TEST: 2289

ENVIRONNEMENT - Des initiatives suédoises pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Par Sarah Chabane | Publié le 05/04/2017 à 03:40 | Mis à jour le 13/05/2019 à 14:24
Gaspillage alimentaire

 

 

Selon l'Agence suédoise de protection de l'environnement (Naturvårdsverket) le gaspillage alimentaire en Suède s'élève chaque année à 1.3 million kg soit 134 par personne. Ce gaspillage est présent à chaque niveau de la chaîne, du champ à l'assiette, mais est d'autant plus important au niveau du foyer qui représente 74 kilogrammes par personne et par an. Si depuis peu, les grandes chaînes de supermarché se penchent sur la question avec des campagnes de communication  diverses et variées, d'autres initiatives voient le jour en Suède et aspirent à changer avant tout les modes de consommation. Aperçu. 

 

Un supermarché social et solidaire contre le gaspi : Matmissionen

Stockholms Stadsmission, une association qui vient en aide aux plus démunis, a décidé depuis 2015 de s'attaquer à la problématique du gaspillage alimentaire avec son projet Matmissionen. Après avoir vu son premier supermarché détruit par un incendie, le phénix renaît de ses cendres en septembre 2016 à Veddesta et en mars dernier à Hägersten. La philosophie de Matmissionen s'articule autour de trois objectifs principaux dont celui de lutter contre le gaspillage alimentaire. Matmissionen ne met en rayon que des produits rejetés par les enseignes traditionnelles mais entièrement propres à la consommation. Ce sont par exemple des stocks invendus de produits saisonniers ou dont l'emballage a été abîmé lors du transport, des fruits et légumes légèrement flétris ou même des denrées dont la date limite de consommation a été dépassée. Autrement dit, lorsqu'on fait ses courses à Matmissionen tous les produits ne sont pas disponibles, il n'y a pas la variété que l'on pourrait rencontrer dans des enseignes classiques mais il y a largement de quoi se ravitailler. On trouve souvent une grande quantité de plusieurs produits qui se sont mal vendus, ou rejetés pour des raisons esthétiques ou une mauvaise gestion des stocks. Les prix sont inférieurs à ceux des supermarchés classiques et parfois même dérisoires comme du pain sans gluten vendu une couronne. 

 

matmissionen Hagersten
Matmissionen à Hagerstensåsen - Photo : S Nilsson, Matmissionen


Si tout le monde est bienvenu à Matmissionen, l'un des objectifs du supermarché est aussi de permettre aux personnes en situation précaire de faire leurs courses à moindre coût. Il faut répondre à des critères d'éligibilité en lien avec une situation sociale particulière comme le fait d'être au chômage ou d'avoir des revenus inférieurs à 8.700kr par mois. Dans ce cas, les prix des produits sont souvent divisés par trois. Enfin, Matmissionen s'engage aussi à favoriser la réinsertion professionnelle en permettant aux personnes volontaires d'accéder à une formation et d'acquérir une expérience dans le commerce de détail. En proposant une autre manière de consommer écologique et économique, Matmissionen interroge la surconsommation et les modes de distribution traditionnels tout en aidant les publics en difficulté.

 

Faire appel aux nouvelles technologies pour limiter le gaspi, l'exemple de Karma
 

Des initiatives anti-gaspi se développent aussi grâce aux nouvelles technologies. C'est notamment le cas de Karma, application suédoise lancée en novembre 2016 à Stockholm qui a rapidement conquis le pays. 

karma stockholm


Le principe est simple, l'application - disponible gratuitement - met en relation des commerces et des consommateurs potentiels. Plus ou moins quotidiennement, les cafés, boulangeries, restaurants, supermarchés en partenariat avec Karma proposent aux utilisateurs leurs invendus à moitié prix. Le choix est vaste et varie au quotidien. Ayant fait son choix, l'utilisateur paye via la plateforme et récupère son achat en magasin après avoir montré le reçu.

"Fais une bonne action et sois récompensé!" Cette philosophie a donné son nom à l'application, explique Elsa Bernadotte COO et co-fondatrice de Karma. Tout en réduisant le gaspillage, il s'agit pour le consommateur de faire des économies et de bien manger, et pour le commerçant de limiter les pertes en attirant de nouveaux clients. Tout le monde est gagnant, même la planète.

Le succès de Karma ne s'est pas fait attendre avec 40.000 utilisateurs actifs et une croissance visant les 300 ? 400.000 utilisateurs d'ici la fin de l'année 2017. L'application entend ainsi changer radicalement les modes de consommation en Suède. Les commerces aussi sont conquis par le concept et Karma compte 200 partenariats dont certains avec des enseignes majeures tels que Wayne's Coffee ou ICA. L'application a plusieurs fois été nominée lors de prix célébrant les innovations techniques contre le gaspillage et aspire dorénavant à traverser les frontières.
 

Selon Elsa Bernadotte, "nous pouvons tous faire des petits pas qui une fois accumulés feront une différence significative". Télécharger une application, mieux ranger son réfrigérateur, s'informer sur les dates dites de péremption sont des efforts raisonnables pour limiter une crise alimentaire, environnementale et sociale majeure.
 

Pour plus d'infos :
Sur les initiatives anti gaspillage de différentes enseignes en Suède : (suédois) Coop / Willys / ICA 
Sur comment ranger son réfrigérateur (français)
Sur les dates limite de consommation et date de durabilité minimale (français) 

Sur Matmissionen  (suédois)


Infos pratiques :
Matmissionen à Hägersten : Tbana Telefonplan/ Hägerstensåsen. 
Horaires: Lundi au vendredi: 12h - 17h30 

Sarah Chabane pour lepetitjournal.com/stockholm/ le 05 avril 2017 

Sarah Chabane photo portrait

Sarah Chabane

Tombée amoureuse de la Suède durant mon année d'Erasmus je suis revenue m'y installer sur le long terme. Je me passionne pour les questions de durabilité et suis toujours à l'affût d'événements culturels notamment en matière de cinéma.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Stockholm !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale