Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2285

Après le séisme, la communauté haïtienne du Chili envoie une lettre à Piñera

Par Naïla Derroisné | Publié le 19/08/2021 à 23:00 | Mis à jour le 20/08/2021 à 11:30
Photo : USAID US - Haïti août 2021 - Licence Creative Commons (CC BY-NC 2.0) - Source : flickr.com
seisme haiti 2021

Au Chili, la communauté haïtienne demande au gouvernement de flexibiliser les critères migratoires en geste d’aide humanitaire. L’île caribéenne a été touchée par un fort séisme samedi dernier qui a fait plus de 2 000 morts et des milliers de blessés.

 

Le gouvernement chilien a envoyé, cette semaine, plusieurs tonnes de denrées alimentaires, médicaments, kits d’hygiènes et articles de première nécessité, pour venir en aide à la population haïtienne qui doit faire face aux lourdes conséquences provoquées par le séisme qui a touché le pays le 14 août dernier.

 

seisme haiti 2021 chili
USAID US - Haïti août 2021 - Licence Creative Commons (CC BY-NC 2.0) - Source : flickr.com

 

seisme haiti 2021 aide humanitaire
USAID US - Haïti août 2021 - Licence Creative Commons (CC BY-NC 2.0) - Source : flickr.com

 

Mais pour de nombreuses organisations d’aide aux migrants haïtiens au Chili, cet envoi de matériel n’est pas suffisant. Plusieurs de ces associations ont signé une carte, envoyée au président Sebastián Piñera, dans laquelle elles demandent la flexibilisation des critères migratoires pour permettre aux haïtiens de régulariser leur situation au Chili, et ainsi ne pas se faire renvoyer du pays.

Le docteur en Éducation, académicien de la faculté de Philosophie et des Humanités de l’Université du Chili, analyste politique, Ernesto Aquila, abonde également en ce sens. Dans un article du diarioUchile, publié cette semaine, il explique que : "Après le tremblement de terre c’est clair que pour les haïtiens du Chili il est très difficile de retourner dans leur pays. Et en ce moment, ce dont ils ont besoin c’est de pouvoir envoyer de l’argent à leurs familles. Ils ont besoin d’améliorer et stabiliser leur situation ici. Si on veut vraiment être solidaires, il devrait y avoir un geste envers la communauté haïtienne du Chili pour favoriser son insertion dans le monde du travail, ses conditions de vie, car tout ceci se répercute sur les haïtiens qui sont là-bas. Cela serait vraiment concret et solidaire, plus que de se tenir debout à côté d’un avion d’aide humanitaire." Selon Yvenet Dorsainvil, citoyen haïtien établit au Chili, la diaspora haïtienne du Chili est la troisième au monde, après celles des États-Unis et de la France, qui envoie le plus d’argent vers Haïti.

 

Nous ne pouvons pas dire que nous sommes un pays solidaire alors qu’on ne respecte pas les normes internationales des migrants qui sont dans le pays. - María Cristina Escudero, académicienne de l’Institut des Affaires Publiques de l’Université du Chili.

La docteure en sciences politiques et académicienne de l’Institut des Affaires Publiques de l’Université du Chili, María Cristina Escudero, a pointé du doigt, dans l’émission Radioanálisis de la Radio Université du Chili, la politique migratoire chilienne : "Il me semble que cela a été une erreur de la part du gouvernement de remplir des avions avec des migrants et ainsi donner un signe politique fort par rapport à la migration. Car derrière tout cela, il y a des situations humaines et juridiques qui ont été violées. Et ce n’est pas mon opinion, mais c’est la Cour Suprême qui a dit que les droits des migrants au Chili ont été violés […] C’est une attaque contre l’esprit solidaire chilien en général, nous ne pouvons pas dire que nous sommes un pays solidaire alors qu’on ne respecte pas les normes internationales des migrants qui sont dans le pays."

En Haïti, le tremblement de terre de samedi dernier a fait plus de 2 000 morts et des milliers de blessés. Des centaines de bâtiments, maisons, écoles, églises ou encore commissariats se sont effondrés.

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
0 Commentaire (s) Réagir