Vendredi 19 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nouvelles de l´Algarve - Le petit Briviste (2)

Par Daniel Brignon | Publié le 08/05/2019 à 23:43 | Mis à jour le 08/05/2019 à 23:57
Photo : ©M.J. Sobral
IMG_8713_Lagos

À nous l’Algarve ! la suite…

Dans le précédent numéro nous venions de franchir le pas et de nous retrouver locataires à Lagos, la ville que nous n’avions pas choisie sur Google Maps mais qui nous avait littéralement sautée aux yeux à notre arrivée. Nous avons été séduit par Lagos.
 
 

Les mésaventures de l´installation
 
Muni du sacro-saint Número de Identificação Fiscal, nous voici maintenant fichés au Portugal. Sans nous en rendre compte tous nos faits et gestes seront connus des administrations portugaises. De Français râleurs en France pour sauvegarder nos libertés, nous sommes devenus Portugais compatibles !
Après la phase location et NIF, ma foi assez facile, on fait connaissance (on est début 2015) avec le culte du papier des administrations pour la phase RNH et voiture. "Prends un avocat, tu verras c’est plus facile", phrase souvent entendue, donc mise en pratique. C’est effectivement plus facile,  vu notre expertise proche du néant de la langue portugaise. Quelques dizaines de photocopies, quelques "dinheiros" et 4 mois après, l’attestation est là et la voiture est transformée, elle aussi devient portugaise et de ce fait affiche son âge sur sa plaque.
 

La partie administrative

Je vous passe entre temps les autres dossiers à faire : les assurances, la banque portugaise, EDP, le gaz, l’eau, le permis de conduire (ah ! Faro et son IMT, ses heures d’attente pour obtenir l’autorisation mais seulement pour deux ans, après bien sûr avoir fourni moultes photocopies et "dinheiros").
Et j’oubliais peut-être le plus important, il faut obtenir le "Certificado do registo de cidadão da União Europeia". Limité lui à 5 ans.
Et aussi la Segurança Social et le Centro de Saúde

suite, ou en même temps si vous êtes vraiment maso, vous entreprenez votre inscription auprès du Consulat de France à Lisbonne où l’on vous demande de vous déplacer pour faire le dossier après avoir pris rendez-vous par internet. Dans sa grande mansuétude vous pourrez récupérer votre carte chez le vice consul à Tavira (c’est moins loin et le chocolat chaud est excellent sur la place en centre-ville…).

Et tout ça c’est la partie portugaise, il y a bien évidemment le versant français, impôts, sécurité sociale, mutuelle, etc…
Malgré tout, rien ne nous arrête, nous sommes bien, les gens sont éminemment sympathiques, le temps est clément. Et puis surtout on l’a voulu !
 
À nous fado, cataplana, sardinha, feijoada !

UFE-Algarve

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

MARIE19 sam 29/06/2019 - 16:48

Coucou les brivistes! Ici une autre briviste, mais installée près de Lisbonne, à Sesimbra. 15 jours pour préparer la voiture...c'est long! Nous avons pris le même chemin et nous sommes nous aussi ravis de cette décision. Les démarches ne nous ont pas paru aussi fastidieuses et nous avons fait sans avocat. Il fait moins chaud par ici qu'en Algarve mais nous avons les merveilles du Cap Espichel, une vue "deslubrante" vers Lisbonne, Cascais, etc... Pas de nostalgie. Et puis la France n'est pas si loin et la Guierle ne va pas s'envoler! Cordialement

Répondre

Actualités

POLITIQUE

Rencontre trilatérale entre le Portugal, la France et l’Espagne

La secrétaire d’Etat française chargée des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, était à Lisbonne ce 11 juillet dans le cadre d’une réunion trilatérale entre le Portugal, la France et l'Espagne.

Communauté

EXPATRIATION

Questions d'actualité pour les Français expatriés au Portugal

Françoise Conestabile (UFELisbonne) et Mehdi Benlahcen (ADFEPortugal) abordent ici ce qu’ils considèrent être, dans les mois à venir, des questions importantes pour la communauté française expatriée.

Que faire à Lisbonne ?

DÉCOUVERTE

L’île de Armona, un petit bijou en Algarve

Coincée entre l’océan atlantique et le parc naturel de la Ria Formosa, l’île de Armona s’étant sur à peine 10 kilomètres. Pourtant, de nombreux visiteur s’y pressent l’été pour passer la journée