du travail pour les routes et les rues principales est cependant effectué par la compagnie privée Snösvängen, ou sous-traité par des entrepreneurs. La ville appelle également ses citoyens à participer à l’effort collectif en déneigeant leur palier de maison voire leur rue.
 

Snöröjning Stockholm
Les voies de circulation ne sont pas les seules à profiter de ce vaste travail de déneigement. ©Anne Demildiset

Snösvängen, la compagnie privée fer de lance du snöröjning

Spécialisée dans le déneigement, cette compagnie a pour principal but de  "créer des environnements de travail plus sûrs et efficaces" souligne Johan Apel, responsable communication de Snösvängen. "Pour cela nous utilisons toutes sortes de machines, véhicules et de forces de travail manuelles en fonction des spécificités de chaque mission; des petits scooters jusqu'aux chargeuses sur pneus de 25 tonnes". 
 

La compagnie s’occupe principalement de déneiger les principaux axes et voies de circulations. ©Snosvangen.se
La compagnie s’occupe principalement de déneiger les principaux axes et voies de circulations. ©Snosvangen.se 

Avec des méthodes de travail et l’emploi de technologies modernes, Snösvängen peut également compter sur un nombre important d’employés et un vaste réseau : "nous disposons d’une équipe de plus de 300 employés et de sous-traitants, disponibles pour une intervention rapide pendant la saison hivernale". Conscient et sûr de son efficacité, Johan Apel vante l’efficacité de sa compagnie sans pour autant donner d’estimation précise : "il n'y a aucun moyen de savoir combien de tonnes nous déneigeons, mais notre responsabilité lors des chutes de neige est d'assurer des environnements de travail sécurisés sur des centaines de sites de la côte ouest à la côte est".

Les réseaux de transports en priorité 

Le système de snöröjning à travers la compagnie Snösvängen permet donc à la Suède et à Stockholm de vivre des hivers plus sereins. La priorité est de déneiger les principaux axes de communications et notamment ceux empruntés par les bus. En parallèle, la ville s’efforce de maintenir la fluidité de son réseau de transports en commun. Yusuf, résident à Stockholm depuis 6 ans ponctue et exprime le sentiment général : "je pense que dans l’ensemble, Stockholm gère plutôt bien ces situations de grand froid et de chutes de neige. Ils proposent toujours des alternatives de bus au cas où les trafics de métro ou de train seraient obstrués". 
 

Kristen Collie, 2 mars 2018

Kristen Collie

Kristen Collie

Franco-britannique diplômé d’un Master en Histoire sciences et techniques et étudiant en Master de journalisme sportif à l’Ecole du journalisme de Nice. Féru d'Histoire, de sports et de Scandinavie.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

sprotch ven 02/03/2018 - 09:51

Étrange article où le verbe déneiger (snöröja) est bien utilisé dans le corps de l'article alors que les titres, sous-titres et chapeaux n'utilisent pas le terme déneigement lui préférant l'imprononçable "snöröjning" suédois. Est-ce à cause de l'intervention de la plume "impactante" d'un rédacteur en chef voulant faire plus moderne ?

Répondre
Commentaire avatar

LouisK sam 03/03/2018 - 12:41

@Sprotch : votre attaque personnelle vers le rédacteur en chef dans le commentaire d’un article est vraiment navrant. "Snöröjning" est précisément comme vous l’écrivez un mot suédois. Pourquoi alors ne pas l’utiliser au même titre que “Jul”, “Semlor” et consort, dans un journal dont le lectorat a fait de la Suède sa maison ? Donc s’il vous plaît sprotch épargnez-nous vos commentaires pathétiques dirigés vers une personne que nous ne connaissons même pas mais qui de mon point de vue fait justement de bons choix éditoriaux. Et bravo à l’équipe du Petit journal et son rédacteur en chef, nous sommes derrière vous !

Répondre
Commentaire avatar

Kristen Collie ven 02/03/2018 - 18:08

Bonjour, Je suis l'auteur de l'article et j'ai préféré ce terme non pas pour faire plus "moderne" mais pour rester fidèle au concept suédois. Après c'est selon les points de vue. Privilégier la VO et, comme je l'ai dit précédemment, rester fidèle au concept, ou vulgariser et traduire le propos jusqu'au bout. Une autre plume aurait très bien pu faire un choix différent je vous l'accorde. J'espère vous avoir donné plus d'éclaircissement quant à ce choix éditorial. :) Bonne journée !

Répondre
Sur le même sujet