Dimanche 17 octobre 2021
TEST: 2285

Changement de l’heure du couvre-feu pour ce week-end électoral

Par Naïla Derroisné | Publié le 13/05/2021 à 21:45 | Mis à jour le 13/05/2021 à 22:03
Photo : Florian Macey - Source : unsplash.com
c'est le coucher du soleil sur santiago

En raison de l’élection qui se profile ce week-end au Chili, l’heure du couvre-feu a été modifiée pour le dimanche 16 mai. La loi "seca" va également être appliquée, il y aura donc des restrictions en ce qui concerne l’achat d’alcool.

Afin de "faciliter la participation citoyenne" à l’élection de ce week-end, le gouvernement chilien a décidé de décaler l’horaire du couvre-feu pour le dimanche 16 mai. Il débutera à 02 heures du matin dans la nuit du dimanche à lundi, et se terminera à 05 heures. Il ne durera que trois heures. L’objectif de cette mesure étant de permettre aux assesseurs et responsables de bureaux de vote de rentrer chez eux à temps, après le comptage des votes. Pour la soirée du samedi 15 mai, l’heure du couvre-feu ne change pas et se maintient de 21 heures jusqu’à 05 heures du matin. Cela fait plus d’un an qu’un couvre-feu a été instauré dans le pays afin de réduire la mobilité de la population et ainsi lutter contre la pandémie de coronavirus.

Interdiction de vendre de l’alcool le samedi et le dimanche

Au Chili, lors d’un scrutin, la loi "seca" (ou loi sèche) interdit la vente d’alcool. Ce week-end, puisque l'élection s’étend sur deux jours, il ne sera pas possible de se procurer de l’alcool dans les commerces ou les "botillerias". Cette mesure prendra effet le samedi matin à partir de 05 heures et se terminera le dimanche soir à 20 heures, soit deux heures après la fermeture des bureaux de vote.

Ce samedi et ce dimanche ont également été décrétés "jours fériés", c’est pourquoi seules les stations essence et les pharmacies d’urgence seront ouvertes.

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
0 Commentaire (s) Réagir