Mercredi 23 juin 2021
Shanghai
Shanghai

FRANCOPHONIE – La culture française en Chine, une attractivité toujours plus forte ?

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 15/03/2016 à 20:30 | Mis à jour le 15/03/2016 à 11:18

 Par Delphine Gourgues

Du 10 au 30 mars 2016, c'est le mois de la Francophonie, avec comme point d'orgue la journée internationale de la Francophonie le 20 mars. Au-delà du programme des festivités, nous avons interrogé quelques professionnels de la culture, afin de faire le point sur le rayonnement de la culture française en Chine. Au lendemain du cinquantenaire des relations entre l'Hexagone et l'Empire du Milieu, tentons de prendre une photographie du paysage culturel français qui s'exprime et qui plaît en Chine. 

Une progression de la présence culturelle française majeure depuis dix ans


"
La culture française bénéficie depuis très longtemps d'un fort capital sympathie en Chine", affirme Paul Frèches. En effet, "les réseaux de liens, de coopération, d'échanges entre les deux pays sur le plan culturel sont historiques et solides", comme nous le rappelle Marion Bertagna, ancienne attachée culturelle au Consulat de France à Shanghai de 2010 à 2014. Et parmi les pays occidentaux, la France a l'image d'un pays des plus actifs pour le partage de sa culture. L'attrait pour l'art de vivre à la française, et l'amour commun pour la gastronomie des Chinois et des Français n'y sont d'ailleurs pas étrangers? 

Si l'on regarde dix ans en arrière, lors des "Années Croisées" (2004 année de la France en Chine, et 2005 année de la Chine en France), on peut voir qu'il y avait déjà des opérations proposées, mais plutôt ponctuelles, sans réelle construction ou stratégie. Jean-Michel Jarre s'est produit lors d'un concert mémorable à Pékin en 2004. De même, le fameux groupe français de pyrotechnie, le groupe F, a organisé à Wuhan un spectacle de toute beauté. 2014, année du cinquantenaire des relations France-Chine, a vu fleurir énormément de projets, environ 500 en une seule année, de tous styles (musique, danse, théâtre, expositions, du classique, du moderne etc.) et dans de nombreuses villes. Les entreprises françaises se sont impliquées aussi. Un vrai succès.

Mais n'est-ce qu'une illusion ?...


Cependant, les points de vue divergent sur ce rayonnement culturel français. Certains observateurs estiment que la culture française n'a plus l'aura qu'elle a pu avoir dans le passé, pour des raisons notamment économiques et politiques. Selon Geneviève Flaven, "la
 Chine d'aujourd'hui a plutôt les yeux tournés vers les Etats-Unis qu'elle vise à rattraper économiquement, vers l'Asie (Corée, Japon) où elle cherche à affirmer son influence régionale et surtout vers elle-même en cherchant à recouvrer la fierté de sa culture plurimillénaire après des années d'oubli, de destruction et d'un fort sentiment d'infériorité". Et si l'on considère le secteur du cinéma, il est difficile de se faire une place sur un marché très protectionniste ou de concurrencer l'industrie cinématographique américaine qui déferle à grands coups de campagnes marketing et commerciales sur le marché chinois, même si de nombreuses opérations sont entreprises pour accroître la présence du cinéma français sur les écrans, comme le remarque Marion Bertagna.

Des valeurs culturelles uniques : générosité, diversité et exigence


Sans pratiquer un optimisme angélique et naïf, on peut tout de même affirmer que "le public, ou plutôt les publics chinois apprécient tout particulièrement l'état d'esprit avec lequel la France partage sa richesse culturelle", comme le souligne Marion Bertagna. Si l'on tente de résumer les valeurs culturelles françaises, on pourrait parler de générosité, diversité, enthousiasme et exigence.

La Fête de la Musique 2015 en Chine

Prenons l'exemple de la Fête de la Musique. Ce concept que nous connaissons bien dans l'Hexagone, a été exporté en Chine en 2010 pour la première fois. Un véritable challenge, surtout ici, imaginez : proposer de multiples concerts et manifestations musicales d'amateurs, mais de qualité, avec des artistes pas forcément de nationalité française, qui se produisent gratuitement, dans des lieux inattendus, improbables, pour partager leur passion avec le plus grand nombre, avec les gens de la rue? La tâche ne fut pas simple, reconnaît l'ancienne attachée culturelle du Consulat mais on peut constater qu'aujourd'hui encore, le succès est là, la fréquentation de plus en plus importante (environ 150 000 spectateurs en 2015), dans un nombre croissant de villes en Chine. 

