Jeudi 22 avril 2021
Lisbonne
Lisbonne

Français du monde-adfe Portugal - Un fonds d'aide exceptionnel

Par Maria Sobral | Publié le 09/12/2020 à 23:00 | Mis à jour le 13/12/2020 à 22:59
Photo : Mehdi Benlahcen, signature de la convention au Consulat à Lisbonne
Mehdi Benlahcen - Français du monde-adfe Portugal


La section Français du monde-adfe Portugal s´est vue récemment octroyée une subvention d´un montant de 30.000 euros suite à un projet présenté au Conseil consulaire en direction des Français du Portugal dans le cadre du redéploiement du fonds d'aide exceptionnelle COVID-19, vers les associations venant en aide aux compatriotes Français. A cette occasion Mehdi Benlahcen, président de la section de l´association FDM-adfe Portugal, a accordé une interview au Lepetitjournal au cours de laquelle il explique en quoi consiste cette aide et le projet de l´association.
 
 

Lepetitjournal : Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs ce qu´est le fonds d´aide exceptionnelle ?

Mehdi Benlahcen : Suite aux difficultés rencontrés par les Français de l'Étranger, le gouvernement français a décidé le 27 avril dernier de redéployer les crédits normalement alloués au STAFE (Soutien au Tissu Associatif  Français à l'Etranger) vers de l'aide sociale d'urgence. Devant les réticences provoquées par ce redéploiement, et parce que nous souhaitions que cet argent reste à disposition des associations souhaitant développer des projets culturels ; M. Jean-Baptiste Lemoyne -Secrétaire d'État auprès des Français de l'Étranger-  a annoncé la mise en œuvre d'un grand plan de sauvegarde des Français de l'Étranger. Ce dernier comprenait notamment une enveloppe de 50 millions d'euros destinée à l'aide sociale.

 

Vers quels types de projet ce fonds est-il destiné ?

Ce fonds d'aide exceptionnelle COVID-19 était double. Il a d'abord été dirigé vers les OLES (associations de bienfaisance à destination des Français de l'étranger), qui sur demande se sont vus accorder des fonds supplémentaire cette année. Elles avaient ensuite la charge de redistribuer ces fonds à nos compatriotes les plus touchés par la crise sanitaire.

Par ailleurs, des « fonds de solidarité exceptionnelle COVID-19 » ont été mis en place dans chaque consulat. Chaque français.e.s inscrit.e.s sur le registre consulaire était éligible à cette aide à condition de justifier une perte de revenus liés à la crise sanitaire. Au Portugal, un ménage pouvait ainsi recevoir 162 € et 108 € par enfants.

Malheureusement, les critères d'éligibilités étaient dans un premier temps trop restrictifs. Le 5 octobre dernier, j'ai donc dénoncé à l'Assemblée des Français de l'Étranger, le fonctionnement de cette aide qui la rendait inopérante. Au 1er septembre 2020, seulement 2 % de cette aide avait été dépensé.

C'est dans ce cadre que début octobre le gouvernement a annoncé un assouplissement des critères et le renouvellement de l'aide sur 4 mois pour les ressortissants français. Pour ce qui concerne les OLES, c'est l'ensemble des associations venant en aide aux Français de l'Étranger qui devenaient éligibles sur projet à cette aide et non plus les seules associations de bienfaisance.

À Français du monde–adfe Portugal nous avons donc décidé de prendre le taureau par les cornes, car seulement trois personnes avaient été déclarées éligibles aux aides d'urgence COVID-19, c'était bien trop peu. Par ailleurs, il n'y a aucune association de bienfaisance opérante au Portugal. Les Français du Portugal étaient donc délaissés.
Nous avons donc décidé de présenter en urgence un projet pour apporter un soutien aux familles.

 

Pouvez-vous  présenter plus en détail à nos lecteurs cette aide aux familles et quelles sont les conditions d´éligibilité pour pouvoir en bénéficier?

A titre personnel, et dans le cadre de mon mandat, je siège aux conseils d'établissements des différents lycées de ma circonscription. Je dialogue également fréquemment avec les associations de parents d'élèves qui en font la demande.

Très vite il est apparu que la mise en place de l'enseignement à distance posait problème dans certaines familles qui n'avaient pas forcément les moyens financiers de s'équiper en matériel informatique adapté. Cette difficulté étant renforcée dans les familles où parents et enfants étaient tous en même temps en télétravail. La quantité d'écran nécessaire s'est retrouvée démultiplié.

