Lundi 8 mars 2021

L’hymne australien modifié pour mieux représenter l’histoire du pays

Par Quitterie Puel | Publié le 07/01/2021 à 22:00 | Mis à jour le 13/01/2021 à 23:35
Hymne national australien

« Il est temps de reconnaître l’Australie comme « unie et libre » et non plus comme « jeune et libre » a écrit Scott Morrison dans un papier publié dans le Sydney Morning Herald, jeudi 31 décembre.

Jusqu’à présent, l’Advance Australia Fair, l’hymne national australien, débutait ainsi :

« Australians all let us rejoice

For we are young and free »

Ce texte écrit en 1878 par Peter Dodds McComrick est devenu l’hymne national en 1984, remplaçant le fameux « God Save the Queen ».  

Depuis, les polémiques entourant les paroles de cet hymne ont été nombreuses. En 2015, l’artiste Deborah Cheetham avait refusé de chanter l’Advance Australia Fair lors de la finale de l’AFL. L’Artiste avait d’abord proposé de remplacer les paroles : « for we are young and free » par « in peace and harmony » mais sa proposition avait été rejetée par l’AFL.

Depuis, de nombreux athlètes aborigènes ont à leur tour refusé de chanter l’hymne et en novembre dernier, c’est Gladys Berejiklian, ministre du New South Wales qui s’est elle aussi engagée en faveur de la modification de l’hymne national australien.

Pourquoi ces paroles posent-elles problème ?

Si l’on se réfère à l’arrivée des européens en 1788, l’Australie est certes une nation « jeune » mais cela implique malheureusement d’ignorer tout un pan de l’histoire. Avant la colonisation, le pays était peuplé par des tribus aborigènes installées sur le territoire depuis au moins 50 000 ans.

En supprimant l’adjectif « young » de l’hymne national, l’Australie fait un pas de plus vers la reconnaissance et l’inclusion des Aborigènes dans le grand récit national.

Scott Morrison a d’ailleurs ajouté : « Changing ‘young and free’ to ‘one and free’ takes nothing away, but I believe it adds much”.

 

Nous vous recommandons

quitteriez puel

Quitterie Puel

Après avoir effectué un master en management de projets culturels à Sciences Po, j’ai décidé de m’expatrier pour trois ans à Perth. J’aime écrire sur des sujets de société, dénicher des bonnes adresses et découvrir des lieux insolites.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Journée des droits des femmes

Journée des droits des femmes : 20 femmes exceptionnelles à découvrir

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, découvrez les portraits de 20 femmes exceptionnelles rencontrées par nos éditions locales à travers le monde