Vendredi 6 août 2021

Question vin, le Chili n’a rien à envier à la France

Par Édouard Maury | Publié le 17/07/2021 à 03:05 | Mis à jour le 22/07/2021 à 10:10
Photo : Elemaki - Viña Santa Cruz en el Valle de Colchagua de Chile (2010) - Creative Commons (CC BY 3.0)
Vin vigne chili montagne culture

La France est mondialement connue pour être le pays du vin. Mais au-delà de la quantité de production, et du nombre de domaines, le vin chilien est un solide concurrent à son homologue français. Cristian Alliaga, œnologue pour William Fèvre Chile, nous explique les secrets des millésimes chiliens.

Plutôt Saint-Emilion ou Concha Y Torro ? Nous pouvons vous l’assurer, les deux relèvent de l’excellence. Dans un pays où la culture viticole est peut-être moins répandue qu’en France (33 % des Chiliens ne boivent pas de vin), le Chili se démarque par un vin au goût très prononcé et remarquable parmi tant d’autres. Cette qualité amène le territoire andin à se classer comme le 7e plus grand producteur mondial selon l’Organisme International du Vin (OIV). Chaque année, ce serait 1,8 milliard de personnes qui consommeraient au moins une bouteille de vin chilien dans le monde. Principalement du Cabernet Sauvignon, du Carménère ou du Merlot. Cristian Alliaga est œnologue et travaille pour le vignoble William Fèvre Chile. Il a accepté de répondre à nos questions pour nous aider à mieux comprendre les particularités du vin chilien.

Après avoir fait le tour du monde, pourquoi vous êtes-vous lancé dans l'aventure avec William Fèvre Chile ?

Quand je suis revenu au Chili, j’ai fait la rencontre de la famille Pino. J’ai trouvé un projet très intéressant puisque très différent des grandes caves dans lesquelles j’avais l’habitude de travailler. Cela me permet d’être directement en contact avec les propriétaires et de participer aux décisions importantes pour la vigne, la cave ou encore le marketing, ce qui correspondait davantage à mon projet personnel.

 

 

Avez-vous étudié le vin en France ?

Non. J’ai fait mes études de viticulture et d’œnologie au Chili. J’ai seulement effectué des cours de dégustation au Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux pour mieux comprendre les différentes appellations.

Le vin chilien s'exporte-t-il bien ? 

Plus que bien. Je pense que c’est le résultat d’années d’apprentissage et de connaissance des vignes et des techniques de vinification qui nous permet d’atteindre aujourd’hui une telle qualité. Nous avons également l’avantage que le coût de la terre et de la main-d’œuvre soit encore faible par rapport à d’autres pays. De même, les variétés que nous utilisons le plus au Chili sont universellement connues, ce qui nous permet d’atteindre des prix très compétitifs avec des vins de qualité.

Quel arôme particulier possède le Cabernet Sauvignon produit au Chili, en comparaison d’autres pays ?

Au Chili, le Cabernet Sauvignon est la variété la plus plantée avec plus de 40 000 hectares. Elle est présente dans presque toutes les vallées, ce qui la rend difficile à distinguer par certains experts. Les meilleures vallées de Cabernet sont celles où les grains sont noirs ou rouges (selon les températures), et peuvent maturer sans problème. Elles se distinguent par leurs notes épicées et une faible concentration en tanin (composants naturels du raisin, contenus dans la peau, les pépins ou la partie ligneuse de la grappe NDLR). D’autres pays produisent des cabernets plus tanniques comme la France, qui accorde plus de temps à la production, ou la Napa Valley en Californie.

 

Vin Montagne William Fevre Chile
William Fevre Chile

 

Pourquoi les vins de San Juan (plateau où est produit le vin de William Fèvre NDLR) sont-ils si différents ?

Par la combinaison du sol et de l’altitude, qui génèrent de très bonnes conditions pour le Cabernet Sauvignon avec des tanins doux, des fruits mûrs sans être trop sucrés. Et aussi grâce au climat qui permet de maintenir des niveaux élevés d’acidité.

Pourquoi vouloir vous concentrer sur moins de vin avec William Fèvre Chile ?

Parce que nous sommes une petite vigne à l’échelle du Chili. Nous ne faisons pas la même chose que les grandes vignes, c’est-à-dire avoir un grand catalogue pour pouvoir offrir de nombreux produits afin qu’un importateur ne se tournent pas vers d’autres vignes pour étendre leurs vins. Nous faisons ce que le vignoble nous offre de mieux, soit nous concentrer sur la spécialisation et la réduction de l’offre pour faire ce qui est le meilleur pour la vigne.

Nous vous recommandons

Édouard Maury

Étudiant à Sciences Po Aix, j'effectue un stage au sein de la rédaction de lepetitjournal.com Santiago. Passionné de sport, et de nature, je découvre le Chili pour la première fois.
0 Commentaire (s) Réagir