Samedi 22 septembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CHARLES DUQUE - "Montrer aux Brésiliens différentes manières d’utiliser le fromage au quotidien"

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 29/09/2016 à 22:05 | Mis à jour le 30/09/2016 à 12:44

Entre vendredi et samedi derniers s'est déroulé le second pop-up store "Queijos da Europa" au Shopping Morumbi, à São Paulo, dans le cadre de la campagne promotionnelle des fromages européens et français "Abre seu Paladar". L'occasion de revenir sur le marché du fromage brésilien avec Charles Duque, responsable de la promotion en Amérique pour le Centre national interprofessionnel de l'économie laitière (Cniel).

Lepetitjournal.com : Alors que les Brésiliens consomment environ 5,4 kilos par an de fromage (soit cinq fois moins qu'en France), quelles sont les principales barrières à la consommation du fromage au Brésil ?
Charles Duque :
Comme le fromage est importé de France et d'Europe, il y a beaucoup de taxes et impôts qui se rajoutent au prix de départ. Très accessible en France, il en devient donc un produit cher au Brésil. Le prix est donc un critère important au moment de l'achat, tout comme les normes sanitaires, qui interdisent l'importation de tout produit à base de lait cru maturé moins de 60 jours. Mais il faut surtout citer la méconnaissance du produit. Les gens ne connaissent pas forcément bien les goûts des différents types de fromage ou ont peur de "mal" le manger, de le gâcher. Aussi, la campagne a pour but de faire découvrir le produit, montrer différentes manières de l'incorporer dans la vie quotidienne. Ou aussi surprendre, avec l'exposition photographique des "Filles à fromages".

Et quelles sont les personnes qui sont donc ciblées par cette campagne ? De par le prix, il va s'agir d'un public assez limité ?
Nous ciblons en effet les personnes ayant voyagé, qui connaissent la France ou l'Europe, et qui apprécient de pouvoir recréer l'expérience de déguster un fromage à la maison. Qui sont ouvertes d'esprit, intéressées par la découverte. Et de par le prix, il s'agit des classes aisées supérieures qui sont visées et qui vont avoir les moyens de cet achat.

Travaillez-vous avec des petits producteurs de fromage pour s'installer sur le marché brésilien ?
Nous sommes uniquement en relation avec des entreprises déjà installées au Brésil, comme par exemple les français Bel, Lactalis, Savencia Fromage & Dairy (ex-Bongrain), Isigny-Sainte-Mère ou encore des importateurs brésiliens comme Allfood Importadora. Bien sûr, nous donnons un coup de main si besoin, mais c'est plutôt Business France qui se charge d'accompagner les entreprises souhaitant débuter à exporter.

Quels sont les goûts des Brésiliens en matière de fromage ? Avec quels produits travaillez-vous ?
Le Brie et le Camembert sont les plus achetés, ils correspondent le plus au goût et habitudes brésiliennes. Ce sont aussi les plus connus. Quant aux "fromages qui puent", le Roquefort est apprécié, mais ce n'est pas le premier choix ! Cette année, il y a deux nouveautés présentées : le comté et la mimolette. La mimolette a beaucoup de succès car elle a un goût particulier, mais assez accessible aux palais brésiliens.

Propos recueillis par Lionel RIVIERE (www.lepetitjournal.com - Brésil) vendredi 30 septembre 2016

*Photo : Claudio Schapochnik

- Lire notre article sur l'édition carioca de "Queijos da Europa"

Que pensent les Brésiliens des fromages français ?

Quand on interroge les visiteurs sur le lieu de l'événement, un couple de Brésiliens, Everaldo et Andrea, et leur fille, Luiza, le confirment : la mimolette fait bien partie de leur panier. Et malgré des préférences fromagères différentes, Madame ayant un penchant "pour le doux", Monsieur, "plutôt les fromages forts", ils arrivent à déguster les fromages "avant un repas, comme apéritif ou bien avec une planche de charcuterie?.

La famille d'Andrea et Everaldo fait partie des 2.000 personnes ayant fréquenté l'événement samedi dernier et appartient au coeur de cible du public visé : Everaldo est directeur d'entreprise, le couple a déjà voyagé en France et Italie.

Alors que Business France annonçait le 26 septembre dernier une hausse annuelle de 31% des importations laitières au Brésil, les fromages français et européens peuvent bénéficier du dynamisme du marché brésilien, mais restent encore loin d'être des produits accessibles au grand public.

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet