Lundi 22 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MIGRATIONS – Des réfugiés accueillis au Portugal

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 16/07/2017 à 22:00 | Mis à jour le 17/07/2017 à 09:54

Depuis 2015, les pays membres de l'Union Européenne doivent gérer la venue de centaines de milliers de migrants. Quelle est la situation actuelle des réfugiés accueillis au Portugal ? Lepetitjournal.com/Lisbonne donne à ses lecteurs un aperçu de l'état des choses.
 
Politique d'immigration au Portugal
Selon le droit international (convention de Genève de 1951), est réfugié ?toute personne (...) qui, craignant d'être persécutée  du fait de sa race [son origine], de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner".
(Photo @RTP)
Au Portugal, le Ministère de l'Administration Interne est chargé de la mise en oeuvre des politiques d'immigration et d'asile du pays. Il a pour mission de surveiller les entrées, sorties et renvois des non ressortissants de l'Union Européenne au sein du territoire national. Le Ministère des Affaires Étrangères, lui, est responsable de la politique étrangère et de la politique des visas.    

Le rôle du Portugal dans le plan européen de répartition des réfugiés
La Commission Européenne lançait en septembre 2015 un programme de répartition des réfugiés censé répondre à la crise migratoire que connaissent certains pays d'Europe. En effet, on estime qu´en 2015 plus d´un million de personnes sont rentrés illégalement dans l´espace Schengen. Les tentatives d´immigration vers l´Europe ne cessent depuis 2010 à la suite des  conflits qui ont augmenté dans certaines parties du monde et notamment en Syrie, mais aussi en Lybie, en Afghanistan, en Erythrée, etc?

Le plan de Bruxelles vise à relocaliser 120 000 personnes qui ont besoin de  protection internationale. Au total l'Europe a accueilli 1 015 078 réfugiés dont la moitié est originaire de Syrie, fuyant la guerre civile qui bouleverse le pays. L'Allemagne recense le plus important nombre de demandes d'asile acceptées dans le cadre de ce plan depuis 2015. Le Portugal, lui, doit accueillir 4574 personnes avant septembre 2017, dans le but de soutenir les principaux pays d'accueil des réfugiés, à savoir la Grèce et l'Italie. Le pays doit aussi assurer la prise en charge matérielle des demandeurs de la protection internationale, en créant des structures d'accueil notamment.

Alors que de nombreux Etats membres de l'Union Européenne tendent à durcir leur politique d'accueil des réfugiés sur leur territoire et à fermer leurs frontières, le gouvernement portugais cherche au contraire à faire du Portugal une terre d'accueil pour les migrants, qui participent au développement du pays.

Début  2016, le Premier ministre portugais proposait un plan d'immigration visant à accueillir 10 000 réfugiés sur le territoire portugais. Pourtant en janvier 2017, il semble que seuls 49 réfugiés avaient été accueillis dans le centre ouvert à Lisbonne en 2016 pour les accueillir, et 600 sur l'ensemble du territoire.

En février 2017, le gouvernement estimait à plus d'un millier le nombre de réfugiés installés au Portugal dans le cadre du programme européen de relocalisation. Au total, 673 adultes et 328 enfants, 322 personnes seules et 166 ménages ont été accueillis. En mars de cette année 1150 réfugiés avaient été accueillis et 91 yézidis, une communauté kurdophone irakienne, l'une des principales cibles des djihadiste, étaient encore attendus.
En mai, 555 des 1306 réfugiés de guerre accueillis au Portugal depuis fin 2015 avaient quitté le pays pour partir ailleurs.  
 
La prise en charge des réfugiés
Au niveau institutionnel
Il existe deux options pour les réfugiés accueillis en Europe : la protection internationale ou le statut de réfugié.  
Seulement 64 des 1256 réfugiés arrivés jusqu'ici depuis la Grèce et l'Italie au cours des 18 derniers mois auraient obtenu le statut de protection internationale, soit 5% du total. Le reste des 1192 (95%) disposent d'un permis de séjour temporaire renouvelable tous les six mois. Beaucoup ont des emplois non qualifiés ou de courte durée. Ces statuts donneraient à ces réfugiés le droit de résidence pour trois à cinq ans au Portugal, et la possibilité de trouver un emploi adapté à leurs qualifications plus rapidement.

