Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TOURISME - Parc National Jacques-Cartier : le Québec plein les yeux

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 16/08/2015 à 23:26 | Mis à jour le 06/01/2018 à 16:22
 
Rêver du Québec, c'est rêver d'espaces naturels grandioses, de lacs immenses et préservés, de forêts à perte de vue, de chalets au bord de l'eau, de randonnées à la rencontre de castors, ou d'ours (dépend de votre niveau en ultimate fighting). Une fois ces pré-requis définis, difficile de faire son choix parmi la liste ahurissante de parcs naturels dans la Province, si ce n'est en parcourant Google Images à la recherche DU paysage.
 
Ca tombe bien, le Parc National de la Jacques Cartier propose assez de décors époustouflants pour occuper tous vos fonds d'écrans pendant les mois à venir. Nous avons donc décidé de nous munir de nos meilleurs sprays anti-moustiques et de défricher pour vous les sentiers de la Vallée.
 
 
 
 
 
Holiday Road
 
Beaucoup de nouveaux arrivants à Montréal ne disposent pas d'un véhicule motorisé et, soyons francs, il sera difficile de vous rendre dans un Parc National autrement. En préparant notre week-end, nous avons donc cherché le moyen le plus simple et - surtout - le plus économique de nous rendre sur place.
 
Ayant d'abord envisagé le bus, nous avons été assez vite découragés par les 10 km à pied qui séparent l'entrée du Parc du Centre d'Accueil, où se trouvent l'essentiel des activités. Guidés par notre seul instinct de survie donc, nous avons opté pour la location de voiture, moyen le plus flexible de se rendre et de se déplacer à sa guise dans le Parc (immense). 
 
Pensez à vérifier auprès de votre banque canadienne ou française si votre carte de crédit offre déjà une assurance sur la location de voiture : plus d'économies, plus de marshmallow à faire griller. Pensez également à proposer ou à surveiller les propositions de covoiturage sur la page Facebook du Parc de la Jacques Cartier, ou sur les nombreux groupes « bons plans » pour les expatriés français.
 
© Photo Sépaq, parc national de la Jacques-Cartier
 
 
Born to be wild
 
De la yourte au camp rustique, le Parc de la rivière Jacques-Cartier propose un large éventail de solution d'hébergements, selon si vous êtes en couple, en famille ou entre amis. Si vous voulez opter pour un camping aménagé, une yourte, ou pour un séjour en chalet, pensez à réserver sur le site de la Sepaq bien en amont : certaines périodes sont prises d'assaut. 
 
Conseillé par un sympathique garde-parc pour son côté sauvage, nous avons choisi le camping rustique sur le site du Héron. Pas de douches, ni d'électricité, mais une table, un barbecue, et l'immense satisfaction d'un grand bain de nature en plein coeur de la forêt. Muni de bois et  d'allume-feux fournis par le Parc, ne vous reste plus qu'à faire quelques courses avant de vous rendre sur place. Nous avons plutôt succombé au nécessaire à hot-dogs acheté au Centre, et profité d'un ciel dégagé pour une soirée « Astronomie » animée par les gardes forestiers.
 
 
Follow the river
 
Beaucoup d'activités nautiques sont proposées par le Parc de la Jacques Cartier, réputé mondialement pour les descentes en kayak que l'on peut y faire. La Vallée est aussi jalonnée de sentiers pédestres le long desquels, sur prés de 100km cumulés, vous pourrez vous émerveiller devant l'une des plus belles vallées glaciaires au Québec. Les plus expérimentés pourront gravir Le Socotora sur plus de 15km aller-retour et admirer l'un des plus beaux panoramas du Parc. D'un niveau modeste, la randonnée Les Loups (entre 3 et 4 heures aller-retour) est parfaitement convenue à notre planning serré et notre envie de paysages à couper le souffle.
 
© Photo Sépaq, parc national de la Jacques-Cartier
 
 
Réservez les randonnées pour la matinée, et profitez du reste de la journée pour louer un des différents types d'embarcations disponibles (kayak, mini-raft, rabaska, canot?) et glisser au fil de l'eau. Certaines zones sont libres d'accès, mais d'autres nécessiteront la présence d'un moniteur et de matériel adéquat, car la rivière qui coule au milieu n'est pas toujours un long fleuve tranquille.
 
Si vous êtes chanceux, vous pourrez observer la faune présente dans le Parc, en balade ou lors des nombreuses visites guidées données par les gardes-parcs à la rencontre des castors, caribous, ours et autres animaux de la forêt boréale. Ca, c'est le Québec !
 
 
Stéphanie Dufaud (www.lepetitjournal.com/montreal) Lundi 17 août 2015 
 
 
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Marion Lovell, l’abnégation au profit du Téléthon

Touchée par des drames personnels liés à une maladie génétique rare, Marion Lovell-Virte est coordinatrice du Téléthon des Français de l’étranger. Elle rêve de mobiliser en force et en nombre...

Sur le même sujet