Samedi 23 octobre 2021
TEST: 2279

Honor of King : restriction du jeu vidéo à 1 heure par jour pour les mineurs chinois

Par Thibault Segalard | Publié le 23/08/2021 à 09:00 | Mis à jour le 23/08/2021 à 18:02
Personne qui joue au jeu Honor of king en chine

La Chine affiche depuis quelque temps une farouche volonté de réguler le secteur numérique et principalement celui des jeux vidéo. Dans leurs viseurs, Honor of King, auquel les mineurs ne pourront plus jouer qu’une heure par jour et deux heures en période scolaire.

 

Le quotidien national chinois Economic Information Daily qualifiait le 3 août que les jeux vidéo étaient un « opium mental » et une « drogue électronique ». L’empire du milieu, après avoir interdit leur usage entre 22h et 8h aux enfants et adolescents, a pris une décision encore plus radicale. Désormais, les mineurs n’auront pas le droit de jouer à Honor of King, un jeu qui rassemble des dizaines de millions de joueurs chaque jour, plus d'1 heure chaque jour et 2 heures en période de vacances scolaires.

 

Honor of King : plus de 100 millions d’adeptes

Le jeu de la société Tencent va donc être contraint de verrouiller l’accès après 2 heures de jeux aux joueurs de moins de 18 ans. Le géant chinois, qui a enregistré plus de 17 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2021 et qui réunit plus de 100 millions d’adeptes sur l’ensemble de ces jeux, a été la cible de plusieurs associations et élus du pays qui avaient souligné l’énorme temps quotidien passé devant les écrans par les jeunes.

 

Tencent avait déjà tenté, à plusieurs reprises, de contrôler l’accès à ses jeux, notamment à l’aide de la reconnaissance faciale des smartphones. L’idée est maintenant de réussir à bien vérifier l’identité de ces jeunes gamers, pour bien surveiller qu'ils n'usurpent pas le compte de leurs parents.

 

La Chine a le numérique dans le viseur

Le secteur se met à craindre de nouveaux tours de vis des autorités chinoises. Ces derniers mois, plusieurs géants de l’internet (Alibaba, Huawei, etc ….) ont été épinglés pour des pratiques douteuses sur l’utilisation des données personnelles, des droits des utilisateurs et sur des actes anticoncurrentiels.

 

Les investisseurs boursiers, apeurés, se sont à la suite des déclarations des autorités chinoises, délestés de leurs actions dans les géants du secteur, comme Tencent, Bilibilli ou NetEase. L’intention de Pékin de réguler l’industrie du numérique ne diffère pas des Occidentaux, mais les pratiques employées risquent de peser fort sur son économie.

Thibault Segalard

Thibault Segalard

Thibault a rejoint l’équipe de la rédaction internationale en juin après avoir passé 2 mois dans celle d’Athènes. Étudiant en école de journalisme.
0 Commentaire (s) Réagir