Le Festival Croisements, qui a fêté son dixième anniversaire en 2015, est lui aussi un rendez-vous culturel pluridisciplinaire de plus en plus attendu, note Paul Frèches. Il y eut environ 1 million de spectateurs en 2015, dont 650 000 à l'exposition Napoléon à Nankin. Et l'exposition "Lumière !" au musée Minsheng de Shanghai notamment, mettant en scène de nombreux artistes français, a attiré quelques 30 000 visiteurs en un mois.

Cinéma, arts de la scène, arts visuels : les chouchous des Chinois


"Les domaines qui attirent le plus de spectateurs en Chine sont d'ordre visuel", affirme Paul Frèches. L'exposition Monet au K11 en 2014 a rencontré un joli succès, avec 350 000 visiteurs. Le public chinois, notamment dans les grandes villes, est de plus en plus connaisseur et à l'affut de spectacles de danse, surtout classique mais aussi contemporaine, de spectacles pour enfants, de nouveau cirque. On se souvient du succès de "Yo Gee Ti", subtil mélange de danse contemporaine et de hip-hop du chorégraphe Mourad Merzouki en 2013. Ou encore du spectacle "Reflections" de Benjamin Millepied en 2014 au Grand Théâtre de Shanghai. De façon générale, les artistes qui bénéficient d'une certaine notoriété en Chine sont ceux qui ont été récompensés au niveau international. Sophie Marceau, Gérard Depardieu, Jean Reno, Marion Cotillard pour le cinéma par exemple. Le théâtre est, quant à lui, un domaine plus difficile d'accès, en raison de la barrière de la langue, entre autres. Mais les quelques pièces françaises traduites en chinois et mises en scène par des Français rencontrent toujours leur public.

Au-delà du visuel, la musique est aussi de plus en plus appréciée, et cela par des publics très variés. Paul Frèches mentionne Thomas Enhco, jeune pianiste jazz qui a rencontré un grand succès au Festival Croisements en mai dernier (1 300 spectateurs en deux concerts, Shanghai et Suzhou). Il est d'ailleurs revenu en octobre pour d'autres concerts, et pour dispenser quelques cours au Conservatoire de Shanghai. On se doit aussi d'évoquer Hélène Rolles (de la série "Hélène et les garçons"), qui, sans que l'on puisse vraiment l'expliquer, est très appréciée des Chinois. Son concert en novembre 2015 au SHOAC a fait déplacer quelques 2 500 spectateurs. Côté littérature, Jean-Marie Le Clézio fait, par exemple, partie des auteurs contemporains étrangers les plus connus des lecteurs chinois, car les prix comme le Nobel, ici, ou le Goncourt sont traduits en chinois. Par ailleurs, "la littérature classique (Zola, Hugo) est assez souvent citée par l'homme de la rue", remarque Geneviève Flaven, "mais reste que les "artistes" du football, Zidane ou Henry sont tout de même plus célèbres", poursuit-elle?

Quel que soit le point de vue de chacun, la vision plus ou moins optimiste sur le rayonnement futur de la culture française en Chine, avec un contexte économique et une volonté politique pas forcement favorables, on peut observer que le dénominateur commun de tous les acteurs de cette culture française est bel et bien un enthousiasme sincère et une passion sans cesse renouvelée, qui ne peuvent que servir positivement cette belle cause. Confions à Geneviève Flaven le mot de la fin : "Les artistes français sont souvent attentifs à être des passeurs, pas seulement de leur culture mais de toutes les cultures du monde et y compris de la culture chinoise que la jeune génération est si désireuse de redécouvrir et de se réapproprier". C'est peut-être là la clef pour le futur culturel français en Chine ?...

Nous remercions tout particulièrement Paul Frèches, Marion Bertagna et Geneviève Flaven pour leurs témoignages.

Delphine Gourgues lepetitjournal.com/shanghai Mercredi 16 mars 2016

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
TRADITIONS

Mères et bébés indiens : on vous raconte la tradition et son évolution

Grossesse, accouchement, premiers jours du nouveau-né, chaque étape fait l’objet de recommandations, d’habitudes et de pratiques qui nous surprennent, nous émeuvent et nous interrogent. Décryptage !

Sur le même sujet