Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

WOMEN FOR WOMEN INTERNATIONAL – 9 drôles de dames à 5.364 mètres

Écrit par Lepetitjournal Singapour
Publié le 3 décembre 2012, mis à jour le 10 décembre 2012

Le 28 octobre dernier, neuf femmes, neuf amies ont entrepris un trek jusqu'au "Everest Base Camp" à 5.364 mètres au Népal. Au delà du défi sportif, un défi personnel dont le but est de récolter des fonds pour l'association Women for Women International.

Elles se prénomment Valérie, Christine, Karine, Catherine, Jaccie, Neena, Michelle, Mina et Maysoune. Sept d'entre elles vivent à Singapour, deux autres en Europe. Elles sont de nationalités diverses : française, singapourienne, britannique, suisse, sud-africaine, allemande, russo-émirati ou philippine. Elles sont mère de famille, entrepreneuse, artiste, photographe, animatrice radio?
Ces neuf drôles de dames ont accompli ensemble un trek de 12 jours au Népal pour soutenir d'autres mères, filles et s?urs en détresse dont les vies ont été dévastées  par les horreurs de la guerre. Une formidable aventure sportive, humaine et humanitaire à 5.364 mètres.

Un défi sportif et personnel
"Ce voyage hors du temps à travers des paysages magiques, restera à tout jamais gravé dans nos mémoires et je suis fière de l'effort collectif accompli, de mes coéquipières qui n'ont jamais baissé les bras malgré les conditions rustiques. Ma mission était de les amener le plus loin possible. Pour certaines de réaliser leur rêve, pour d'autres de se dépasser pour une cause juste", nous confie Valérie Boffy, chef de l'expédition et à l'initiative de ce trek de deux semaines qui débuta à partir de la petite ville de Lukla (2.860 mètres), puis à travers la vallée du Khumbu, pour aboutir à l'Everest Base Camp (5.364 mètres).

Et Valérie est passionnée. En un an, c'est la troisième fois qu'elle se retrouvait sur les pistes du Népal. Le 19 mai 2012, dans des conditions de blizzard extrêmes, Valérie devient la sixième femme française à avoir atteint le sommet du mont Everest depuis la première ascension en 1953 par Sir Edmund Hillary. C'est également l'une des protégées de Khoo Swee Chiow, premier alpiniste singapourien à avoir réussi l'ascension du K2 au Pakistan. "Je souhaitais faire découvrir à d'autres femmes la beauté de ces paysages ; faire partager ce sentiment merveilleux qu'est le dépassement de soi. Nous vivons dans un quotidien avec une certaine zone de confort. Savoir repousser ses limites et trouver ses ressources inépuisables dans un effort collectif est tellement gratifiant d'autant plus lorsque nous marchons ensemble pour soutenir d'autres femmes victimes de guerre dans le monde".

"Si j'avais su ce que cela impliquait physiquement parlant, je ne l'aurais pas fait car je me serais dit, non ce n'est pas pour moi ! Mais je l'aurais certainement regretté, nous explique l'une des participantes Catherine Zaccaria, les 4h de montée le deuxième jour furent terribles puis le manque d'oxygène, la vitesse réduite, le froid sont très vite oubliés lorsque nous rencontrons la population, lorsque nous approchons du but en pensant à toutes ces femmes victimes, à notre famille, nos enfants, nos amis et toutes les personnes qui nous soutiennent. La cohésion de groupe, l'entraide, le soutien mutuel, cet esprit d'équipe furent essentiels. Au départ, nous ne nous connaissions pas toutes. Maintenant, des liens forts se sont créés et nous sommes fières de l'expérience accomplie".

Un message d'espoir à 5.364 mètres
L'élément moteur de ce trek a été de récolter la somme de 100.000 $ S pour Women for Women International (WFWI), un organisme indépendant à but non lucratif et humanitaire, offrant aux femmes victimes de guerre, de troubles civils et d'autres conflits, les ressources nécessaires pour sortir de la crise et de la pauvreté afin de retrouver une stabilité et une autonomie suffisantes pour survivre.
Fondée en 1993 par Zainab Salbi -  une Américaine Irakienne qui est elle-même une survivante de la guerre Iran / Irak- et par sa Majesté la Reine Rania de Jordanie, ambassadrice mondiale, WfWI opère en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine, en République démocratique du Congo, en Irak, au Kosovo, au Nigéria, Rwanda et Sud-Soudan. Cette association a son siège à Washington DC et ses bureaux de collecte de fonds à Londres et à New York.

Nos drôles de dames sont motivées... elles sont allé chercher des sponsors pour les équiper, elles ont inspiré la Chambre de Commerce Américaine qui leur a offert leur soutien pour organiser un événement rassemblant quelques 230 personnes à l'American Club de Singapour et collecter des fonds. A ce jour, elles ont atteint 93% de leur objectif de lever des fonds. Une exposition photo, un livre sont dans les tuyaux pour aller au bout de leur mission financière ! Chaque dollar gagné change la vie d'une femme ! Et bien entendu, chaque membre de l'équipe a couvert dans la totalité le coût de son propre trek.

"Ce trek est à la portée de toute personne désireuse de se dépasser. Nous y avons croisé des gens de tout âge, entrainé et passionné par la montagne. Marcher sur les pentes de l'Everest est un rêve pour beaucoup et nous l'avons réalisé", explique Catherine. "Si notre action pouvait donner envie à d'autres femmes de se lancer, de vivre leur rêve et de le partager, ce serait formidable ! C'est comme lorsque nous partons en expatriation ou lorsque nous créons une activité à l'étranger, rien n'est acquis, tout est à construire mais rien n'est impossible !", conclut ainsi Valérie.

Propos recueillis par Carole Chomat (www.lepetitjournal.com-Singapour) lundi 3 décembre 2012

Pour en savoir plus sur Women for Women International et aider des femmes dans leur combat pour le changement

Vous pouvez visiter leur page Facebook et site www.justgiving.com/asiateamfundraising

logofbsingapour
Publié le 3 décembre 2012, mis à jour le 10 décembre 2012

Flash infos