Dimanche 21 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CRISTAL BASCHET - Karinn Helbert : “ Nous sommes 10 dans le monde à posséder cet instrument”

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 30/03/2017 à 22:29 | Mis à jour le 31/03/2017 à 08:42

La musicienne et compositrice française Karinn Helbert était à Lisbonne ce 26 mars dans le cadre des journées de la Francophonie. Invitée par l'Institut Français du Portugal, elle a pu faire découvrir son instrument, le ?Cristal Baschet? lors d'un concert au jardim da estrela. Lepetitjournal.com/Lisbonne est allé à la rencontre de cette musicienne passionnée.
 
Lepetitjournal.com/Lisbonne  : Quel est votre parcours professionnel, votre formation musicale ?
Karinn Helbert : J'ai commencé la musique à six ans. J'ai suivi une formation de pianiste classique au conservatoire, puis de jazz au CIM (Centre de Formation Musical) de Paris, et ensuite une formation supplémentaire pour pouvoir composer. Par la suite, en faisant l'université, je gagnais ma vie comme pianiste pour financer mes études de journalisme. Finalement on m'a commandé une première musique pour un spectacle lorsque j'avais une vingtaine d'années, et j'ai commencé à composer pour le spectacle vivant, le théâtre et la danse. J'ai travaillé comme compositeur et pianiste accompagnatrice pendant vingt ans, puis je me suis convertie â la chanson, j'ai fait trois albums et une tournée. Il y a une dizaine d'années j'ai décidé d'arrêter la scène, la chanson et la musique en général, car tout le business autour de l'artistique ne me plaisait plus. Je suis partie en tournée au Canada et je me suis rendue compte que je n'y prenais plus le même plaisir.
(Photos : @ E. Dubourg)

Comment avez-vous découvert le ?Cristal Baschet?
Je devais faire un concert de piano dans des mines d'ardoise, sous terre au bord de la nappe phréatique et y jouer Debussy, Satie et Ravel. Je suis allée voir l'endroit, l'eau y tombait en permanence. C'était très humide, à tel point qu'on devait porter des casques. C'est alors que j'ai réalisé que si un piano descendait là, il ne remonterait pas. Je me suis donc mise en quête d'un instrument qui supporte l'eau, et j'ai découvert le "Cristal Baschet" . J'ai contacté le créateur qui avait 92 ans à l'époque et qui m'a dit que ce n'était pas un instrument de musique mais une sculpture sonore, et que je ne pouvais pas faire de la musique dessus. J´ai pris ma voiture et je suis allée voir directement de quoi il s'agissait. C´est un instrument complexe, mais il possède toutes les notes d'un piano, avec des cristaux similaires aux touches noires et blanches. Le pari a alors été d'apprendre à en jouer en huit jours, c'était la condition pour pouvoir l'emmener avec moi. J´ai  travaillé 15 heures par jour chez son créateur et au bout d'une semaine j'ai su en jouer. J'ai emmené le "Cristal Baschet" et j'ai pu faire ce concert sous la terre. C'est un instrument qui nécessite qu'on mouille régulièrement ses cristaux, et comme l'eau tombait directement de la terre dans la mine, c'était magnifique. Et finalement, le "Cristal Baschet" a totalement changé ma vie. Je me suis battue pour en avoir un, car il coûte très cher, et je suis finalement remontée sur scène en laissant tomber le milieu de la chanson pour me consacrer au "Cristal".
 
Qu'est ce qui vous a plu dans cet instrument ?
Sûrement le fait qu'il vous englobe complètement, comme s'il vous protégeait. J'aime aussi que ce soit un instrument à la fois doux et agressif. Il peut aussi bien être contemplatif comme violent, il y a énormément de variations possibles selon la manière de jouer. C'est aussi un instrument vibratoire, ce qui est très agréable. Et puis il est rare, et plutôt ludique puisqu'on a les mains dans l'eau. Et peut être finalement parce que c'était un pari pour moi de le pratiquer, nous ne sommes que dix dans le monde à posséder cet instrument, et je suis la seule à jouer de la musique classique dessus. J'ai peut être eu envie de prouver que je pouvais le faire, et de le partager avec le public.
 
Vous avez fait de nombreux concerts avec le Cristal Baschet dans le monde. Quelles ont été les réactions du public, dans l'ensemble ?
Tous à l'unanimité sont troublés, envahis. Quand on entend le son du "Cristal Baschet" on ne peut plus lutter contre les pensées. Le "Cristal Baschet" m'a d'ailleurs amené dans le monde des enfants polyhandicapés, parce qu'il a un son pure unique au monde, qui apaise et agit sur le mental. Nous avons d'ailleurs fait l'expérience de brancher une personne au "Cristal", et effectivement le cerveau est oxygéné et on est comme dans un état de conscience modifié. Je trouve que cela ouvre l'attention et on reste concentré uniquement sur le son. S'il est joué en direct sans sonorisation, l'effet est plus intense. Je me sers de cet instrument dans des pratiques comme l'ostéopathie dans l'eau, le massage, auprès d'enfants polyhandicapés ou de personnes atteintes de l'alzheimer... Je vais dans les hôpitaux et je joue pour les gens qui ne vont pas bien.

Comment se pratique cet instrument ? Faut-il des capacités particulières pour en jouer ?
C'est un instrument qui s'apprend, comme tous les autres. Il est aussi complexe qu'un piano ou qu'un violoncelle, et ce n'est pas parce que je suis pianiste que je peux jouer du cristal, les deux n'ont rien à voir.  Le "Cristal Baschet" se rapproche davantage du violoncelle que du piano. On utilise dix doigts qui sont comme des archets sur des cordes, sauf que les cordes sont des tiges de verre de cristal. J'aime l'emmener dans d'autres styles comme l'électronique ou des choses plus modernes.

Vous avez été invitée à donner un concert au jardim da Estrela dans le cadre des journées de la Francophonie, qu'est ce que cela représente pour vous de jouer ici au Portugal ?
Cela me fait très plaisir d'être là, je connais peu Lisbonne mais j'aime beaucoup cette ville. Je suis d'autant plus heureuse qu'il est difficile de faire venir le "Cristal" à l'étranger. Je travaille beaucoup dans les pays du monde arabe où j'accompagne des chanteurs soufis, et quand on ne connaît pas le cristal on a un peu peur de le faire venir car il y a tout un cérémonial autour de son déplacement. Je suis contente que l´IFP ait pris le risque de m'inviter, bien que la gestion du cristal ait été un peu compliquée, tout s'est finalement bien passé.

Quels sont vos projets en cours et à venir ?
Je viens de sortir un album intitulé Dounia réalisé avec un chanteur soufi et accompagné par le "Cristal baschet". Je suis très contente de cet album, c'est le premier que je fais avec le cristal et c'est un instrument qui s'enregistre très mal, on perd beaucoup en qualité. J'ai trouvé un sonorisateur magnifique et l'album se rapproche à 80% du son réel, c'est vraiment très beau. Je tiens beaucoup à cette formation qui est un mélange entre les cultures occidentales et orientales. Nous avons agencé des poèmes soufis sur des pièces de Bach, Satie et Haendel et c'est très prenant. Nous sommes cinq avec le violon, la contrebasse, les percussions, le chant et le "Cristal", et l'album marche plutôt bien. Je suis contente qu'il soit enfin possible d'écouter le "Cristal" dans sa voiture ou chez soi avec une qualité proche de celle du direct.
 
J'ai également d'autres concerts prévus. Quand je rentre en France j'enchaîne avec une semaine dans le sud où je vais réaliser des concerts méditatifs, ce qui est très agréable. Les gens sont dans des transats les yeux fermés et écoutent le cristal en pleine nature. Je vais également jouer dans des festivals, celui d'Avignon notamment, et je vais donner des concerts privés chez des particuliers qui m'invitent à jouer chez eux.

Elise Dubourg (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) vendredi 31 mars 2017

En savoir plus : sur le site de Karinn Helbert.
http://fetedelafrancophonie.com/2017/

Karinn Helbert au "Cristal Baschet" - Fête de la Francophonie à Lisbonne le 26 mars 2017

@Elise Dubourg

 

Karinn Helbert : Cristal Baschet :Quatuor "Cordes et Cristal "

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

POLITIQUE

Rencontre trilatérale entre le Portugal, la France et l’Espagne

La secrétaire d’Etat française chargée des Affaires européennes, Amélie de Montchalin, était à Lisbonne ce 11 juillet dans le cadre d’une réunion trilatérale entre le Portugal, la France et l'Espagne.

Communauté

EXPATRIATION

Questions d'actualité pour les Français expatriés au Portugal

Françoise Conestabile (UFELisbonne) et Mehdi Benlahcen (ADFEPortugal) abordent ici ce qu’ils considèrent être, dans les mois à venir, des questions importantes pour la communauté française expatriée.

Que faire à Lisbonne ?

DÉCOUVERTE

L’île de Armona, un petit bijou en Algarve

Coincée entre l’océan atlantique et le parc naturel de la Ria Formosa, l’île de Armona s’étant sur à peine 10 kilomètres. Pourtant, de nombreux visiteurs s’y pressent l’été pour passer la journée