Mardi 24 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tomar : Festa dos Tabuleiros ou do Divino Espírito Santo; les origines

Par Claire Baudoin | Publié le 03/07/2019 à 23:22 | Mis à jour le 05/07/2019 à 11:31
Festa dos Tabuleiros

Les Festa dos Tabuleiros ou do Divino Espírito Santo qui ont lieu tous les quatre ans à Tomar (160km de Lisbonne) demandent un énorme travail de préparation et d’entr’aide de la part de la population de toute la région, mais le résultat est exceptionnel. Ces fêtes débutent le 29 juin et se termineront le 8 juillet prochain. Elles sont devenues si connues que les hôtels affichent complets depuis plusieurs mois et qu’elles ont des répercussions au niveau régional, et même national.

 

L’origine des Festa dos Tabuleiros ou do Divino Espírito Santo se perd dans les siècles mais il existe plusieurs explications.

Voici la première : les profusions de fleurs en papier, pâquerettes, coquelicots, épis de blé disposés en tapis ou en guirlandes dans les rues, rappellent les célébrations romaines en l’honneur de Cérès, la déesse de l'agriculture, des moissons et de la fertilité de la terre. Après un long hiver où la faim s’était fait sentir, arrivait enfin le printemps, puis l’époque des premières récoltes au tout début de l’été. Des rituels et le festival Cerealia (d’où le nom céréale) avaient lieu en son honneur. On immolait une truie, on mangeait des gâteaux de miel, on organisait des jeux qui duraient plusieurs jours. Le dernier jour, le plus brillant, le peuple se pressait en foule soit en procession autour des champs, soit pour se rendre au cirque. Par la suite, ces fêtes furent reprises par l’église, à travers les Franciscains en particulier, qui célébraient ainsi le partage des fruits de la terre et la fraternité entre tous. Le déroulement de la Festa dos Tabuleiros (= Fête des Plateaux) continue donc cette tradition : elle s’étend sur une semaine, on y tue symboliquement un bœuf, plusieurs processions défilent durant la semaine dans les rues décorées, les jeunes gens sont vêtus d’une chemise blanche, les jeunes filles portent sur la tête des pains piqués autour des tabuleiros.

Festa dos Tabuleiros

La deuxième explication :

Curieusement, ces fêtes portent deux noms : Festa dos Tabuleiros mais aussi Festa do Divino Espirito Santo
Pour comprendre ce dernier qualificatif, il nous faut remonter dans les années 1320, à l’époque du roi D. Dinis et de la reine Isabelle de Portugal et Aragon. Le couple avait décidé d’élever à la cour tous les enfants du roi, même les bâtards, et de leur donner la même éducation. Mais le roi portait une estime particulière à son fils illégitime Afonso Sanches au point de le nommer « Mordomo da Coroa », presque l’équivalent aujourd’hui de la charge de Premier Ministre. Il voulait même lui léguer sa couronne par testament. Cette relation privilégiée exaspéra le prétendant légitime, D. Afonso. Père et fils s’opposèrent dans des escarmouches entre 1319 et 1324. Mais, selon la légende, la bataille décisive n’aurait pas eu lieu grâce à l’intervention de la reine, à ses supplications auprès de son mari, à ses prières et promesses faites au Divino Espírito Santo (= Divin Esprit Saint).

Pour terminer cette histoire, ce fut donc le fils légitime, D. Afonso IV qui monta sur le trône à la mort de son père, en 1325. Il exila alors son demi-frère en Castille et tous deux finirent par signer un traité de paix sous les auspices de la reine Isabelle, devenue veuve.

C’est vers cette époque, à partir du XIVème siècle, que des banquets collectifs furent organisés en l’honneur du Divino Espirito Santo, avec distribution d’aumônes et de nourriture, surtout aux plus nécessiteux. Ce culto do Império, fut institué à Alenquer par la reine, s’est répandu dans le Portugal continental, et aussi aux Açores, et même au nord-est des USA et au Brésil, par suite des colonisations. Sur le dessus du tabuleiro, est posée en général une colombe en métal ou en papier, symbole du Saint Esprit.

Festa dos Tabuleiros
Photos : Claire Baudoin

Et une troisième explication sur l’origine de ces fêtes.

Le culte est aussi lié à la ville de Tomar car elle fut le siège de l’Ordre des Templiers, grâce au chevalier Gualdim Pais : il fit construire le château-forteresse et l’immense Couvent de l’Ordre du Christ, à partir de 1160. À l’époque, Tomar était la frontière entre le monde musulman, au sud, et chrétien, au nord ! La statue de ce chevalier templier, fondateur de la ville, est érigée au centre de la Praça da República, à côté de l’igreja São João Baptista et de la mairie, là où la fête bat son plein.

Note : Déplacement Lisbonne / Tomar :
par la route : 160km par l’A1. Durée : 2h20. Éviter de prendre la voiture le dimanche 6 juillet à cause des bouchons.
par train en partant de la gare Santa Apolonia : 2h de trajet.

En savoir plus : https://www.tabuleiros.org/

Ouvrage de Claire Baudoin : "Découvrir Lisbonne et sa région" 2018

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Lisbonne ?

CINÉ

Festa do Cinema Francês : 20 ans déjà !

La vingtième édition de la Festa do Cinema Francês se déroulera du 3 octobre au 8 novembre dans huit villes portugaises, à commencer par Lisbonne au cinéma São Jorge. Plus de 50 films seront à voir...

Expat Mag

ENSEIGNEMENT

Rémunération des profs : la France peut mieux faire !

De nombreux enseignants publient sur les réseaux sociaux leurs rémunérations sous le hashtag #balancetafichedepaiedeprof. Pourquoi ? Pour protester contre leurs salaires et leurs conditions de travail