Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2273

Melbourne : Les effets du confinement sur la santé mentale des habitants

Par Clodie Veyrac | Publié le 07/10/2021 à 00:20 | Mis à jour le 07/10/2021 à 12:02
Personne confinée chez elle à Melbourne

Dimanche 3 octobre, Melbourne est devenue la ville ayant passée le plus de jours en confinement au monde. Un habitant du Victoria qui a vécu à Melbourne et n'en est pas sorti depuis le début de la pandémie en mars aura passé plus de 245 jours en confinement.

Ce changement de vie radical en a chamboulé plus d’un, et de nombreuses inquiétudes quant à la santé mentale des Melbourniens ont été exprimées, et à juste titre.

En juin 2021, un Australien sur cinq rapporte avoir connu des niveaux élevés ou très élevés de détresse psychologique ces derniers mois.

Lepetitjournal.com a rencontré Christine de Vallois, psychologue libérale française opérant à Melbourne depuis 2015. Elle nous explique les conséquences du confinement sur le long terme, des conséquences négatives mais aussi parfois positives.

 

Quels sont les effets de l’isolation à long terme sur la santé mentale ?

D'après plusieurs études, la durée d'un confinement supérieur à 10 jours est prédictive de symptômes post-traumatiques, de confusion, et de comportements d'évitement. Il est légitime de ressentir de la peur, de l'angoisse ou de la colère. Parmi les facteurs de stress, on retrouve aussi la peur de transmettre le virus, la frustration et un sentiment d'isolement.

Les effets des confinements à répétition dépendent beaucoup de la situation sociale, financière, familiale et des conditions d'hébergement des personnes. A chacun sa pandémie. Les populations les plus vulnérables et déjà isolées souffrent plus que d'habitude.

 

Parfois, la pandémie est vécue comme une période sans après […], un temps devenu immobile sur le seuil du temps. Et se dire qu'il n'y a pas d'après peut créer de l'angoisse.

 

Quels sont les effets des confinements à répétition sur la santé mentale et le moral des Melbourniens ?

Les Melbourniens font le dos rond en attendant la levée des restrictions. Sentiment dépressif, anxiété, comportements addictifs et irritabilité sont en hausse.                                            

Chaque confinement a précipité des nouvelles demandes de suivi psychologique, ou a parfois conduit à des choix radicaux comme la décision de repartir vivre en [dans leur pays natal].

Toute pandémie comporte une dimension d'incertitude et de chaos. L'incertitude peut être destructrice (angoisse de mort, pensées suicidaires…); mais l'incertitude peut aussi être créatrice, une créativité peut résulter de cette aventure aux allures de catastrophe.   

Maintenir ses liens sociaux à distance, sport, activités créatives et créatrices, musique, méditation, lectures, sont autant d'occasions de se sentir exister sous différentes formes pendant ce temps long.          

 

Peut-il en ressortir quelque chose de positif ?

Cet "arrêt du temps" a permis à certains de s'arrêter sur eux-mêmes et de commencer un travail psychologique leur permettant de revisiter leur histoire, chose qu'ils n'auraient pas faite autrement.

 

Chaque personne peut faire de cette expérience l'exploitation de l'impossible pour ouvrir de nouveaux possibles.          

Le confinement est pour certains un temps de ressourcement, de réactivation de désirs profonds, une occasion incomparable de repartir à zéro. D’autres retrouvent leurs enfants dans les apprentissages scolaires, ils ont du temps pour la vie familiale et peuvent trouver un moment de répit au milieu d’une vie normalement à cent à l’heure.

Pour ces personnes le confinement a du bon, il s’agit de ceux qui vivent dans une situation de sécurité financière, sociale, psychique, familiale. Évoluant dans un cadre suffisamment stable, ils seront en mesure de tirer parti de cette situation, d’en faire un épisode décisif et positif de leur vie.

 

Et après ? : Sortir du confinement

Enfant portant un masque dans un parc de Melbourne

 

Le problème ce n'est pas un retour à l'état antérieur, mais plutôt vers un nouvel état, différent.                                                                   

Une adaptation extrême au confinement peut refléter une difficulté sociale antécédente à la pandémie, ou bien une peur de la maladie. Ce comportement peut parfois disparaitre progressivement avec la levée des restrictions, ou bien au contraire, figer des symptômes déjà présents. Consulter peut alors permettre de revisiter son rapport au monde, aux autres et à soi même, et trouver d'autres points d'appui pour être soutenu dans l'existence.

 

Quels sont les moyens mis en place pour aider les Melbourniens à surmonter cette période difficile ?

Pour les personnes ayant accès à Medicare, jusqu'à 20 sessions de soutien psychologique sont remboursées jusqu'en juin 2022.

Head to Health est un site web développé par le gouvernement australien qui rassemble des applications, des programmes en ligne, des forums, des services téléphoniques et des ressources d'information numériques pour aider les gens à trouver les services les plus adaptés à leurs besoins.

Il existe aussi plusieurs lignes d'écoute, disponible 24h sur 24, 7 jours sur 7 :

                - Lifeline: 13 11 14

                - Beyond Blue: 1300 22 4636

                - Kids Helpline: 1800 55 1800

Clodie Veyrac

Clodie Veyrac

Expatriée à Melbourne depuis 2017, Clodie a suivi des études de journalisme à La Trobe University avant de rejoindre la rédaction de lepetitjournal.com. Elle se passionne pour les sujets de société et d'avancées technologiques
0 Commentaire (s) Réagir