Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Ready Player One – No spoil (promis!)

Ready Player One cinéma Steven Spielberg film livre Ernest Cline jeux vidéosReady Player One cinéma Steven Spielberg film livre Ernest Cline jeux vidéos
Ready Player One, crédit Clément Fourney
Écrit par Clément Fourney
Publié le 1 avril 2018, mis à jour le 18 février 2021

Actualité ciné oblige, vous n’avez sûrement pas manqué la sortie du dernier Steven Spielberg – Ready Player One. Focus.


Un peu de contexte pour commencer. C’est le 32e film d’un réalisateur qui a forcément marqué notre enfance avec des films comme E.T., Les Dents de la mer, la trilogie Indiana Jones ou encore Jurassic Park. Pour bien faire les choses, il a eu à sa disposition le deuxième plus gros budget de sa filmo avec 175 millions de dollars pour sublimer le best-seller d’Ernest Cline, prix Prometheus 2012. Sur le papier tout s’annonce bien donc. 

Mais que vaut vraiment cette histoire ? Investigation… enfin lecture!
Et Big Up à WeJustLeft pour m’avoir offert le livre lors de leur étape australienne!

Dans cette dystopie se déroulant en 2044 dans un monde en perdition rongé par la disparition des énergies fossiles, Ready Player One réussi à créer une utopie geek – le cross-over ultime. De Star-Wars à Donjons & Dragons, De Pac-Man à Mecha Godzilla personne ne manque à l’appel ! C’est un délicieux univers qui est dépeint ici. Une vraie friandise pour Millennials… Difficile de relever les yeux de cet ouvrage une fois notre héros connecté à « Oasis ». On tient clairement quelque chose. 

Et si on se penche sur la trame narrative, là encore ça respire le succès. D’abord, c’est une pure histoire d’aventure au rythme haletant, à la fois lisible et pleines de surprises. Vraiment accessible à tous donc. Ensuite, on retrouve comme dans beaucoup de blockbusters récents, des protagonistes adolescents qui ne manqueront pas de générer une identification certaines à la fois chez les plus jeunes – #captainobvious – mais aussi chez toutes les personnes ayant jamais tenu une manette de jeu, regarder un film SF ou un dessin animé dans les années 90… et certainement aussi un peu chez leurs parents. Ajouter à cela l’expertise de Spielberg pour retranscrire fidèlement un univers via la post-production et les effets spéciaux… et il est déjà l’heure d’aller au ciné !

Au passage, n’oubliez pas de fouiller dans vos cartons (oui ceux que vous avez courageusement oubliés dans le grenier de vos parents) pour retrouver votre première console de jeu Atari 2600 qui va très bientôt valoir de l’or !

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024