Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le management multiculturel raconté par le patron de L’Oréal

Par Rédaction - New York | Publié le 28/10/2019 à 16:22 | Mis à jour le 28/10/2019 à 16:45
Photo : Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal
Jean Paul Agon L’Oréal

Le PDG de L’Oréal était l’invité du FIAF, French Institute - Alliance Française à New York, le 24 Octobre, pour une conférence sur le management multiculturel. Pour Jean-Paul Agon, apprendre la langue du pays où l’on travaille est la première condition pour une adaptation et des connexions rapides.

 

Parler pour s’intégrer

Quand il arrive à la tête de L’Oréal en Grèce, les réunions avec l’aide d’un interprète le dérangent et il annonce qu’il parlera grec en moins d’un an. Il admet aujourd’hui que c’était l’audace de ses 24 ans qui lui avait fait dire cela.

Il raconte aussi qu’il a non seulement fini par apprendre le grec, mais qu’il a également commencé à avoir les mêmes gestes et réactions que les Grecs ! Ce qui a décidé la direction de l’Oréal à l’envoyer ailleurs. Après plus de 40 ans passés chez l’Oréal, il reste persuadé qu’il faut savoir s’adapter à chaque nouvelle culture tout en restant soi-même.

Mais comment rester soi-même sans déranger les autochtones et leurs habitudes ? Comment s’adapter sans en faire trop ? Comment faire pour comprendre chaque nouvelle culture ?

Pour Agon, qui a passé des années dans des pays dont la culture était très différente de la sienne, il faut devenir fin observateur et s’immerger dans la vie quotidienne du pays pour comprendre et communiquer avec aisance et respect, aussi bien avec ses nouveaux collaborateurs qu’avec ses clients.

 

Un intérêt sincère 

Il souligne aussi l’importance d’un intérêt sincère pour les autres cultures, pour leurs us et coutumes. C’est visiblement ce qui a fait le succès de L’Oréal qui réalise plus de 90% de son chiffre d’affaires à l’étranger et qui est devenu le numéro un de la cosmétique dans des pays aussi différents les uns des autres tels que la Chine, la Russie ou les Etats-Unis.

À la question posée à Agon de savoir comment changer l’étiquette qui colle à la peau des expats français et comment se défaire du qualificatif « Arrogant ». Il répond avec le sourire, que chez L’Oréal, ils s’évertuaient à avoir des professionnels qui avaient confiance en eux sans pour autant devenir arrogants. Il a également ajouté que les choses étaient en train de changer avec les jeunes générations et l’ère du digital.

Et si on pouvait rencontrer plus de managers aussi ouverts et curieux que Jean-Paul Agon qui permettent justement de changer cette image du Français arrogant qui nous suit partout dans le monde ?

 

 

Article rédigé par Muriel Omur Ilbas

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles