Inondation à Recife: Les effets du changement climatique et de l'urbanisation

Par Vincent Bosson | Publié le 07/06/2022 à 10:32 | Mis à jour le 08/06/2022 à 11:42
Photo : Inondation à Recife, Brésil / Clauber Cleber Caetano/PR
Inondation à Recife, Brésil

Les inondations et les glissements de terrain à Recife, dans l'État de Pernambuco, au Brésil, ont tué au moins 128 personnes depuis le début du mois de juin 2022. Pour les spécialistes, l’évènement est un indice des effets du changement climatique. Mais ils soulignent également que la tragédie met en exergue la problématique de l’urbanisation et de l’assainissement des villes brésiliennes.

 

Les effets du changement climatique

Outre les 128 victimes qui ont perdu la vie dans des glissements de terrain, selon la défense civile, l'État de Pernambuco compte 61 596 personnes déplacées et 9 631 autres sans-abri. Au total, 54 municipalités ont été touchées par les pluies.

 

Des événements extrêmes comme celui-ci sont récurrents dans diverses régions du Brésil. Des pluies très intenses ont également touché récemment Bahia (25 morts en janvier et 600 000 personnes atteintes), Minas Gerais (25 morts en janvier), les villes de Franco da Rocha, à São Paulo (34 morts en février), et de Petrópolis, à Rio de Janeiro (232 morts en mars), et aujourd’hui Recife.

« Le climat ne se présente pas de manière classique », a déclaré Pedro Luiz Côrtes, professeur à l'Institut de l'énergie et de l'environnement (IEE) de l'USP.

 

Il ne s'agit pas de situations isolées. Nous sommes confrontés aux effets du changement climatique. C'est la réalité avec laquelle nous devons travailler ».

 

L’urbanisation et le manque d’assainissement des villes brésiliennes

Survolant Pernambuco dévasté par les inondations, le président Jair Bolsonaro s’est exprimé en expliquant que « malheureusement, ces catastrophes arrivent. Un pays continental a ses problèmes ». Les spécialistes nous alertent cependant ; la crise climatique ne permet pas de considérer la pluie comme seule responsable de la situation.

 

 

 

Selon Roberto Andrés, urbaniste et professeur à l'université fédérale de Minas Gerais, qui a été interviewé par le journal Pública, ce qui s'est passé dans la région métropolitaine de Recife n'est pas nouveau dans les villes brésiliennes, qui souffrent de l'absence d'une politique structurée en matière de logement et d’assainissement. La capitale de Pernambuco elle-même est désignée par le GIEC [Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat] comme la seizième ville la plus menacée au monde par l'urgence climatique et par l'avancée du niveau de la mer.

 

Outre les problèmes des sols des villes devenus très imperméables, l'urbaniste rappelle également que la question sociale est indissociable des pluies à Pernambuco et dans d'autres États brésiliens, « où ceux qui souffrent sont les plus pauvres vivant dans les périphéries ».

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale