Comment la Chine veut devenir leader des voitures électriques

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 14/10/2022 à 10:42 | Mis à jour le 14/10/2022 à 10:42
illustration avec une voiture electrique et une borne de recharge

Il y a quelques années, des bornes de recharge pour véhicules électriques sont apparues aux quatre coins du pays et surtout dans de grandes villes comme Shanghai. Ces bornes qui pullulent de plus en plus dans les villes de l’Empire du Milieu représentent l'avenir des véhicules électriques en Chine, qui constituent un petit élément crucial d'une stratégie ambitieuse.

 

La Chine s'est fixé pour objectif de faire en sorte que 40 % des véhicules vendus dans le pays soient des électriques d'ici 2030, ce qui signifie que beaucoup plus de véhicules devront être rechargés grâce à ces bornes, et les villes ont besoin d’installateur de bornes de recharge en copropriété. D'ici 2025, le gouvernement souhaite mettre en place une infrastructure de recharge capable de répondre aux besoins de plus de 20 millions de voitures. À l'heure actuelle, sur les 810 000 bornes de recharge publiques que compte la Chine, plus de 70 % se trouvent dans des zones côtières très peuplées, comme Guangzhou et Shanghai.

Ainsi, tout comme en France, de plus en plus d’entreprises se prêtent au jeu et proposent leurs services : https://www.allcharge.fr/

 

Un effort de "revitalisation rurale”

 

Les lignes directrices publiées en janvier par la Commission nationale du développement et de la réforme et plusieurs autres organismes préconisent l'installation de bornes de recharge dans tous les comtés et villages dans le cadre de l'effort de "revitalisation rurale" du gouvernement.

 

Le projet d'électrification constitue un élément clé du plan chinois visant à devenir neutre en carbone d'ici 2060, une initiative emblématique du président Xi Jinping qui présente l'avantage supplémentaire potentiel de réduire la dépendance à l'égard des importations de pétrole et de gaz.

 

Non seulement la Chine produit la majorité des batteries de véhicules électriques du monde, mais elle va également de l'avant dans le développement et la fabrication de ceux-ci - et les vend au monde entier. Ces efforts pour développer l'industrie des véhicules électriques portent déjà leurs fruits au niveau national : À la fin de l'année 2021, les véhicules électriques ne représentaient que 3 % de l'ensemble du parc automobile chinois, un chiffre qui devrait atteindre 32 % en 2030 et 77 % en 2040, selon une projection du gouvernement.

 

Des différences entre la Chine et les pays occidentaux en termes d’infrastructures

 

Mais les habitudes de conduite en Chine sont, de manière générale, différentes de celles de l'Occident. Les propriétaires de voitures chinoises comptent davantage sur les infrastructures de recharge publiques que leurs homologues occidentaux. Les deux principales compagnies d'électricité de l'État chinois, State Grid et Southern Grid, entretiennent des réseaux de stations de recharge à grande vitesse le long des autoroutes, tandis que les entreprises privées installent généralement des équipements dans les villes et les villages.

Dans les quartiers anciens, la recharge des véhicules électriques peut mettre le réseau à rude épreuve, et les compagnies d'électricité sont réticentes à effectuer des mises à niveau.

 

Au lieu de cela, elles demandent aux fournisseurs de charge de construire des stations là où le réseau est suffisamment solide, des endroits qui peuvent être moins pratiques pour les conducteurs. Mais les chargeurs qui sont en place le long des autoroutes et dans les stations publiques sont d'une lenteur frustrante.

 De nombreuses prises présentées comme des chargeurs rapides offrent une charge de 50 kW, qui peut prendre jusqu'à une heure. Les stations routières devraient plutôt être équipées de chargeurs de 100 kW ou plus, qui peuvent recharger une voiture en 15 minutes seulement.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale