Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Notre-Dame de Paris : un don américain de 10 millions de dollars

Par Rachel Scharly | Publié le 16/04/2019 à 20:36 | Mis à jour le 16/04/2019 à 20:36
Notre-Dame reconstruction

Le monde politique, religieux, culturel, intellectuel, sportif mais aussi anonyme s’émeut depuis hier du violent incendie qui a frappé la cathédrale Notre-Dame. Une large partie de la toiture est partie en fumée tandis que la flèche, alors en rénovation, s’est littéralement effondrée.

 

Sur la destruction d’un monument de plus de 850 ans, le Washington Post se demande « pourquoi les humains réagissent avec tant d’émotion à la destruction des choses anciennes ». Et d’avancer une hypothèse : « Les vieux bâtiments symbolisent l’idée que tout n’a pas nécessairement une fin. C’est la promesse de beaucoup de religions, un espoir partagé par les fidèles qui se rassemblent à Notre-Dame depuis des siècles. Même les plus fervents athées peuvent ressentir ce désir de continuité dans un univers en changement perpétuel. »

Peut-être est-il à peine croyable de se dire que la cathédrale a su résister à plus de 800 ans d’histoire, dont la Révolution française et le sort peu enviable qui lui était promis, ainsi que deux guerres. De la fin de la Seconde guerre, on garde cette image des Jeeps de l’armée américaine stationnées sur le parvis de la cathédrale. Image scellant l’amitié franco-américaine.

À aucun moment, nous ne pouvions imaginer, en 2019, voir Notre-Dame partir en fumée, elle qui avait jusqu’alors résisté à tant de combats. Elle qui a regardé impassiblement défiler l’histoire de notre pays.

 

Des promesses de dons

Les flammes à peine éteintes, le monde entier pense à reconstruire, signe d’une entraide incroyable palpable à chaque moment difficile que notre cher pays affronte. Ainsi, alors qu’une souscription nationale pour la reconstruction a été lancée dès ce mardi, les collectes de fonds ont déjà commencé aux États-Unis, dès le 15 avril, comme Le petit Journal New York vous l’annonçait hier. Force est de constater que nos cousins américains ont toujours un coup d’avance.

La première institution américaine à avoir appelé aux dons est la French Heritage Society, laquelle oeuvre pour la préservation du patrimoine français et américain. Un fond spécial a été ouvert le 15 avril et chacun peut faire un don jusqu’au 30 juin 2019.

À ce jour, d’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, les promesses de dons affluent, pour rebâtir le monument, atteignant au moins 750 millions d’euros. Parmi ces promesses, 500 millions viennent de l’industrie du luxe - LVMH et L’Oréal notamment -, tandis que Total fait un don spécial de 100 millions. 

 

Un don américain de 10 millions de dollars

Henry Kravis, cofondateur du fonds d’investissement américain KKR, et son épouse Marie-Josée Kravis, « attristés par l’incendie », ont annoncé contribuer « dès à présent » à hauteur de 10 millions de dollars (8,85 millions d’euros). C’est le premier don d’ampleur venu de l’étranger.

 

Nul doute qu’il faudra des années pour reconstruire Notre-Dame. Nul doute qu’il faudra du temps pour oublier les images de la cathédrale en flammes. Mais ce n’est qu’une autre épreuve dont Paris saura se relever. N’oublions jamais la devise de notre capitale "Fluctuat nec mergitur".

 

Pour lire notre précédent article et faire un don :

https://lepetitjournal.com/new-york/les-americains-volent-au-secours-de-notre-dame-de-paris-255110

 

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Scharly est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Marie mer 17/04/2019 - 07:02

Un grand merci vous êtes super celà me touche beaucoup et me fait croire à un jour meilleur où toute la planète nous ne ferons plus qu'un tous réunis pour des jours meilleurs Encore une foi thanks you du fond du cœur.

Répondre

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.