En Floride, Laurent Gallissot rend hommage à Josephine Baker

Par Rachel Brunet | Publié le 24/11/2021 à 19:11 | Mis à jour le 05/05/2022 à 22:20
Photo : Laurent Gallissot lors du décret de Josephine Baker Day à Miami Beach
Laurent Gallissot rend hommage à Josephine Baker

Le 30 novembre, Josephine Baker entrera au Panthéon. En amont de cette date symbolique, Laurent Gallissot, consul général de France à Miami, entouré de son équipe, a décidé de rendre hommage, tout au long du mois de novembre, à Josephine Baker. L’artiste, l’activiste, la résistante, la femme engagée. Il nous raconte son admiration et son respect pour cette femme qui, à Miami Beach, en 1951, a changé l’Amérique. Bien en amont du mouvement des droits civiques. La volonté du consul : être en Floride, le storyteller de la véritable histoire de Josephine Baker.

 

Josephine Baker

 

Josephine Baker, une vie de résistance

« J’ai un intérêt personnel pour Josephine Baker » explique le Consul général de France à Miami, « elle a montré que l’on pouvait être libre et elle a participé à libérer la France. Elle a aussi participé au combat pour l’égalité dans la société américaine. Cet aller-retour est fantastique ». Initialement, le Consulat de France à Miami avait seulement prévu une soirée à Miami Beach, le 28 novembre, juste avant la panthéonisation de Josephine Baker. Une soirée hommage dans une ambiance Art déco et piano bar.  Des musiciens enthousiastes à l’idée de revisiter le répertoire de Josephine Baker ont vite répondu favorablement au projet du Consulat. Puis, à force de réflexion, Laurent Gallissot et son équipe ont voulu aller plus loin. « Chemin faisant, nous avons retrouvé cette histoire malheureusement restée sous silence trop longtemps. En 1951, Josephine Baker entame une tournée américaine qui débute à Miami Beach où elle exige de jouer devant des salles non ségrégées. Elle a insisté pour que toute sa tournée américaine soit alignée sur cette pratique » explique Laurent Galissot. « Ce qui est très intéressant est que l’année 1951 est bien en amont du mouvement des droits civiques et, à Miami Beach, cela a été passé sous silence. Nous avons fait une réappropriation avec beaucoup de précautions. Nous sommes allés parler à la communauté noire de Miami qui a un rapport assez ambivalent avec Miami Beach. C’est un lieu sensible qui a été construit par des blancs qui ne voulaient ni de gays, ni de juifs, ni de noirs. En montrant à la communauté noire qui s’est toujours sentie exclue, une évolution et en montrant que c’est Josephine Baker qui avait ouvert la voie. » Une artiste afro-américaine, une activiste qui a imposé à une ville blanche une ouverture antiraciste. « Je trouve pertinent de raconter cette histoire positive et de montrer que les choses se sont déclenchées grâce à des personnes comme Josephine Baker ». Être storyteller, et initier les projets, c’est aussi ce que le Consulat de France à Miami a fait auprès, de Dan Gelber, maire de Miami Beach qui a décrété le 28 novembre, Josephine Baker Day dans sa ville. « Il a été touché par l’histoire de Josephine » raconte Laurent Gallissot.

 

Josephine Baker

 

Tricoter entre communautés

Les rencontres d’ouvertures engagées par le Consulat ne s’arrêtent pas là. Laurent Gallissot part à la rencontre d’une chercheuse de l’Université de Miami spécialisée dans l’histoire afro-américaine, Terri Francis. Elle est l'auteure de Josephine Baker's Cinematic Prism publié par Indiana University Press en 2021. Spécialiste de l'histoire et de l'esthétique du cinéma noir, son écriture s’appuie sur les archives cinématographiques, les sentiments cinématographiques et les vicissitudes de la performance et de la représentation dans une perspective globale. Actuellement, son introduction à « Joséphine Baker, reine de Paris » est en streaming sur la chaîne Criterion. Le 26 octobre 2021, Terri Francis présentait son ouvrage Josephine Baker’s Cinematic Prism. Présentation suivie d’une conversation avec le Consul général, Laurent Gallissot, portant sur la carrière artistique de Josephine Baker ainsi que sa lutte contre les inégalités. Le 9 novembre, Laurent Gallissot participait à une discussion virtuelle sur l’implication de Josephine Baker dans la Résistance française avec Lynare Robbins, secrétaire membre du conseil d’administration du World Affairs Council of Miami.

« Josephine Baker s’est construit un espace et était pionnière pour à la fois mener sa vie artistique et utiliser sa notoriété pour des combats, la résistance ou les mouvements des droits civiques. On a réussi à recréer un intérêt, et on un peu les seuls dans tous les consulats à l’avoir fait, autour de Josephine Baker. Le sujet est compliqué, mais il ne faut pas faire le jeu de ce climat que nous avons aux États-Unis de communautés contre communautés. Nous avons voulu donner une vision intégrée » explique Laurent Gallissot. Le consulat de France à Miami rassemble des musiciens afro-américains, une chanteuse latino afro-américaine, des musiciens juifs. Il fait appel à Miami Dance Maker « un projet de développement de jeunes femmes dans leur carrière de danseuse. Des jeunes femmes latinos se sont reconnues dans la singularité et l’audace de Josephine Baker » explique le consul. « Nous avons tricoté, entre communautés, entre institutions » avec pour seule ambition de rassembler autour de l’histoire de Josephine Baker.

 

  Un grand merci collectif à Josephine Baker

Depuis 2013, Kévi Donat, créateur de la série "Le Paris Noir" — des visites guidées dans Paris mettant l'accent sur la culture noire — retrace les pas d'icônes tels que James Baldwin, Frantz Fanon, Josephine Baker ou Cheikh Anta Diop. Inspiré par l'héritage de ces grandes figures, Kévi Donat engage des conversations sur l'identité et le passé colonial de la France tant avec des Parisiens que des touristes. Le 23 novembre, lors d’une conférence en ligne organisée par l’Alliance française de Miami Metro, Kévi Donat retraçait le parcours de cette femme exceptionnelle en parcourant les rues de Paris. Un autre événement Floridien en hommage à l’icône.

Le dernier événement organisé par le Consulat de France à Miami sera une grande soirée, le 28 novembre, au National Hotel, en plein coeur de Miami Beach. Une soirée sous le signe du partage. Une soirée pour rassembler. Une soirée pour raconter l’histoire. « Nous espérons que ce sera un lieu d’éducation pour raconter l’histoire de Josephine Baker » conclue le consul.

La volonté de Laurent Gallissot, organiser un grand merci collectif à Joséphine Baker. Force est de constater qu’il a bel et bien réussi.

 

 

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef des éditions New York et Miami du Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Miami !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale