Samedi 6 mars 2021
Shanghai
Shanghai

BLOG - Vache qui rit, vache qui pleure

Par Delphine Gourgues | Publié le 18/02/2021 à 19:00 | Mis à jour le 18/02/2021 à 19:00
delphine-gourgues-blog

Cela ne vous a pas échappé, cette nouvelle année du calendrier lunaire chinois est donc l’année du Buffle (牛) de Métal. Je n’accordais aucune espèce d’attention à l’horoscope avant d’arriver en Asie. Et je dois dire qu’ici, cette importance de l’astrologie traditionnelle chinoise, omniprésente dans le quotidien, et encore plus en cette période, m’agace légèrement… Trop cartésienne je suis !

 

delphine-gourgues-blog
Il n’y a pas que Wall Street qui a son buffle… (The Bund, Shanghai)

 

La Ferme des animaux

Loin de moi l’intention de vous expliquer en quoi tout cela consiste, je m’amuse juste de l’aspect animalier/bestial de la chose… L’an dernier, le rat était à l’honneur, quelle idée, personne n’apprécie ce rongeur, et on a vu le résultat ! Le monde entier (ou presque) met donc tout son espoir dans ce bon gros buffle/bœuf/taureau pour pulvériser l’escadrille d’ennuis qui arrosent la planète et pour apporter un peu de stabilité. Discipline, rigueur, travail semblent être la devise de ce boviné, on attendra donc pour retrouver un peu de légèreté !

 

delphine-gourgues-blog

 

N’empêche, La Vache Qui Rit fêtera ses 100 ans cette année (sauf en Inde, évidemment…), ironique non ? Et hop, un p’tit tour sur le site https://www.lamaisondelavachequirit.com/.

 

 

Vache qui pleure, Vache qui rit

 

delphine-gourgues-blog
1&3 : Shanghai (2021), 2 : exposition à la maison de La Vache Qui Rit (2016)

 

Dans notre entourage proche, on a vu mieux pour un début d’année. Des proches s’éteignent sans crier gare, l’étau se resserre du côté des frontières de la Chine et de la France, la terre tremble de nouveau avec vigueur à Fukushima, le virus poursuit allègrement sa campagne de diversification, les populations qui le peuvent se rebellent de la réduction de leurs libertés, d’autres tentent de survivre, les jeunes doivent se réinventer sans relâche et à l’aveugle… STOP !

 

delphine-gourgues-blog

 

A défaut de solution miraculeuse, d’énergie débordante, ou de créativité flamboyante, voici juste sans prétention quelques lignes de clins d’œil, puisés au cœur de notre jolie langue française.

 

 

Adieu veau, vache, cochon...

 

delphine-gourgues-blog
Tête de yack, Shangri-la (Yunnan), été 2020

 

Cessons de ruminer, ne regardons pas passer les trains comme des vaches, et prenons le taureau par les cornes, sans toutefois mettre la charrue avant les bœufs !

Il peut s’avérer sage de rester sur le plancher des vaches, pour mieux défendre notre bifteck et se montrer fort comme un bœuf.

Si jamais vous craquez, allez-y, gueulez comme un veau : « On n’est pas des bœufs ! », ça soulage.

Mais restons humbles, souvenons-nous que nous parlons anglais comme des vaches espagnoles, évitons d’adorer le veau d’or, et fuyons les peaux de vache, elles peuvent nous rendre fous/folles !

Il ne reste plus qu’à espérer que côté météo, il ne pleuve pas comme vache qui pisse tout le printemps, à moins qu’un vent à décorner les bœufs ne se lève pour balayer qui vous savez ? Sale temps pour les végétariens…

Allez, dans un an, ce sera l’année du Tigre d’Eau, animal au caractère énergique, aventureux, indépendant, inventif, généreux, sans repos et impulsif. Tenez bon !

 

Le Blog de Delph

Shanghai, janvier 2020, le COVID-19 fait officiellement son entrée dans nos vies, et bientôt dans celles du monde entier. Sans soupçonner un instant la déferlante qui allait suivre, j’éprouve l’envie et le besoin de partager mes impressions, mon expérience du moment : témoigner, laisser une trace, et contribuer à ce que les petits moments quotidiens et les grands faits historiques ne sombrent pas dans l’oubli…

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir