Vendredi 24 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Eça de Queiroz, un grand du Portugal

Par Fernando Couto e Santos | Publié le 14/03/2019 à 01:04 | Mis à jour le 14/03/2019 à 01:20
202-Champs-Elysee

Les éditions Chandeigne viennent de rééditer dans sa Bibliothèque Lusitane Poche 202, Champs–Elysées, roman d´Eça de Queiroz (1845-1900), écrivain raffiné, cosmopolite et francophile, véritable monument littéraire au Portugal, mais pratiquement ignoré du public français.     

 

La littérature portugaise en France

Les éditions Chandeigne se sont ingéniées depuis plusieurs décennies à faire connaître auprès du public français les trésors de la littérature portugaise. Toujours est-il que, malgré les efforts déployés par cet éditeur et beaucoup d´autres afin de divulguer les écrivains portugais en France, la plupart des lecteurs francophones ignorent presque tout sur la littérature du Portugal. Certes, des classiques comme Fernando Pessoa (1888-1935) et ses hétéronymes ; José Saramago(1922-2010), prix Nobel de Littérature en 1998, et des auteurs vivants comme António Lobo Antunes-qui connaîtra bientôt l´honneur d´être publié dans la prestigieuse collection La Pléiade, chez Gallimard-, Lídia Jorge ou Mário de Carvalho ont déjà pas mal de livres traduits en français, aussi bien que des auteurs d´une génération plus jeune comme Gonçalo M. Tavares ou Dulce Maria Cardoso. Quoi qu´il en soit, le nombre de livres traduits n´est pas forcément synonyme d´une large audience auprès du grand public.  

 

Eça de Queiroz écrivain francophile

Le vieil adage selon lequel qui se ressemble s´assemble ne s´est malheureusement pas appliqué à l´écrivain portugais José Maria Eça de Queiroz (1845-1900). C´est que cet immense écrivain -que Jorge Luis Borges considérait comme un des meilleurs écrivains de tous les temps, toutes langues confondues-, véritable monument littéraire au Portugal, était pétri de culture française et a passé les douze dernières années de sa vie en France où il exerçait les fonctions diplomatiques de consul du Portugal à Paris. Il est décédé  le 16 août 1900, chez lui à Neuilly-sur-Seine.

Eça de Queiroz était le  nom le plus emblématique du réalisme au Portugal. Son style limpide aux phrases bien ciselées, sa fine ironie, sa critique mordante des mœurs surannées de la société portugaise de l´époque, enfin son cosmopolitisme qui tranchait avec l´académisme provincial et poussiéreux de nombre de ses contemporains, ont fait de lui un écrivain novateur et ont secoué le marasme de la littérature de son pays.

Près d´une dizaine de ses livres -des romans pour la plupart- ont été traduits en français -chez Chandeigne, mais aussi chez La Différence (maison d´édition malheureusement placée en liquidation judiciaire en 2017) ou chez Métailié-, mais nombre d´entre eux sont en ce moment épuisés, dont, paraît-il, Le Crime du Padre Amaro que plusieurs critiques rapprochent de La faute de l´abbé Mouret d´Emile Zola. C´est l´une des raisons pour lesquelles on ne peut que saluer la réédition chez Chandeigne du roman 202 Champs-Élysées, dont l´édition qui existait il n´y a pas si longtemps dans la collection de poche Folio n´est plus disponible. Curieusement, ce roman dans la version originale en portugais porte un tout autre titre : A Cidade e as Serras (littéralement, La Ville et les Montagnes). En français, on a opté pour un titre différent qui renvoie à l´adresse parisienne du protagoniste du roman, Jacinto.

202 Champs-Élysées

Dandy et riche héritier d´une famille de notables portugais, Jacinto vit à Paris depuis l´enfance. Ébloui para la ville-lumière, sa modernité, son cosmopolitisme, l´opulence des beaux quartiers, il collectionne dans sa résidence du 202 Champs-Elysées, toutes sortes d´inventions de l époque, symboles du raffinement et de la civilisation : des lampes électriques en tout genre, des brumisateurs, des tissus précieux, une bibliothèque rassemblant près de trente mille volumes.

Zé Fernandes, jeune homme issu d´un petit village du nord du Portugal, s´installe chez son ami Jacinto pour suivre des études à Paris. Jouissant des plaisirs d´une métropole se trouvant à des années –lumière de son Portugal bigot et arriéré, pauvre et triste, Zé Fernandes découvre les rues de Paris et y rencontre des groupes d´intellectuels et d´artistes.

Néanmoins, l´enthousiasme de Jacinto pour la technique et le progrès s´estompe et il finit par tomber dans une énorme dépression. Son ami Zé Fernandes l´incite alors à quitter Paris et le vacarme de la grande ville et rejoindre le nord du Portugal pour y mener une vie frugale et paisible. Des nouvelles en provenance de Tormes, le village natal de sa famille, l´encouragent finalement à partir au Portugal.

Roman posthume, 202 Champs-Elysées met en exergue la vacuité des plaisirs urbains et la décadence d´une société sans repères face à la vie campagnarde, pure et sans fard.

La satire et l´ironie sont des caractéristiques qui ne pouvaient manquer dans ce roman, des caractéristiques qui ont fait la réputation de cet écrivain singulier que le public francophone aurait tout intérêt à découvrir. D´autres titres de l´auteur sont encore disponibles chez Chandeigne comme Le Mandarin, Le Cousin Basilio et Les Maia, son chef-d´œuvre, un portrait sans concession d´une société bourgeoise décadente, l´évocation de la ville de Lisbonne et l´histoire de la passion incestueuse entre Carlos da Maia et Maria Eduarda (frère et sœur). Ce roman fut publié en 1888 -il y a  donc cent trente ans- et la Fondation Calouste Gulbenkian vient de consacrer à l´auteur et à son magnum opus une brillante exposition dans ses locaux à Lisbonne.

La réédition de 202 Champs –Elysées donne ainsi au public francophone la possibilité de découvrir non seulement ce roman mais aussi toute l´œuvre disponible d´un des plus grands écrivains portugais de tous les temps, un esprit supérieur, subtil, raffiné et cosmopolite, doublé d´un admirateur majeur de la culture française.

 

Eça de Queiroz, 202 Champs-Elysées (titre en portugais : A Cidade e as Serras), traduit du portugais par Marie-Hèlene Piwnik, Bibliothèque Lusitane poche, Éditions Chandeigne, Paris, février 2019.  
 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ARBRE - Le jacaranda (Jacaranda mimosifolia)

S’il y a bien un arbre que l’on remarque dans les rues de Lisbonne à cette époque de l’année, c’est bien lui. Tous les ans, d’ailleurs, il y a un rituel institué entre les Lisboètes de

Expat Mag

Quels sont les meilleurs vins du monde ?

Le plus grand concours viticole du monde vient de rendre son verdict. Parmi les milliers de vins en compétition, seuls 50 ont reçu le titre très prisé « Best in Show ». Les vins français figurent-ils