Mercredi 12 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EDUCATION - La maternelle rentre dans le rang

Par Le Vent de la Chine | Publié le 26/11/2018 à 21:30 | Mis à jour le 26/11/2018 à 21:30
Photo : Crédit Theduong
chine-maternelle-kindergarten

L’éducation est un des principaux postes de dépenses des familles qui souhaitent donner à leur enfant le plus de chance possible dans une Chine ultra-compétitive. Et cela commence dès la maternelle ! Ainsi, de nombreuses écoles privées ont vu le jour, parfois peu scrupuleuses.

Le scandale des enfants molestés dans une école privée du groupe RYB à Pékin il y a exactement un an, a conduit le gouvernement à remettre de l’ordre. Le 15 novembre, le Conseil d’Etat publiait une directive interdisant aux établissements privés d’entrer en bourse, et aux écoles publiques de chercher des financements auprès de groupes privés. Suite à l’annonce, le cours des actions de RYB, Tianli21st Century Education et Yuhua s’effondrait… 

Les établissements privés ont deux ans pour se mettre en conformité et se placer sous le contrôle de l’Etat. Des investissements devront être réalisés avec par exemple l’installation de caméras de vidéosurveillance. La mesure la plus spectaculaire concerne le secteur public qui va investir largement le domaine préscolaire. En 2017, la Chine comptait 255.000 maternelles accueillant près de 80% des enfants de 3 à 6 ans. 62% de ces écoles maternelles sont financées par le secteur privé. D’ici 2020, 85% des enfants de 3 à 6 ans devront aller à l’école maternelle et en 2035, ils seront 100%. La moitié des établissements sera alors publique, et l’autre sous le contrôle direct de l’Etat via l’octroi d’une licence. Le 16 novembre, le ministère de l’Education publiait un code de conduite pour définir les nouveaux programmes et renforcer les contrôles sur la formation. Ainsi, le ministère va recruter et former 200.000 professeurs chaque année et 1,5 million d’enseignants et directeurs d’établissements seront intégrés dès 2019.

Reste la question du financement. Aucun chiffre n’a été avancé et le budget de l’éducation est déjà insuffisant. Les provinces seront donc mises à contribution. Chaque ville devra proposer d’ici 2020 au moins une école maternelle ou un réseau d’écoles. Les grandes entreprises d’Etat, institutions publiques et universités devront financer leurs propres établissements. Mais les parents aussi devraient régler une partie de la note car école maternelle publique ne veut pas forcément dire gratuité, même si l’Etat souhaite que 80% des enfants puissent fréquenter des établissements aux coûts de scolarité « abordables ».

Pour le privé, c’est un coup dur. Le secteur était pourtant en plein boom avec un chiffre d’affaires prévu de 540 milliards de yuans en 2020. Il ne lui reste plus qu’à investir un domaine tout aussi lucratif et encore non régulé : celui des cours particuliers.

Par Sébastien Le Belzic pour Le Vent de la Chine

 

Nous vous recommandons

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine est une newsletter hebdomadaire d'analyse de l'actualité économique et politique, et sociétale - réputée pour son sérieux et son analyse de qualité auprès des professionnels depuis 1996.
0 Commentaire (s)Réagir