Il a également été constaté ces derniers mois qu´un nombre significatif de réfugiés ne s'installent que provisoirement au Portugal, ils repartent rapidement pour rejoindre d'autres pays européens voisins. Sur un total de 1 255 réfugiés accueillis au Portugal, ce sont 474 d'entre eux, à savoir près de 40%, qui abandonnent les démarches institutionnelles. Le Portugal apparaît alors comme un territoire de transition pour les réfugiés.
 
Au niveau matériel
Un centre d'accueil des réfugiés a été mis en place par la mairie de Lisbonne suite au plan européen de relocalisation des réfugiés. Une ancienne maison de maître jusqu'alors inoccupée a été  transformée en trois mois en 2015 et inaugurée en 2016 par la mairie de Lisbonne afin d´accueillir des réfugiés venus de Grèce et d´Italie. (photo @e-global.pt)

D'autres réfugiés sont installés dans des logements vacants en dehors de la capitale. C'est le cas des 24 Yézidis originaires d'Irak et de Syrie, qui avaient quitté la Grèce pour le Portugal en mars dernier. Les six familles ont été logées à Guimarães, ville située dans la municipalité de Braga, au nord du Portugal dans des logements déjà existants de la ville et ses environs. Des réunions y sont organisées par la municipalité avec le soutien du Conseil portugais pour que les réfugiés et d'autres entités locales se retrouvent et échangent.

Finalement, alors que le gouvernement portugais s'est préparé à la venue de milliers de réfugiés sur son territoire depuis 2015, une infime partie des migrants installés en Grèce et en Italie ont fait le déplacement jusqu'au Portugal.

Au final, le Portugal apparaît comme un des pays de l´EU ayant le plus collaboré à l´accueil des migrants, cependant étant un petit pays, ses conditions économiques ne lui permettent pas de rivaliser avec des pays possédant des ressources plus importantes et attractives aux yeux de ceux qui ont pratiquement tout perdu. Le Portugal apparaît  donc comme un pays d´accueil transitoire pour des migrants qui cherchent à reconstruire leur vie.

Elise Dubourg avec la collaboration de Custodia Domingues (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) lundi 17 juillet

Lire aussi l´interview du 15 mars 2017 :  MINISTRE DE L´INTERIEUR - "Une très bonne relation sécuritaire entre le Portugal et la France"

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ici 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

tof jeu 05/07/2018 - 12:58

les migrants...au Portugal ? J'espère que non, car ce pays a déja du mal à faire survivre son propre peuple... Les vieux sont laissés à eux-même et les jeunes foutent le camp ailleurs....En plus, quasiment pas de sécurité sociale,donc,pas d'assistanat comme en France par exemple !! Que dieu les protègent de l'invasion......

Répondre

Actualités

Incendie dans le centre du Portugal

Plus de 1300 pompiers, 400 véhicules et 15 hélicoptères sont mobilisés et luttent contre les flammes depuis samedi, 20 juillet à Vila de Rei, près de Castelo Branco dans des zones montagneuses.

Que faire à Lisbonne ?

DÉCOUVERTE

L’île de Armona, un petit bijou en Algarve

Coincée entre l’océan atlantique et le parc naturel de la Ria Formosa, l’île de Armona s’étant sur à peine 10 kilomètres. Pourtant, de nombreux visiteurs s’y pressent l’été pour passer la journée

Expat Mag

"Pires que la prison": les centres pour mineurs philippins sont le théâtre d'abus

Le crime de Jerry, un Philippin de 11 ans? Avoir violé les lois sur le couvre-feu des mineurs après avoir fui la violence à la maison. Son châtiment? Un séjour en centre de détention pour la ...

Sur le même sujet