Nous avons donc formulé une demande de subvention de 30 000€ pour pouvoir financer l'achat de tablettes numériques.
Après concertation des chefs d'établissements du lycée Charles Lepierre et Marius Latour, et après le feu vert du ministère, nous avons décidé de mettre ces tablettes à disposition des deux lycées. Ces derniers auront la tâche de les prêter chaque année aux familles identifiées. Ainsi, cela constitue un moyen de pérenniser cette aide dans le temps, et de rationaliser cette dépense.

En priorité nous souhaitons donc pouvoir prêter une tablette à chaque famille boursière AEFE, selon un critère de dégressivité de la quotité de bourses (familles ayant une quotité de bourses à 100 %, puis 90 % et ainsi de suite). Si les devis que nous avons d´ores et déjà lancés nous permette d'acheter plus de 180 tablettes, alors nous mettrons le supplément au service des enfants à besoin spécifique.

Nous sommes conscients d'avoir une chance exceptionnelle de pouvoir bénéficier de cette aide. Les sections Français du monde d'Irlande ou des Pays-Bas ont formulé la même demande mais sans succès. Je veux donc ici saluer les conseillers des Français du Portugal, de droite comme de gauche, qui ont approuvé à l'unanimité cette demande de subvention.
 

Dans combien de temps pensez-vous pouvoir distribuer les tablettes aux élèves des deux lycées ?

L'opération est déjà en cours. Nous dialoguons avec les chefs d'établissements pour réfléchir ensemble au meilleur dispositif possible.

Nous avons également déjà deux devis qui sont intéressants. Nous en attendons deux de plus dans la semaine, afin de pouvoir choisir le fournisseur.

Enfin les fonds adossés à la subvention devraient être débloqués en ce début décembre, nous permettant de payer l'ensemble de ce matériel.

Notre objectif est de fournir ces tablettes début janvier pour la rentrée des vacances d'hiver.
 

Dans le contexte sanitaire que vivent les familles avez-vous identifiés auprès des Français du Portugal d´autres besoins (ou situations) qui méritent d´être abordés ?

Assez curieusement les Français du Portugal ne se sont pas manifestés auprès de nous ou des services consulaires.
Douze personnes seulement ont déposé un dossier pour le fonds de solidarité exceptionnelle pour 3 éligibles.

On observe également une situation très contrastée concernant les bourses scolaires. Si on note 30 % d'augmentation du nombre de dossiers sur la deuxième commission, en provenance du lycée de Lisbonne, on note au contraire que le nombre de dossiers est en baisse pour le lycée de Porto !

Cette observation de nombreux élu.e.s de Français de l'Étranger à travers le monde l´a font. Nous savons pertinemment qu'un grand nombre de nos compatriotes se sont retrouvés au mieux au chômage partiel, au pire au chômage tout court. Nous voyons également les difficultés rencontrées par les entrepreneurs français à l'étranger.

Tout se passe comme si la plupart avait vécu sur leurs économies en 2020. Comme nous l'avons souligné lors de la dernière session AFE le plus dur est à venir. C'est en 2021 que se feront sentir durement les effets économiques de la crise sanitaire. Malheureusement,  pour l'instant il n'y a aucune anticipation budgétaire de ces difficultés à venir. Ainsi le budget des bourses scolaires AEFE est toujours prévu à 105 millions, soit le même niveau qu'en 2020 avant COVID ! En tout état de cause cette enveloppe sera insuffisante. Nous continuons donc de demander plus de moyens pour nos compatriotes à l’étranger.

 

maria sobral, édition de Lisbonne du site lepetitjournal.com

Maria Sobral

Directrice de l´édition de Lisbonne du site lepetitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

20 ANS DE LEPETITJOURNAL.COM !

lepetitjournal.com : 20 ans d’un réseau formidable !

En 2021, lepetitjournal.com, votre média à l’étranger, fête ses 20 ans. En cette année anniversaire, partons à la rencontre de ceux sans qui votre journal n’existerait pas : nos partenaires !

Expat Mag

New York Appercu
COVID-19

Les USA mettent la France sur la liste des pays où ne pas voyager

Le département d'État américain a ajouté environ 100 pays cette semaine à sa liste consultative « Niveau quatre : ne pas voyager », mettant le Royaume-Uni, le Canada, la France.