Mercredi 19 septembre 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Singapour, le charme discret des petits quartiers

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 06/05/2018 à 14:00 | Mis à jour le 30/05/2018 à 02:22
Photo : Clémentine de Beaupuy, Tiong Bahru
que voir à Singapour ?

La richesse de Singapour est dans sa diversité. Plaisir de passer sans transition du centre des affaires, le CBD, ou d’Orchard road à des quartiers plus traditionnels. Chacun a sa personnalité, un parfum qui lui est propre et jusqu’à des charmes qui ne se révèlent qu’au flâneur. De Joo Chiat à Tiong Bahru en passant par Tanglin et Tanjong Pagar, 4 manières différentes d’appréciser la cité-Etat.

 

Ambiance Baba Bling à Joo Chiat et Katong

JOO Chiat

Enclaves soustraites au tourisme et aux constructions massives, Joo Chiat et Katong sont des quartiers éclectiques, vibrants et authentiques offrant une visite au cœur de la mémoire singapourienne. Joo Chiat Road, est surnommée Little Vietnam pour sa vie nocturne effervescente. En journée, on y trouve des artisans travaillant sur les pavés. Les magasins bio côtoient les centres d'acupuncture, les boutiques indiennes et persanes et les food-courts vivants et intimes. La rue est bordée de shophouses colorées, les vélos s’entassent sur les trottoirs et la circulation est quasi inexistante.  

Le site est protégé depuis 1993 et 518 maisons ont été recensées pour la conservation architecturale en 1991. Ces shophouses sont les témoins d'une époque, une étape dans le développement urbain de Singapour. Construites entre 1900 et 1940, ce sont les petites soeurs des shophouses historiques de Chinatown ou Little India. Beaucoup de ces shophouses ont appartenu aux Peranakans. Certaines d'entre elles ont été rénovées et présentent des façades décorées de superbes céramiques.

Le témoignage de Baba Peter Wee – Président de l'association des Peranakans et propriétaire de la shophouse « Katong Antique House » : "Katong est l'un des derniers bastions de l'histoire des Peranakans à Singapour. La culture peranakane est centenaire et empreinte de multiples influences. Elle résulte d'une assimilation de toutes les formes de cultures rencontrées par notre communauté. Nos maisons respectent les principes de base du Feng Shui. Les éléments de la vie, à savoir le vent, la lumière et l'eau y pénètrent et y circulent sans entrave. Elles portent même la marque des influences occidentales. Nos maisons sont issues de l'architecture britannique, les fenêtres sont de modèle français, nos casseroles viennent d'Allemagne ou d'Autriche, les céramiques peuvent être japonaises, chinoises ou malaisiennes... Cela fait 40 ans que j'étudie l'histoire et l'art Peranakan, je cherche à comprendre le passé pour envisager le futur. Sans ce savoir, nous serions emprisonnés dans un présent intemporel"   

 

Bohème version Art Déco à Tiong Bahru

Ting BahruC'est pour beaucoup le quartier branché de Singapour. Les Singapouriens l'adorent pour ses bonnes tables et son ambiance décontractée. Le quartier plait aux gourmands. On les voit qui se pressent dans les hawkers, au wet market ou dans les coffee shop et se prélassent dans les petites boutiques chics et éclectiques. Du matin au soir, le quartier bourdonne. La singularité de Tiong Bahru est intimement liée à son histoire et à son architecture. Dans le quartier coexistent paisiblement deux générations de logements sociaux. Les premiers datent de l'avant guerre (1936-1941). On les trouve principalement sur la Tiong Poh Road. Magnifiques bâtiments qui semblent prêts à lever l'ancre, ils s'inspirent du style « Paquebot », une branche du mouvement Art déco. Leurs architectes étaient soucieux de dessiner des modèles aux lignes modernes et pures rappelant l'esthétique nautique et la vitesse des nouvelles formes de transport. Particularité singapourienne: les briques, qui accentuent le côté industriel et égayent les façades avec leurs couleurs.

Le long de Lim Liak Street s’alignent d’autres bâtiments qui datent de l’après-guerre. Inspirés du style international, ils portent la trace des influences du Bauhaus de Gropius et l'utilisation de matériaux comme le béton, l'acier et le verre. Séparés par des jardins ou des airs de jeux, ces blocs empruntent également à l'architecture singapourienne et notamment aux shophouses avec leurs escaliers extérieurs en spirale et leurs « five-foot ways ».

Témoignage de Catherine, résidente à Tiong Bahru : "Ce que j'aime à Tiong Bahru, ce sont ses contrastes. Ce quartier est un village convivial constitué d'immeubles ras, les walk-ups, et entouré de hautes tours colorées. La diversité de Tiong Bahru est liée à la mixité de ses habitants, mais aussi à la diversité de ses boutiques. On trouve rarement des coffee shop comme ceux d'ici. Le marché est l'un des derniers wet market. Les librairies proposent de vieux bouquins ou des livres français et le coca est vendu dans ses vieilles bouteilles en verre. C'est un quartier convivial où une boulangerie chic peut être directement accolée à un vieux restaurant".

 

Le charme très « British » des environs de Tanglin

Tanglin

A deux pas d’Orchard road, du côté de Tanglin, comme protégé par les centres commerciaux, se dévoile un quartier tout de luxe et de verdure, du côté de Seton close et Nassim road. La végétation est dense. Les arbres tropicaux dévoilent de somptueuses Black & White victoriennes sur deux étages. Le quartier abrite aussi de nombreuses résidences ou condo de luxe, des restaurants gastronomiques, des hôtels cinq étoiles et plusieurs ambassades. Retour sur Tanglin road. Les malls y ont un charme commercial, avec leurs boutiques d’objets anciens et bijoux, de textiles d’Orient, de meubles et reliques d’Asie et autres objets authentiques issus de la période coloniale.

 

Alliance de la couleur et des épices à Chinatown et Tanjong Pagar

Pinacle @Duxton

C’est l’un des quartiers les plus anciens de Singapour. Tombé en désuétude puis restauré dès 1987, il offre désormais un joyeux mélange de boutiques de mariage, de bars et de bonnes tables proposant toutes sortes de cuisines. La nuit tombée, la jeunesse branchée de Singapour s'y retrouve pour faire la fête.

Tanjong Pagar est aussi le premier quartier dont le patrimoine est protégé par L'URA. Les 200 shophouses colorées ont été restaurées selon des règles strictes et les architectes ont préservé certains éléments architecturaux tels que les persiennes, le détail des arches et corniches ou encore les toits à deux versants et les « five-foot ways ». 

Insolite et majestueux : derrière les shophouses se dresse, imposant et immense, le plus grand logement social au monde. Pinnacle@Duxton est l’issutration parfaite d’une cité-Etat qui envisage son développement sur un mode vertical. Accueillant 1848 appartements répartis sur 7 blocs reliés entre eux par les « sky gardens », le Pinnacle offre l'une des plus belles vues sur Singapour.

Témoignage de Celina, chef à domicile singapourienne et ancienne propriétaire du Celina's GastroBar situé au 51 Duxton Hill : « L'atmosphère de Duxton road et Duxton Hill est celle d'un village. Elle correspondait à ce que nous souhaitions créer au sein de notre bar gastro : des plats faits maison et un accueil chaleureux. Au fil du temps, le quartier est devenu très prisé des chefs qui ont peu à peu ouvert leurs restaurants sur Duxton, Tras et Tanjong Pagar. De grands noms ont été attirés par ce secteur branché qui propose toutes sortes d'activités et de divertissements. Depuis que nous avons cédé le Gastro bar nous sommes restés très nostalgiques de l'ambiance du quartier »

 

Marlène Maes pour le petit journal de Singapour. Article publié dans le magazine SINGAPOUR, n°02 "La cité dans un Jardin"

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet