Lundi 18 février 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAITS DE FEMMES - Madeleine Forestier ou le visage sombre du féminisme

Par Lepetitjournal Manille | Publié le 11/07/2017 à 19:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03
MF-500

 

Dernier "portrait de femme" écrit par les élèves de 4ème du Lycée français de Manille avec un personnage particulièrement ambigu : Madeleine Forestier, envers féminin du héros du Bel Ami de Maupassant est un personnage en révolte contre le rôle dans lequel la femme bourgeoise est alors reléguée. Mais elle reprend, dans son combat, les armes les plus viles qu’utilisent les hommes pour asseoir leurs pouvoirs. Dénonciation donc féministe, mais sans doute avant tout critique virulente de l’arrivisme politique et des conflits d’intérêts évidents entre le pouvoir politique, la finance et le journalisme.

Madeleine Forestier est une bourgeoise de la fin du 19ème siècle, caractéristique en plusieurs points des femmes de cette classe à cette époque. Elle est éduquée et cultivée mais elle est cantonnée dans son rôle de maîtresse de maison (tenir le foyer, éduquer les enfants, faire briller son époux en société) et ne dispose d’aucun pouvoir légal.

Mais elle prend pourtant le pouvoir : non pas en luttant ouvertement pour l’obtenir mais en retournant, contre les hommes, leurs propres armes de domination.

Contrairement à George Sand, qui, quoique choisissant un pseudonyme, s’engage de manière frontale dans des combats "féministes", Madeleine Forester œuvre de manière détournée pour faire passer ses idées : elle écrit des articles pour son mari, travaille ensuite pour le héros. Elle travaille dans l’ombre : elle n’a évidemment pas la reconnaissance, mais elle se saisit du pouvoir, et la presse en est un, et pas des moindres. Maupassant le sait bien, lui qui a longuement collaboré à plusieurs revues et journaux.

Elle use également de sa position et de sa beauté, de sa force de séduction sociale et physique pour pouvoir approcher le pouvoir et rencontrer les personnes auxquels elle n’aurait normalement pas accès. Elle est décrite comme une femme à la taille souple et la poitrine généreuse ; elle a des cheveux d’un blond qui fait ressortir son front ; ses yeux sont d’un gris azuré et son nez mince, son menton est un peu charnu ; sa figure lui donne une grâce toute particulière. Elle affiche donc également sa condition sociale : elle porte souvent des robes ainsi que d’autres habits qui n’ont seulement font ressortir sa beauté mais qui sont signe de sa richesse.

Elle fait preuve, pour arriver à ses fins, du même caractère froid et calculateur que les hommes qui possèdent le pouvoir et à qui elle veut le prendre, ou avec qui elle veut le partager : pas de tendres sentiments si l’on veut le pouvoir ! Par exemple, le mariage, pour elle, "n’est pas une chaine, mais une association" : "cet homme s’engage à voir en moi une égale, une alliée, et non pas une inférieure ni une épouse obéissante et soumise". En proposant cette « association » au héros, alors que son premier époux n’est pas même encore enterré, et en développant le raisonnement machiavélique selon lequel le mariage ne serait qu’une opportunité pour sa réussite personnelle et sociale, le personnage de Madeleine Forestier peut choquer. Mais elle dénonce de la sorte la corruption de tout un système : celui du pouvoir politique, associé à la finance et au journalisme, dans lequel les hommes tiennent le même raisonnement, sans qu’alors personne ne s’en choque.

Ainsi, Madeleine Forestier est un personnage ambigu : c’est une femme qui ne se soumet pas au pouvoir des hommes mais qui va tomber dans certains des travers des hommes pour gagner ce pouvoir. Plus que féministe, sa leçon, fort actuelle, est sans doute politique.

D’après Andrew BECK, Auguste LEMOUCHOUX et Timothée REBER, (4ème – LFM) (www.lepetitjournal.com/manille) mercredi 12 juillet 2017

ILLUSTRATIONS : Uma Thurman dans le rôle de Madeleine Forestier dans le long métrage de Declan Donnellan et Nicl Ormerod (2012)

Article écrit dans le cadre d’un E.P.I. (enseignement pratique interdisciplinaire) français-histoire mené par les enseignants des deux disciplines en classe de 4ème. Il s’agissait de découvrir et de faire découvrir un personnage féminin d’une œuvre littéraire du 19ème emblématique de l’évolution de la condition féminine à travers ce siècle et porteur, aujourd’hui encore, de valeurs et de revendications pour les femmes. L’intégralité du travail de recherches, de réflexion et de rédaction a été mené par les élèves, accompagnés par leurs professeurs.

logofbmanille

Lepetitjournal Manille

L'édition de Manille de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

POLITIQUE

Grand débat national : comment participer depuis l’étranger ?

Les ressortissants français établis à l’étranger sont appelés à s’impliquer dans le grand débat national, via une plateforme numérique et des consultations organisées localement...

Sur le même sujet