Samedi 20 avril 2019
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAIT DE CARIOCA - Gildas Landais, un acupuncteur français à Rio

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 14/04/2015 à 22:04 | Mis à jour le 06/01/2018 à 14:00

 

Depuis un peu plus de six mois, les francophones et les Brésiliens adeptes de méthodes médicales ?douces? ont un choix de plus à Rio. S'ils sont plusieurs à proposer ce service dans la ville, Gildas Landais est le premier français à tenter l'expérience. Ouvert trois jours par semaine, l'acupuncteur, expatrié par amour, a pris le temps de s'installer et souhaite désormais faire parler de lui.

L'acupuncture laisse perplexe nombre de Français, un peu moins de Brésiliens même si, dans les deux pays, les professionnels de la pratique ne sont pas considérés comme médecins. Il n'empêche que pour Gildas Landais, arrivé au Brésil en septembre dernier, le pays de sa compagne semble plus ouvert à la pratique. ?L'héritage culturel du Brésil fait qu'ils préfèrent se soigner de manière plus naturelle? Au Brésil, il y a beaucoup de plantes pour se soigner.?

Réparer des problèmes de stress et de fatigue
Le contexte semble intéressant pour le Français lorsqu'en mai dernier, il rencontre le président du Conseil des acupuncteurs de Rio qui, après analyse des diplômes et des huit ans de pratique dans l'Hexagone, décide de faire de Gildas Landais un acupuncteur officiel de la région de Rio. Désormais reconnu, il doit trouver un endroit où s'installer. Après avoir remarqué la réticence des Français et Cariocas plutôt aisés (l'acupuncture n'est remboursée ni en France, ni au Brésil) à venir chez lui, à Vila Isabel, Gildas Landais saisit l'offre d'une ?Brésilienne, psychothérapeute, qui m'a accueilli dans sa structure? dans la zone sud, à Leblon.

Les clients sont reçus les mardi, samedi et dimanche, pour une séance d'une heure et demie. Au programme : ventouses sur le corps, aiguilles ?stérilisées et à usage unique? et d'autres pratiques selon le mal qui ronge le visiteur. ?L'acupuncture a su faire le lien entre le physique et le mental et cartographier les méridiens reliant chaque organe à la surface de la peau?. En clair, les acupuncteurs assurent qu'un problème émotionnel peut engendrer une douleur physique. ?L'acupuncture est excellente pour traiter les problèmes psychosomatiques?. Les clients viennent pour ?du stress, des douleurs, de la fatigue, des troubles du sommeil ou une dépression? que Gildas Landais va tenter de régler en stimulant certains points du corps.

?Rio n'est pas moins stressant que Paris?
Une séance d'acupuncture a donc un coût et n'est pas remboursée mais, pour le Français, ?à chacun d'estimer la valeur de santé. C'est un Gildas Landais 2investissement pour la santé et l'espérance de vie? de clients qui font le choix de ne pas se soigner par les méthodes traditionnelles. Les acupuncteurs aiment à dire qu'ils font de la prévention plutôt que de la guérison.

Si le stress, la fatigue et la dépression ne sont pas des symptômes évidents du Brésil vu de France, notre acupuncteur assure que ?le Brésil et Rio sont différents de la carte postale. Une société moderne génère un stress. Chacun développe cela à sa manière : stress, troubles du sommeil, douleurs. Rio n'est pas moins stressant que Paris.?

Gildas Landais pourrait emménager dans sa propre structure, probablement dans le Centro, lorsque sa clientèle aura gagné en importance. Il a également comme projet d'organiser des consultations ?à donation libre puisque nous réfléchissons à un projet de travail au sein d'un dispensaire dans une favela? pour offrir des séances d'acupuncture comme il l'a déjà fait en France. Se faire connaître pour une pratique non reconnue, de surcroît dans un pays étranger, un défi que Gildas Landais compte, de fil en aiguille, réussir à relever.

Florent ZULIAN (www.lepetitjournal.com - Brésil) mercredi 15 avril 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Rio

São Paulo Appercu
BUSINESS

Entreprendre, la solution pour trouver un emploi au Brésil ?

Travailler au Brésil a des allures de carte postale, pourtant ce n’est pas aussi simple : l' usage de la langue, la légalisation de votre résidence, les salaires incitent les Français à entreprendre

Sur le même sujet