Mercredi 14 novembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BUSINESS - EU Brazil Connect, exemple d’un Brésil qui s’ouvre à l’étranger

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 20/04/2015 à 22:05 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

 

Et si le Brésil ouvrait davantage ses portes aux entrepreneurs étrangers ? En remportant un concours de la Commission européenne, le Français Damien Monel a saisi l’opportunité qu’offrait le gouvernement brésilien. Son entreprise, Scope Digital, a eu le droit de venir à Rio, accueillie par un chef d’entreprise local. Pour Lepetitjournal.com, le jeune et dynamique entrepreneur témoigne de son expérience.

Scope DigitalEU Brazil Connect“ est un concours qui pour la première fois s’est ouvert à l’Europe. Déjà en place avec les Etats-Unis, il s’agit, pour le gouvernement brésilien, d’offrir à des entrepreneurs étrangers la chance de s’installer ou de connaître le Brésil, appuyés par des entreprises locales.

Déjà plusieurs séjours au Brésil
Au total, l’Union européenne a recueilli 150 candidatures pour 20 lauréats, parmi lesquels le Français Damien Monel, séduit par l’opportunité. “L’idée est d’ouvrir les portes du Brésil, qui est assez protectionniste, à l’entreprenariat européen“, explique-t-il, sur des critères allant de l’intérêt pour le Brésil à l’expérience du candidat. “C’est pour attirer des nouvelles technologies, des entrepreneurs et, au final, de la création de richesses.

Le concours colle bien au parcours du Français. “J’avais étudié au Brésil et avais déjà travaillé pendant la Coupe du monde, pendant laquelle j’ai pu évaluer le potentiel du projet. Je suis revenu pendant deux mois et demi pour travailler seul et chercher des opportunités et, depuis le 1er mars, je suis ici pour essayer de convertir“ le travail effectué en amont.

Avec ses deux associés restés en France, il a créé Scope Digital, spécialisée dans la production vidéo. Mais pour réussir ici, de surcroît lorsqu’on est étranger, il faut apporter une valeur ajoutée. “Cela existe déjà, mais le concept est la combinaison de la production vidéo, incluant des plans aériens et des touches artistiques, avec la création de visites virtuelles, des panoramas à 360° sur une plateforme“, le plus souvent un site Internet. Scope Digital cible l’hôtellerie, l’immobilier et les centres commerciaux.

L’importance d’avoir un contact brésilien
Une fois le concours remporté, outre les 250 à 500 euros mensuels alloués, l’aide de l’entrepreneur local, la société Multiphocus en l’occurrence, s’avère précieuse. “Le Brésil est un pays assez complexe, où on met du temps. Avoir un appui commercial et opérationnel est intéressant pour moi“. Par exemple, Damien Monel devrait réaliser une plateforme de promotion du tourisme à Rio, commandée par la mairie, grâce à son partenaire : “Multiphocus nous permet d’être en contact avec eux puisqu’il avait déjà travaillé avec la mairie“. En retour, cette agence de communication pourrait être “prestataire sur les projets“ que l’entreprise française mènera.

“EU Brazil Connect“ a donc lancé une vingtaine de jeunes porteurs de projets européens : “J’ai rencontré d’autres lauréats, dont beaucoup sont à São Paulo“. Seule ombre au tableau : si le gouvernement brésilien s’associe à l’Europe sur le projet, il n’accorde pas de visa spécifique aux gagnants. En d’autres termes, un Français qui remporte le concours a droit à trois mois dans le pays et doit ensuite se débrouiller pour obtenir un visa. Le concours n’est qu’un soutien vers la réussite, Damien Monel en est l’exemple.

Florent ZULIAN (www.lepetitjournal.com - Brésil) mardi 21 avril 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin