L’armée brésilienne célèbre la fin de la Deuxième Guerre mondiale à São Paulo

Par Vincent Bosson | Publié le 09/05/2022 à 21:11 | Mis à jour le 09/05/2022 à 21:27
Photo : Célébration de la Victoire du 8 mai à São Paulo / Vincent Bosson
Célébration de la Victoire du 8 mai à São Paulo

L'armée brésilienne célèbre le jour de la Victoire en Europe ce lundi (9), sur la place Carlos Gardel, dans le quartier de Paraíso, à São Paulo. Cette date fait référence à la capitulation des forces ennemies et à la fin de la Seconde Guerre mondiale sur le continent européen.

 

La solennité marque un moment important de l’histoire, au regard de la nouvelle confrontation qui se déroule en Europe, et des conflits au Moyen-Orient et en Afrique.

Chaque année, l'armée brésilienne célèbre les dates majeures de l'histoire de la Force Expéditionnaire Brésilienne (FEB) sur le sol européen, en honorant les « Pracinhas », les anciens combattants brésiliens de cette époque.

 

Le Brésil est le seul pays d'Amérique latine à avoir participé directement aux guerres européennes. Environ 25 000 soldats de la FEB ont été envoyés en Italie pour combattre aux côtés des Alliés. 468 soldats brésiliens sont morts pendant le conflit en Europe.

 

Symbole de la FEB
Symbole de la FEB / Vincent Bosson

 

La déclaration de guerre du Brésil

Entre le 5 et le 17 août 1942, des sous-marins nazis torpillent six navires marchands brésiliens qui voyageaient le long de la côte du Nord-Est, causant la mort de centaines de personnes. Cet événement provoque un grand émoi populaire et Getúlio Vargas (alors président) déclare la guerre à l'Allemagne et à ses alliés.

 

Le symbole adopté par la Force Expéditionnaire Brésilienne, un bouclier au centre duquel un serpent fume la pipe, est une réponse aux critiques vis-à-vis de la position du Brésil, selon lesquelles il était plus facile qu’un serpent commence à fumer que le pays entre en guerre.

Les troupes brésiliennes ont été actives dans les régions montagneuses d'Italie entre la fin de 1944 et le début de 1945.

 

anciens combattants brésiliens, les pracinhas
anciens combattants brésiliens, les pracinhas / Vincent Bosson

 

Les "pracinhas"

Pracinha est une référence à l'ancien terme militaire portugais pour désigner les soldats qui étaient postés pour servir comme gardes. Le terme est adopté par la presse et la population de l'époque pour nommer les hommes de la FEB qui se sont embarqués vers l'inconnu.

 

Selon l’historien Thomas E. Skidmore, pendant les premières batailles, aux côtés du 5e bataillon américain, l’armée brésilienne a souffert de nombreuses pertes, en raison du manque de préparation. Après avoir été rééquipée et avoir suivi une formation complémentaire avec des soldats américains, l'armée brésilienne se relance dans la bataille et participe à la bataille de Monte Castello, dont la conquête a lieu en février 1945.

Pour l’anecdote, la couleur des uniformes brésiliens était légèrement vert olive clair, ce qui les confondait avec ceux portés par les Allemands. Les soldats de la FEB ont reçu alors l'ordre de porter sur le front des vestes américaines, pour se différencier de l'uniforme allemand.

 

Parcours de la FEB en Italie
Parcours de la FEB en Italie

 

Monument aux anciens combattants à São Paulo

La place Carlos Gardel, près du parc Ibirapuera abrite le monument aux anciens combattants, une initiative de l'Association brésilienne des anciens combattants de São Paulo, imaginée par l'architecte Jorge Osvaldo Caron.

Au centre de la place se trouve un corps en acier, formé par trois poutres ancrées dans un volume en béton, dépassant du sol depuis une rampe en forme de tranchée. Devant cet ensemble, un cylindre de marbre présente trois figures anthropomorphes en acier et une liste de noms d'ex-combattants gravés dessus.

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale