TEST: 2274

Trafic aérien : une reprise difficile au Mexique

Par Joséphine Leblanc | Publié le 03/06/2020 à 16:25 | Mis à jour le 03/06/2020 à 16:55
Trafic aérien reprise difficile au Mexique

Alors que le trafic aérien était quasiment au point mort depuis près de deux mois, les compagnies aériennes reprennent peu à peu leurs activités sous haute surveillance.

 

Avril 2020 : le pire mois de l'histoire de l'industrie du transport aérien

 

En avril 2019, le Mexique enregistrait 8,5 millions d'utilisateurs du transport aérien à l'intérieur du pays. Avec moins d'un demi million d'utilisateurs en avril 2020, l'industrie mexicaine enregistre une baisse historique de 94% du flux de passagers.

A cela s'ajoute la cessation presque totale à l'international avec une baisse enregistrée de près de 98%.

Le Ministère des Communications et des Transports (SCT) confirme que la perte de plus de 8 millions de passagers représente la plus forte baisse de l'histoire de l'industrie, surmontant les pertes enregistrées lors de la crise financière de 2009.

Trafic aérien Mexique

Au cours du mois d'avril 2020, les compagnies aériennes nationales ont volé près de la moitié de leur capacité (51,2%), tandis que les compagnies aériennes étrangères opéraient avec un coefficient d'occupation de seulement 20,1%. Le Ministère souligne également que 35 des 53 compagnies aériennes desservant le Mexique ont cessé leurs activités en avril.

Parmi les compagnies aériennes mexicaines, les baisses ont été de plus de 90% comme indiqué dans leurs rapports d'exploitation mensuels.

Interjet est la compagnie la plus touchée par la pandémie avec 25 100 utilisateurs seulement contre plus de 900 000 en 2019, ce qui représente une perte de 97,2%. Elle est suivie par Aeroméxico avec une perte de 91,1%, VivaAerobus de 85,9% et Volaris de 83,4%.

Trafic aérien Mexique

Parmi les destinations internationales, les baisses les plus importantes ont été observées dans les principaux lieux touristiques du Mexique. Par exemple, les Etats-Unis n'ont enregistré que 8 000 passagers en avril 2020, soit une baisse de 99,7% par rapport aux 2,63 millions d'utilisateurs l'année dernière à la même période. Le Canada également a enregistré un flux de seulement 2 800 passagers comparé aux 488 000 signalés en 2019.

La ville de Mexico a continué d'être la première destination avec un flux d'utilisateurs plus élevé que les autres, même si elle a enregistré une baisse de 92,2% au cours de la période, enregistrant seulement 160 100 utilisateurs, contre plus de 2 millions en 2019. D'autres destinations importantes du pays ont connu des ajustements de plus de 90% comme Cancún (-97,7%), Monterrey (-93,1%) et Guadalajara (-92,2%).

Alors que certaines activités économiques reprennent peu à peu, la stratégie du gouvernement fédéral pour relancer le tourisme dans le pays se concentrera sur les voyageurs nationaux, où le rôle des compagnies aériennes sera fondamental.

 

Une reprise du trafic aérien sous haute surveillance

 

Afin de relancer le trafic aérien, l'Agence Fédérale de l'Aviation Civile (AFAC) a établit dans un document une série de lignes directrices pour les compagnies aériennes et les aéroports afin de « réactiver les opérations ».

En plus de garantir toutes les mesures d'hygiène pour éviter les contagions, les compagnies aériennes du pays doivent démontrer leur capacité financière et revoir leurs dettes fiscales afin de pouvoir relancer leurs activités.

« Ce que dit la loi, c'est que tout opérateur, concessionnaire doit remplir quatre conditions pour opérer : avoir les capacités technique, juridiques, administratives et financières. (…) Nous veillerons à ce que, selon le plan de chaque compagnie aérienne, ces capacités soient établies » a déclaré Rodrigo Vásquez Colmenares, directeur général de l'AFAC.

Il a également indiqué que le document serait officiel dès aujourd'hui et, qu'à partir de cette date, les compagnies aériennes et les concessionnaires définiront leur plan de réactivation et le temps qu'il leur faudra pour se conformer à l'ensemble des lignes directrices.

L'AFAC, en tant qu'entité fédérale en charge de la sécurité aérienne, de la promotion du transport aérien et de l'examen de la situation financière des compagnies aériennes mexicaines a déclaré : « Nous laissons chaque compagnie aérienne déterminer de son propre plan de réactivation en toute liberté. Ils définiront le nombre d'avions, de routes, de pilotes, d'agents de bord et de personnelle technique nécessaire ».

Concernant la capacité financière, l'autorité fédérale demande aux compagnies aériennes de prouver leur solvabilité économique et la disponibilité des ressources financières, un business plan avec des projections sur cinq ans et la revue des dettes opérationnelles, fiscales et financières.

Le Secrétaire au Tourisme (Sectur), Miguel Torruco, a déclaré qu'il s'était déjà entretenu avec les propriétaires de la plupart des compagnies aériennes. « Ils verront que nous continuerons d'avoir nos compagnies aériennes solides et fortes ».

« Ayez confiance qu'Aeromar, Aeroméxico, VivaAerobus, Volaris et surtout Interjet continueront de voler et de renforcer la connectivité » a-t-il déclaré mardi dernier devant le Conseil national de direction de la Chambre nationale de l'industrie et de la transformation (Canacintra).

Selon José Enoch Castellanos, président national de Canacintra : « Nous devons nous préparer aux besoins de certains compagnies aériennes, cela se passe dans le monde entier. Nous savons que nos compagnies Interjet et Aeromar ne sont pas dans de bonnes conditions économiques. Le problème ce n'est pas qu'une entreprise fasse faillite, mais que si ces deux sociétés cessent de fonctionner il y aura des problèmes d'interconnexion pour de nombreux endroits du pays. Cela viendrait exacerber les conséquences de la pandémie en empêchant de mobilier non seulement le secteur du tourisme, mais aussi les entreprises. Si nous ne prenons pas les choses en main nous devrons à terme augmenter les accords aériens afin que les compagnies étrangères prennent le relais de nos propres communications dans le pays. »

 

Déjà une multiplication des vols vers Cancún

 

À partir de cette semaine, les principales compagnies aériennes du pays augmenteront leurs fréquences de vols vers Cancún, l'une des principales destinations touristiques du pays, certaines avec même plus de deux fois plus de vols qu'elles n'en ont actuellement.

Selon le site internet de Aeroméxico, la plus grande compagnie aérienne du pays passera d'un vol par jour de Mexico à Cancún à quatre, principalement le week-end à partir du vendredi 5 juin.

 

Interjet passera d'un vol quotidien de la capitale à Cancún à deux, à partir de lundi prochain. Pour la deuxième quinzaine de juin, la compagnie aérienne augmentera ses vols entre les deux destinations à 16 par jour selon son site internet. « À Cancún comme pour d'autres destinations importantes (en raison de la demande), les vols ou les fréquences vont progressivement augmenter ».

 

Volaris a confirmé maintenir ses liaisons de Mexico, Guadalajara, Tijua et Puebla à Cancún avec une fréquence quotidienne. Pour Mexico, la compagnie aérienne passera à 4 vols par jours dans les deux semaines et à 10 vols par jours à partir du 16 juin.  

 

VivaAerobus augmentera ses fréquences de vols de Mexico à la principale destination des Caraïbes de 2 à 6 à partir de mardi prochain selon le site internet de la compagnie.  

 

Concernant Cozumel, pratiquement toutes les compagnies aériennes ont cessé leurs opérations et il n'est pas prévu de les reprendre dans la première quinzaine de juin. Volaris devrait reprendre ses vols à partir du 21 juin, tandis qu'Interjet reprendra à partir du 16 juin avec un vol quotidien depuis Mexico.  

 

 

Portrait Joséphine Leblanc

Joséphine Leblanc

Après une formation juridique qui lui a permis de s’expatrier au Vietnam, elle se spécialise en communication et médias (IFP). Aujourd’hui elle a quitté Paris pour s’installer à Mexico.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Mexico !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale