Dimanche 19 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LISBONNE - Fêter les corbeaux !

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 24/06/2013 à 22:00 | Mis à jour le 26/06/2013 à 05:06

Muriel Bloch, conteuse, de passage à Lisbonne, en juin 2010 dans le cadre du festival " Silêncio", a visité la ville et a partagé avec nous ses découvertes à travers un conte :  "? A quoi se rapportent donc ces corbeaux  accompagnant le bateau, emblème de la ville ?"
 
Paroles de fado :
Tu es venue sur une cigogne, oeil bleu,
dans un monde où le fado n'existe pas.
Moi tresse noire de Lisbonne,
un corbeau magicien m'y a amenée ...
 
Me voilà à Lisbonne en ce mois de juin 2010. Je me promène au gré des rues, je savoure comment la ville se fête, s'affiche, accroche ses lampions, laisse l'odeur des sardines arriver jusqu'à mes narines. Je me baigne dans sa lumière.  Je suis  à LUZ BOA comme aime à le souligner mon amie Catitu Tayassu. .
J'observe les signes de la ville,  je scrute les murs, les escaliers, les enseignes, je photographie quelques tags, ces paroles urbaines qui m'émeuvent de ville en ville, de pays en pays.
Mais j'énumère aussi les noms de saints rencontrés, à travers les églises et les rues quand soudain je me demande :
"à quoi se rapportent donc ces corbeaux  accompagnant le bateau, emblème de la ville ?"
Bien sûr la caravelle, je comprends : hommage aux grands navigateurs...mais pourquoi ces deux corbeaux ?
J'interroge quelques personnes qui ne savent quoi me répondre.  Pourtant je sens comme une vénération en ville pour ces oiseaux.
Enfin je trouve des éléments d'explication dans un  court texte de José Cardoso Pires figurant dans une petite anthologie  intitulée : Le goût de Lisbonne   et aussi grâce  à un petit guide prêté par la médiathèque de l'Institut franco-portugais.
je découvre que le véritable saint de Lisbonne - moins fêté que saint Antoine - serait saint Vincent,  patron des vignerons... Me voilà sur la piste.

Tout commença en Espagne, au Vème siècle, à Valence. Où Vincent devint martyr pour avoir servi de porte-parole à l'évêque Valère qui souffrait d'un défaut d'élocution.
Ses restes furent jetés en mer, mais arrivèrent intacts jusqu'à l'extrême pointe sud ouest du Portugal. Des corbeaux, rapporte la légende, l'accompagnèrent pendant la traversée, protégeant les parties de son corps, des poissons. Les oiseaux se gardèrent d'y toucher. Et ces  mêmes corbeaux protégèrent la chapelle où il reposa d'où le nom donné plus tard à l'endroit :  Cap des corbeaux .... ou Cap saint Vincent !

Etrangement, 800 ans plus tard, apprenant par des prisonniers maures, l'existence de ce saint mort en Espagne mais reposant au Portugal à l'extrême pointe ouest du pays, le roi Alfonso Henrique envoie des hommes le chercher. On retrouva donc le corps -nous sommes alors en 1176-  on le ramena jusqu'à Lisbonne, pour le conserver soit dans la cathédrale Sé, soit dans l'église qui se trouvait à l'emplacement actuel de la poste, rua Santa Justa, une petite église, construite peu après la reconquête chrétienne au milieu du XIème siècle et qui fut détruite en 1755. Bien sûr à l'époque du Moyen-Age, l'eau arrivait encore jusque là. ...)
On raconte que les corbeaux suivirent fidèlement ce corps du saint, mort, révélé par les prisonniers maures.

C'est sans doute en souvenir de cet épisode de l'histoire, que le blason de la ville est orné d'un bateau et de deux corbeaux.
Certains affirment que les oiseaux qui volent dans l'enceinte du château saint Georges seraient les descendants directs de ces premiers gardiens  du corps de saint Vincent.... Les lampadaires du coin sont également décorés de corbeaux ...

L'écrivain José Cardoso Pires suggère que le saint n'a vu Lisbonne, qu'avec des yeux de mort... puisqu'il serait arrivé sur le Tage en cadavre. Mais les corbeaux qui l'ont escorté, auraient aimé les quartiers de la capitale, s'y installant et osant même franchir les portes de la ville,  s'aventurant jusqu'à  la fontaine d'Arroios ... Ils y auraient bu et gravé leur image dans la pierre, comme sur une stèle, marquant le passage d'explorateurs... Très portugais ces corbeaux...

(Photos : M.J. Sobral)

Muriel Bloch( http://lepetitjournal.com/lisbonne.html ) Reprise du vendredi 25 juin 2010

Pour plus d'infos :
www.murielbloch.com

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

POLITIQUE

EUROPÉENNES : Rencontre avec Mehdi Ben Lacen, "Envie d´Europe"

Lepetitjournal.com/Lisbonne a invité les représentants des trois partis politiques français officiellement représentés sur le Portugal à s´exprimer sur les enjeux liés aux élections européennes.

Sur le même sujet