Mardi 7 décembre 2021
TEST: 2279

EN VADROUILLE À WUHAN – Balade dans l’ancienne concession française !

Par Lepetitjournal Pékin | Publié le 16/06/2013 à 20:00 | Mis à jour le 12/06/2013 à 17:23

Le mois dernier, je vous faisais découvrir l'animation trépidante du quartier du bazar. Cette fois-ci je vous emmène dans le quartier de l'ancienne concession française profiter du calme, de l'ombre des platanes et de ses nombreux cafés.

L'ancienne concession française de Wuhan

Gare de Dazhimen (Photo EC)

Peu de gens le savent mais comme à Shanghai, Guangzhou ou encore Tianjin, Wuhan abrita aussi des concessions étrangères à la suite de la guerre de l'opium. Elles étaient au nombre de 5 : une concession britannique, allemande, russe, française et japonaise. Installées à Hankou sur 4 km le long du Yangtze, le « Bund » est la partie la plus visible et la mieux conservée de ce patrimoine. La concession française, quant à elle, a été obtenue en 1896 (plus de 30 ans après celle des Britanniques) et a été la dernière à être rétrocédée en 1943. Elle s'étend sur un petit territoire d'environ 33ha coincé entre le fleuve au Sud-Est, l'ancienne concession russe au Sud-Ouest (Lihuangpi lu) et allemande au Nord-Est (Yiyuan Lu) et délimité au Nord-Ouest par Jinghan Dadao où se trouvait l'ancienne voie ferrée dont la gare de Dazhimen est le seul vestige encore visible. L'administration française a marqué sa présence dans le quartier par l'importation de son modèle urbain (choix des noms de rues, présence de trottoirs), architectural (architecture occidentale et hybride) et de son mode de vie (club, église, cinéma). Pourtant, bien qu'administré par la France, il y a eu rarement plus de 70 français dans la concession, celle-ci étant majoritairement habitée par une population chinoise et étrangère. Son nombre a d'ailleurs énormément fluctué en fonction des événements historiques, la concession ayant servi de zone refuge à de nombreux habitants de Hankou au moment de la révolution de 1911 puis lors de l'invasion japonaise en 1938.

L'ancienne concession française aujourd'hui

Ancienne Banque d'Indochine (Photo EC)

Contrairement à l'ancienne concession française de Shanghai ou de Canton, celle de Wuhan est moins bien préservée et est, pour le moment, encore peu mise en valeur. Seuls quelques bâtiments historiques ont fait l'objet de restauration et d'autres malheureusement, comme la Municipalité ou encore le Cercle Gaulois (lieu de rencontre et de divertissement des français), ont été détruits au profit de grandes tours. La concession offre donc aujourd'hui l'image d'un espace fragmenté où seuls subsistent quelques bâtiments et lilongs au milieu d'immeubles récents. Paradoxalement, je trouve que c'est aussi ce qui fait le charme de ce quartier. J'aime me perdre dans les rues de l'ancienne concession et découvrir, caché derrière une enseigne ou de la végétation, une jolie façade en brique ou un motif architectural surplombant une fenêtre ou une porte. Il fait bon y flâner car le trafic est moins dense et les rues sont ombragées.

Une balade au c?ur de la concession française

Je vous propose de démarrer votre visite sur le Bund, à l'angle de la Chezhan Lu, pour admirer le magnifique bâtiment de l'ancienne Banque d'Indochine, aujourd'hui repris par une banque chinoise. Prenez ensuite la rue Chezhan (anciennement rue de Hanoi), coincée entre la Banque d'Indochine et l'imposant bâtiment en briques rouge qui n'était autre que l'ancien consulat américain. Au bout tournez à droite dans la rue Dongting (anciennement rue Dubail). Au n°82-84, vous passez devant l'immeuble Racine à l'architecture typique des années 20, il fait partie des bâtiments classés monument historique. Tournez ensuite à gauche et remontez la rue Cai'e jusqu'à la prochaine intersection. Sur le côté droit, derrière une façade en briquettes rouge refaite à neuf se trouvait, à la place du café actuel, l'Embassy Theater, l'un des 3 cinémas de la concession française. Prenez ensuite la rue Shengli sur votre gauche (anciennement rue Dautremer). Au n°245 sur le côté droit de la rue, se trouvait l'hôtel Terminus, inauguré en 1919, c'était alors l'hôtel le plus renommé de la ville. L'hôtel a toujours gardé sa fonction et son prestige, et a pris le nom d'Hôtel Jianghan en 1954 (dorénavant fermé). En face au n°174, vous pouvez admirer le bâtiment de style art déco (1920-1925) agrémenté de jolies arcades du Bureau des chemins de fer (compagnie encore existante à cet endroit). Faites ensuite un crochet à gauche pour aller au n°25 de la rue Chezhan où se trouve l'Eglise de l'Immaculée Conception datant de 1910. Celle-ci fût pendant un temps transformée en discothèque mais est désormais fermée. Revenez sur vos pas et poursuivez dans la rue Shengli jusqu'au n°148. Admirez des deux côtés les jolies façades en briques rouge ou bien peintes en jaune. Entre les n°148 et 146, se trouve l'entrée du lilong Tongxing qui est l'un des mieux préservé de la concession française et le seul classé monument historique. Engagez vous dans cette rue piétonne où vous pourrez y observer le mélange des styles architecturaux occidental et chinois typique des lilongs de la concession. Au bout, vous retombez sur la rue Dongting. La maison en face au n°88, en brique rouge et avec une tourelle, était celle d'un riche marchand russe. Un peu plus loin sur la droite au n°81, caché derrière un épais rideau de végétation se trouve l'ancien consulat français construit en 1892 et qui a vu passer notamment Paul Claudel en 1897. Le bâtiment est désormais gardé à l'entrée mais il suffit de demander gentiment au gardien pour qu'il vous laisse jeter un coup d'?il sur la façade.

Ancien Consulat français (Photo EC)

La balade se termine au croisement de la rue Dongting et de la rue Lihuangpi, limite de l'ancienne concession russe (le bâtiment gris à gauche était le commissariat). Je vous conseille, selon l'heure, soit de prendre un café au 3 coffee dans la rue Dongting ou sur l'une des terrasses dans la rue Lihuangpi (en partant sur la droite), soit de prendre un verre de vin chez Chloé dans la rue Poyang.

J'espère que cette visite de l'ancienne concession française de Wuhan vous aura plu. Rendez-vous le mois prochain pour partir avec moi « En vadrouille à Wuhan » !

Vous pouvez retrouver la chronique du mois précédent ici.

Emeline Chevallier (www.lepetitjournal.com/shanghai) Lundi 17 Juin 2013

 

Source bibliographique
Dorothée RIHAL (2007), La Concession française de Hankou (1896-1943) : de la condamnation à l'appropriation d'un héritage. Thèse dirigée par Nora Wang, Université Paris VII, 511 p.

Informations pratiques
3 coffee- 70 Dongting Lu, Hankou, Wuhan
Chloé bar à vin- 145 Poyang Jie, Hankou, Wuhan

En ce moment à Wuhan
Fête de la musique
Vendredi et samedi 21-22 juin- 18h
Yangzi Riverbank

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Christian jeu 10/12/2020 - 22:21

Bonjour, Très bel article, dommage qu' il n' y ai pas de photos de tous les lieux dont vous parlez !

Répondre
Sur le même sujet