Samedi 19 octobre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Escapades - Le temple oublié de Banteay Chhmar, un secret bien gardé

Par Annig Huchet | Publié le 18/06/2019 à 15:05 | Mis à jour le 18/06/2019 à 15:05
Photo : Banteay Chhmar, temple satellite, tour aux 4 visages
Banteay Chhmar

A quelques heures d’avion de Singapour, le temple de Banteay Chhmar fait partie d’un de ces lieux secrets comme il en existe encore en Asie… Ce magnifique ensemble (un temple central entouré de huit temples satellites) se trouve au Nord ouest du Cambodge très près de la frontière thaïlandaise. Visiter ce temple en ce début du 21éme siècle peut restituer le sentiment de découverte, de nature vierge et de nouveautés qui comblèrent de joie et d’émotion les découvreurs d’Angkor dans les années 1850/1900 lors de la découverte du site.

 

Il s’agit d’un lieu de culte bouddhiste construit par Jayavarman VII, le grand bâtisseur du royaume Khmer, à qui l’on doit une grande partie des monuments d’Angkor. On peut donc dater ce sanctuaire de fin du 12ème au début du 13ème siècle. Son originalité tient au fait qu’étant très éloigné du site d’Angkor il est resté longtemps inconnu, abandonné et sans rénovations, sans touristes également. Si l’on consulte la « bible » des monuments angkoriens, le guide de Maurice Glaize  (1944), il n’est même pas mentionné. Il peut pourtant être catalogué comme le 3ème plus important sanctuaire Khmer après Angkor Vat et le Bayon.

 

Pour quelles raisons ce site éloigné de la Cité d’Angkor fut-il choisi par Jayavarman VII ?

Tout d’ abord on pense que Banteay Chhmar peut être considéré comme une forteresse destinée à stopper l’envahisseur récurrent à la frontière du Siam (les chams). D’autre part la proximité de la chaîne de montagnes de Dangrek était une source d’eau précieuse pour le site choisi, tout comme le site d’Angkor dépendait de l’eau de Phnom (le mont ) Kulen.

 

Architecture de Banteay Chmaar : quelques points remarquables

Outre le fait que ce temple fait partie d’un ensemble exceptionnel par sa taille et sa richesse, la présence de bas reliefs variés, nombreux et bien conservés nous sert de témoin de la vie quotidienne au début du XIIIème S. (les années 1200 marqueront en effet l’apogée de la culture Khmère) sous Jayavarman VII. Il faut toutefois noter que, scènes de combats contre les Chams, scènes de vie agricole ou religieuse ne sont pas l’apanage de ce sanctuaire puisqu’on les trouve également sur les bas reliefs d’Angkor vat, œuvre du prédécesseur Suryavarman II au XIIème siècle.

 Autre aspect de Banteay Chhmar déjà connu : les tours à 4 visages (47 en tout ici) existant également au Bayon (59 tours). La ronde des danseuses (Apsaras) et des Kinnaris (femmes-oiseaux) illumine le grand hall du sanctuaire (entrée Est).

Enfin la présence de 8 avalokiteshvaras aux multiples bras (22 à 32 bras) en bas relief sur le mur ouest représente un achèvement unique dans l’art de la sculpture Khmère. A noter qu’il n’en reste que quatre, deux dans leur état d’origine, deux remontées très récemment, deux autres dérobées en 1998, disparues, deux autres restituées au musée de Phnom Penh.

Avalokiteshvara aux multiples bras
Avalokiteshvara aux multiples bras

 

Quelques précisions sur :

La signification du nom Banteay Chhmar : Petite citadelle (sans doute petite par rapport à Angkor Thom…) Comment connait-on tous ces détails ? : Il existait 4  stèles dans les sanctuaires, plus des « petites inscriptions » sur les côtés des portes. Qui est ce jeune homme aux côtés du roi sur plusieurs bas reliefs ? Sans doute le prince Indra, quelquefois pris pour le fils du roi. Ce fils mourut au combat avant de devenir prince héritier officiellement. Un mystère ! Que représentent les 4 visages sur les fameuses tours ? Mystère ! Y aurait-t-il eu un seul et unique artiste sculptant les visages du Bayon et de Banteay Chhmar, ainsi que les statues du roi Jayavarman VII ? Mystère encore ! Quelle est la différence entre une apsara et une devata ? L’apsara est une danseuse céleste en mouvement, la devata est une divinité en position figée, debout. Que signifie avalokiteshvara ? Il s’agit d’un bodhisatva (Buddha à venir) compatissant, refusant d’atteindre l’état de nirvana avant d’avoir sauvé les êtres de l’univers entier. Les multiples bras montrent l’effort du bodhisatva pour atteindre et sauver un maximum d’êtres. Lorsque l’avalokiteshvara n’a que 4 bras, ceux-ci soutiennent un lotus, un rosaire, un flacon et un livre.

 

A signaler : les découvreurs de Banteay Chhmar

Louis Delaporte : rapporte le témoignage de M. Faraut. Le lieu était à  l’époque un repaire de brigands. Etienne Aymonier, 1901 : L’ampleur et la richesse de ce sanctuaire le font classer dans la catégorie du Bayon et d’ Angkor Vat. Georges Groslier, début du 20ème siècle. Olivier Cunin, début du XXIème, ardent chercheur pendant 10 ans.

 

Détails pratiques

Comment vous rendre à Banteay Chhmar ? Après un atterrissage à Siam Reap, il faut compter 2 heures de voiture jusqu’à Sisophon ( bonne route), puis encore 2 à 3 heures sur une moins bonne route. On peut loger chez l’habitant (basique…), peu ou pas d’électricité, repas simples. Attention aux mines  suivre les chemins permis, possibilité de trouver un guide au CBT office. (Homestay program, CBT office: Community-Based Tourism, tsophal@globalheritagefund.org. Mr Sophal est le directeur du CBT info@visitbanteaychhmar.org )

le roi Jayavarman et son fils
le roi Jayavarman et son fils

 

Notre retour d’expérience

Après 4 heures de route en taxi (à arranger à l’avance avec CBT), l’arrivée au village ne déçoit pas : quelques longs chemins de latérite bordés de cocotiers et de maisons rustiques au milieu de beaux terrains. De la poussière, le grand calme, très peu de lumières, il est 19 heures et c’est le noir complet éclairé seulement par l’énorme pleine lune de Février.

Nous y sommes ! Repas rapide au restaurant CBT qui sera répété 3 fois par jour pendant notre séjour de 4 jours (riz, légumes, omelette parfois). La surprise, c’est la température qui avoisine les 40 degrés jour et nuit… Le sommeil vient vers 4 heures du matin à la fraîche, mais… les coqs se réveillent à 5 heures ! Notre « homestay » se trouve dans une vaste maison, les chambres sous la tôle ondulée, la salle de bain au rez-de-chaussée, très basique. Dans le village, deux voitures, des tracteurs et des chars à bœufs. Nous les utiliserons chaque jour.

L’histoire du CBT : il s’agit d’une association locale pourvue d’un directeur, de 11 guides parlant anglais après une formation. Le but est de préserver l’héritage culturel du village et d’améliorer le niveau de vie des habitants grâce au tourisme. (chambres à 7$ et repas à 4$). Les dons sont les bienvenus. Nos cahiers et stylos sont accueillis avec joie. C’est à la fois touchant et émouvant de voir les efforts fournis par ces volontaires, tous issus du village. Ils nous demandent des conseils et nous prient de leur envoyer des visiteurs. Voilà, c’est fait !

 

Un séjour exceptionnel ! Mieux vaut privilégier la période autour de décembre.

Annig Huchet

Annig Huchet

Après une trentaine d'années dans le commerce d’antiquités asiatiques à Singapour, Annig s'occupe de conseil et d'expertise dans ce domaine. Ses très nombreux voyages dans toute l’Asie lui sont une source d'inspiration pour ses écrits et ses conférences.
0 Commentaire (s)Réagir