MARIAGE CHINOIS - Du traditionnel... mais la robe blanche quand même !

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 13/02/2017 à 20:25 | Mis à jour le 08/02/2021 à 17:28
mariage-chinois-chine-tradition-amour-couple

Saint Valentin a piqué la jolie Hua, sa maman lui parle depuis si longtemps de mariage, Liang est plutôt un bon parti et sa famille semble accepter l'union. Il est donc temps de consulter la spécialiste pour trouver la date qui leur portera chance. Ce sera l'une des premières étapes des longs préparatifs de leur mariage. En effet, même si la cérémonie ressemble de plus en plus à celles de l'Occident, les traditions jalonnent chaque mariage en Chine.

 

Hier ?

Le mariage avant 1949 en Chine était encore une cérémonie extrêmement traditionnelle, la grand mère de Hua ne connaissait pas son futur époux, l'union était arrangée entre les parents avec l'aide d'une entremetteuse. "Ma grand mère était une fille de la campagne, elle est donc arrivée dans le village de son futur époux en palanquin rouge, sans doute terrorisée à l'idée d'avoir quitté ses parents pour toujours puisque dorénavant elle serait sous la coupe de sa belle-mère."  Sur les photos, Hua porte une robe rouge et une coiffe bleu ou rouge qui symbolise la solennité du mariage ; elle observe son aïeule, qui porte un vêtement traditionnel Han, une longue robe traditionnelle et une ceinture. "C'était très beau, émouvant ! Par contre pour le mariage de mes parents, sous l'ère communiste, toutes les traditions ont été abolies. Papa et maman portaient des uniformes bruns. Il n'y pas eu de cérémonie de mariage, ils sont allés au Palais de justice et ont obtenu leur licence de mariage, c'est tout !".

 

Et aujourd'hui !

Si les entremetteuses ou les mariages arrangés se font de plus en plus rares, il existe toute une série d'étapes que Hua et Liang devront respecter afin de ne pas froisser leurs familles, le mariage étant aussi l'union des parents. Liang devra donc commencer par offrir des cadeaux à ses futurs beaux parents pour la demande en mariage, en gage de bonne volonté : argent, bijoux, gâteaux, épicerie fine, vins ou liqueurs.

 

Viendra ensuite le moment de choisir la date !

Maître taoïste, expert en astrologie, moine ou grand-mère, une personne sera en charge de déterminer la date parfaite du mariage, selon le calendrier jaune. Ce calendrier indique quels sont les jours favorables pour différents événements, et quels jours ne le sont pas. Evidemment, vous ne serez jamais invités à un mariage un 4 avril, mais le 8 août ou le 9 septembre, les pétards fusent !

 

Le mariage civil

Le jeune couple doit se rendre au bureau des affaires civiles : ce n'est pas une fête, c'est juste une formalité qui prend quelques minutes. On remet aux jeunes mariés un certificat de mariage, il n'y a pas de témoins. Généralement, la famille n'y assiste pas, et parfois, le couple va fêter l'événement le soir même au restaurant avec des amis. Le mariage civil a lieu parfois un jour, un mois ou même une année avant. La femme garde toujours son nom de jeune fille.

Le véritable événement se joue donc le jour même du mariage dont la préparation peut durer plus d'un an. Les festivités doivent être à la mesure de la réussite de la famille. On expose son bonheur, et son ascension sociale et financière. De nombreuses sociétés expertes en matière d'organisation de mariage proposent donc des mariages clés en main pour les jeunes citadins; à la campagne, c'est toute la famille, les voisins et les amis qui aident à l'organisation.

 

Les photos

Vous pouvez imaginer comme elles sont importantes ! Elles sont prises le plus souvent bien avant le mariage, et pour l'occasion, on loue robes et costumes assortis, de différentes couleurs, et on va poser dans des endroits à la mode ou romantiques. La jeune fille se pare : maquillage appuyé, coiffure glamour,... Les clichés seront ainsi exposés le jour du mariage, des albums proposés à la vente, les faire-part reprennent les photos ainsi que les petits mots de remerciements envoyés aux invités après le mariage.

 

La veille du mariage

Les demoiselles d'honneur se rendent chez la future mariée. Elles passent la soirée à fabriquer des boules rondes sucrées comme des bonbons, le rond représentant la perfection de la vie. La cérémonie revêt encore plus d'importance quand des parents marient leur fils unique. Pour le mariage de leur fils Liang, les parents n'ont pas regardé à la dépense. Ils organiseront aussi une fête dans leur maison natale au coeur de la province du Sichuan, mais leurs enfants ont décidé de se marier d'abord à Shanghai dans un beau restaurant avec une cour intérieure fleurie. La veille de la cérémonie, les préparatifs s'intensifient. Ils ont commandé les menus et choisi les meilleurs ingrédients. La mère de Liang s'affaire à la réception de toutes les livraisons : alcools et jus de fruit, gâteaux et fleurs, tandis que la maman de Hua reçoit chez elle et offre des dattes rouges à ses invités. Liang revoit les textes et les musiques avec le maître de cérémonie engagé pour l'occasion. Wang aura aussi un rôle important, c'est le frère ainé de la mariée !

 

Le jour J

Avant la cérémonie, il est de tradition que le marié vienne en voiture au domicile de sa promise pour l'emmener. La procession vers la maison est constituée d'un nombre pair de véhicules. En arrivant chez la mariée, le marié est accueilli par un jeune garçon, un petit cousin ou petit neveu, qui lui sert du thé. Le marié offre d'abord un pourboire au garçon avec de l'argent dans une enveloppe rouge, et il est alors autorisé à entrer dans la maison. Liang tente de donner des fleurs à Hua, mais une demoiselle d'honneur, la meilleure amie de Hua, lui bloque le chemin, ne lui permettant pas de voir la mariée. Le marié doit d'abord promettre de remplir certaines conditions (souvent donner de l'argent, encore !) avant de pouvoir voir la mariée. Liang récupère enfin Hua dans sa belle et longue robe blanche. Le couple rend hommage à la famille de Hua. Ensuite, la mariée se prosterne devant ses parents, exprimant son respect, et le père de la mariée couvre la tête de celle-ci d'un morceau de tissu rouge. Le marié se prosterne également et leur rend hommage. Dans certaines familles, une parente âgée, respectée de la mariée, la conduit jusqu'au véhicule du mariage tout en tenant un parapluie au-dessus de la mariée pour la protéger du mauvais temps. Alors que la voiture de la mariée démarre, le père de Hua verse un bol d'eau et disperse du riz derrière, en signe de bénédiction pour un avenir heureux. Il s'agit aussi de ritualiser le fait que les parents laissent partir leur fille et n'interfèrent plus dans ses affaires. Après que la voiture soit arrivée sur le lieu du mariage, un enfant portant deux oranges félicite Hua. Celle-ci touche les deux oranges, puis offre un pourboire à l'enfant. Plus tard au cours de la même nuit, la mariée pèlera les oranges. Selon les contes populaires, cela apportera la longévité au couple. La mariée doit faire attention de ne pas marcher sur la lisière de la porte. Dans certaines régions, elle doit même sauter par-dessus un pot enflammé ou une casserole remplie de charbon allumé afin de brûler les mauvais augures, la malchance et le malheur !

 

La cérémonie peut enfin commencer !

La cérémonie du mariage est très animée ; on l'appelle également "l'heureuse cérémonie", ou "boire le vin heureux". La famille de Liang et les invités proches attendent dans le restaurant depuis déjà une heure, la musique retentit, les mariés rentrent dans la salle. Les parents de Hua suivent juste derrière. Les futurs mariés, bouddhistes, ont tenu à inclure un rite religieux au cours de leur cérémonie. Plusieurs autels ont donc été installés dans la pièce principale. Une amie catholique de Hua s'est mariée à l'église il y a peu de temps, mais c'est rare ! Avec des bâtons d'encens, les mariés prient, moment de recueillement où le couple doit penser à ses proches disparus. Vient alors le moment de l'offrande aux anciens. La grand-mère de Liang est encore de ce monde. Les amoureux s'agenouillent à ses pieds, tout en lui présentant une assiette avec deux tasses de thé. Ensemble ils disent : "Nous t'offrons le thé, Grand-Mère". Elle prend une gorgée de thé dans chacune : elle boit également pour le grand-père de Liang, décédé il y a longtemps. Hua offre ensuite une tasse de thé à ses beaux parents : s'ils prennent la tasse et boivent, ils acceptent leur belle fille. Puis les époux boivent du vin en croisant le bras de l'autre. L'assemblée se dirige vers le petit jardin où une petite tente a été dressée et décorée. Le maître de cérémonie présente chaque étape, lance les musiques, lit des textes choisis, demander au couple de réciter leurs consentements, fait remettre et échanger les alliances en platine, puis congratule le couple et la famille. Si il a bien fait son travail, il est alors exactement 18h08 ! Des pétards sont tirés, des ballons lancés. Ensuite le couple s'éclipse dans une chambre qui leur a été réservée et les invités sont conviés au banquet dans la salle de restaurant. Hua va changer de robe. Elle portera encore une ou deux robes longues de couleur, puis en fin de soirée, une dernière qui est souvent une qípáo.

Le symbole" Double Happiness" est largement utilisé sur les articles de décoration des mariages (faire parts, linge de table, coussins, emballage des cadeaux,... ). Il semble qu'il provienne de l'histoire d'un jeune étudiant vivant à l'époque de la dynastie Tang. La légende se termine bien, l'étudiant épouse son amoureuse, pendant la cérémonie, le couple écrit le caractère Xi deux fois sur un papier rouge et l'accroche au mur. Ce double Xi est devenu le symbole qui symbolise un bonheur double grâce à leur union.

 

Le banquet

On y invite toute la famille, qui peut venir de loin, et aussi les amis et les collègues de bureau. On invite surtout son chef, qui sera le témoin du mariage, et à qui reviendra la tâche, après le père, de faire un discours pour louer le travail de son employé. Liang et Hua travaillent tous les deux, mais le supérieur de Hua a été choisi pour jouer ce rôle car son entreprise est prestigieuse. Les parents de Liang étant fonctionnaires de l'État, ils n'ont pas eu droit d'inviter plus de 200 invités, du fait de la campagne anticorruption imposée par le président Xi Jinping.  Les 420 invités sont installés autour des tables, habillés simplement, seules quelques copines de Hua se sont mises sur leur 31. Avant d'entrer dans la salle, ils sont passés devant la table rouge pour signer la "feuille de présence" et offrir le cadeau au jeune couple : des enveloppes rouges hóngbao comme le veut la tradition, ou bien alors du cash ! Les sommes données sont importantes. On exhibe les liasses. L'argent doit contribuer au bonheur, et les Chinois ne s'en cachent pas.

On accorde une grande importance au faste du banquet. Au cours de celui-ci, Hua doit verser du vin et servir la nourriture elle-même aux hôtes pour les remercier de leur venue. Si les tables sont numérotées, on ne trouve jamais les chiffres 4, 14 ou 24. Les personnes de la famille ne sont pas mélangées à d'autres, et à la table des mariés, la mode est rassembler tous les célibataires. Le menu aussi est chargé de symboles : on compte généralement une soupe, huit plats froids et huit plats chauds, et le dessert. On sert souvent du poulet et du homard, pour la symbolique du couple parfait : le poulet est le phoenix, et le homard se dit littéralement "crevette dragon". On trouve également sur les tables du poisson, pour l'abondance, et des nouilles, pour la longévité. Quant à la douceur des sucreries, elle représente de bons débuts dans la vie de couple ainsi qu'une longue et douce vie. Le gâteau de mariage est souvent surnommé "le gâteau du dragon et du phoenix" : on le confectionne avec de la pâte de haricots rouges ou de haricots verts sur laquelle on imprime des dragons et des phoenix. A contrario, certains aliments ne figureront jamais au menu : la poire qui signifie également "s'en aller", de mauvaise augure pour le couple. Dans les mariages traditionnels, la jeune mariée consomme des jujubes, des cacahuètes, des longanes et des graines de melon. Lorsqu'ils sont dits ensemble, ces mots sonnent comme "ayez bientôt un bébé"...

 

La nuit de noce

Dans la chambre nuptiale, également nommée la "chambre heureuse" dòngfáng en chinois, les jeunes mariés se coupent des cheveux qu'ils conserveront comme un témoignage de leur amour. La dernière étape du mariage consiste à "troubler la chambre nuptiale" : les amis encore célibataires de Liang et Hua viennent leur rendre visite pour leur faire des blagues, les amuser, les taquiner, en leurs faisant jouer de petits spectacles... afin d'égayer encore cette journée et les "bisuter" dans leur statut de jeunes mariés. Le lendemain, le jeune couple ira s'installer dans leur nouvel appartement offert par les parents de Liang. Selon la tradition, c'est la famille de l'époux qui doit acheter un appartement pour les jeunes mariés, la famille de la promise pouvant "se contenter" d'une voiture ou des meubles pour le logement. Liang et Hua ont décidé de partir quelques jours en voyage de noces goûter au calme des tropiques à Sanya, sur l'île de Hainan, destination très romantique et populaire !

Carole Colomb lepetitjournal.com/shanghai (rediffusion)

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale