Lundi 21 mai 2018
Shanghai
Shanghai
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Chine, championne d’énergies vertes ?

Par Le Vent de la Chine | Publié le 01/05/2018 à 21:15 | Mis à jour le 01/05/2018 à 21:15
chine-championne-energie-verte-pollution-environnement

En 2012, le Conseil d’Etat espérait voir produire en Chine 70 milliards de m3 de gaz de schiste d’ici 2020. Six ans après, le chiffre a été ramené à un objectif plus réaliste de 17 milliards de m3 à cette échéance. Ce serait déjà une belle prestation, puisque l’an dernier, elle n’était que de 9 milliards.

Pour atteindre ce but, 700 nouveaux puits seront forés sur les sites de Fuling (Chongqing, par Sinopec), Zhaotong et Changning-Weiyuan (Sichuan, par CNPC), moyennant 5,5 milliards de $. Le retard a été induit par le relief chinois : les gisements du pays sont nombreux et abondants, mais situés plus profonds que ceux américains pour lesquels les équipements avaient été conçus. Ils sont aussi plus faillés, et en zone habitée – autant de sources de surcoûts. Toutefois les années ont permis de réduire les coûts de 25 et 40%, par optimisation des techniques et sourçage local d’équipements. Pour autant, vu l’explosion de la demande (pour lutter contre la pollution de l’air), les importations vont continuer à exploser : +49% cette année.

Autre énergie de pointe où la Chine investit : la fusion thermonucléaire. Dongbu (Anhui) (cf photo), est le site d’un outil de recherche unique en Asie, le tokamak EAST, qui convertit sous vide le plasma d’hydrogène en hélium à 150 millions de degrés. La théorie est bien connue : à terme, cet anneau toroïdal doit dégager des masses gigantesques d’électricité, sans émissions radioactives. Le coût d’exploitation d’EAST est faramineux à 15.000$ par jour, sans les salaires de centaines de scientifiques chinois et étrangers. Mais avec 100 secondes, il détient le record du monde de durée de fonctionnement. Song Yuntao, le vice-directeur, croit le centre capable de dessiner d’ici cinq ans le premier réacteur à fusion productif d’électricité.

À concurrence de 10% du budget (25 milliards de $), la Chine participe avec 35 pays, au programme ITER, le plus grand tokamak du monde, en construction à Cadarache (France) et devant entrer en fonction en 2025. La Chine contribue aussi en livrant des pièces du futur outil — elle vient d’envoyer quatre réservoirs d’élimination de vapeur de 100 tonnes chacun, made in Sichuan.

Par ces deux investissements, la Chine démontre à la fois sa foi en la fusion nucléaire, et sa volonté d’être une des nations qui saura les construire le moment venu — dans 30 ans, croit-on savoir. 

 

Nous vous recommandons

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine est une newsletter hebdomadaire d'analyse de l'actualité économique et politique, et sociétale - réputée pour son sérieux et son analyse de qualité auprès des professionnels depuis 1996.
0 CommentairesRéagir

Que faire à Shanghai ?

HISTOIRE

PROMENADE HISTORIQUE - Sur les pas de la pègre shanghaienne

Dans cette nouvelle épopée historique de la riche histoire de la Perle d’Orient, Marie-Astrid de Mézerac nous emmène en promenade sur les traces du plus grand gangster de tous les temps : Du Yuesheng

Vivre à Shanghai

SANTÉ

Les 5 pratiques de la médecine chinoise

La médecine chinoise se compose de cinq branches : l’acupuncture, le massage, la diététique, la pharmacopée et le qi gong. Toutes ces techniques thérapeutiques sont complémentaires.