TEST: 2268

Fête de la Francophonie – Un duo de jazz aux notes feutrées et sucrées

Par Thomas Ladonne | Publié le 11/03/2022 à 17:30 | Mis à jour le 11/03/2022 à 17:52
Photo : ICR ©RRI.ro/fr
Dua-de-Jazz, Ramona Horvath et Nicolas Rageau

Le jeudi 10 mars a eu lieu le premier évènement majeur de la saison 2022 de la Fête de la Francophonie au Portugal. Le Hot Club de Lisbonne accueillait un duo de jazz composé de la pianiste franco-roumaine Ramona Horvath et du contrebassiste français Nicolas Rageau.

 

Ramona Horvath, le jazz en toute originalité

Née à Bucarest pendant la Guerre froide, Ramona Horvath grandit dans une Roumanie communiste, aux ordres de l’autoritaire Nicolae Ceauşescu. A cette époque, la culture américaine ne passe pas les frontières du bloc de l’Est. Or, le jazz vient tout droit des Etats-Unis. Sa famille est fan de la culture jazz et de la culture américaine plus largement. Ils regardent des émissions américaines interdites en Roumanie, arrivent à se procurer des cassettes VHS de comédies musicales américaines. C’est ainsi que Ramona découvre la musique, et qu’elle commence à jouer des airs de jazz, sans même le savoir.

Grâce à son oreille absolue, elle parvient rapidement à reproduire les mélodies qu’elle entend, et leur apporte une nouveauté en improvisant dessus, faute de partition à cause du contexte politique de l’époque. En parallèle, elle fait partie du Conservatoire National de Musique de Bucarest. Après avoir obtenu son diplôme de soliste concertiste en piano classique, ses aspirations d’outre-Atlantique, qui ne se sont jamais effacées, s’affirment de plus belle.  Sa rencontre avec une star du jazz, l’américain d’origine hongroise Jancy Körössy, la propulse dès 2003 dans l’univers de ce style de musique, qui est une manière de vivre par extension.

Elle s’installe à Paris à la fin des années 2000, et c’est dans la capitale française qu’elle va développer son style et s’affirmer comme une pianiste du jazz moderne. Son originalité et la variété des styles qu’elle propose lui permettent d’obtenir deux fois le titre de « meilleur album de jazz de l’année » en Roumanie, en 2009 et en 2016, accompagnée d’autres musiciens.


Deux artistes inséparables

Le contrebassiste Nicolas Rageau accompagne depuis 10 ans la pianiste. Les deux forment un duo multiculturel iconique de la scène jazz parisienne. Ces deux artistes se sont rencontrés dans les années 2010, lorsque Ramona Horvath commençait à s’imposer sur la scène jazzistique française. Leur rencontre s’est faite par un concours de circonstances : la pianiste devait donner un concert au club Sunside, accompagnée de Jancy Körössy. Mais celui-ci n’a pas pu se rendre à la représentation. Le batteur qui accompagnait Ramona, Frédérique Sicart, a alors parlé de Nicolas Rageau. Ainsi, le groupe s’est constitué, et les deux amoureux du jazz ne se sont plus quittés.


Entre Duke Ellington et compositions originales : un duo complet

Ce qui fait la force de ce duo, en plus des similitudes dans leur manière de ressentir la musique, c’est sans nul doute leur passion pour Duke Ellington, l’un des plus grands jazzmen du monde. Romana Horvath insiste sur le génie d’Ellington, de l’organisation de ses groupes – qui avaient une manière inégalée de faire sonner les compositions d’Ellington – et de l’influence qu’il a eu dans le jazz.

En 2019, les deux fans de The Duke ont sorti un album en duo nommé Le Sucrier Velours, en référence à un titre phare de la star du jazz du XXe siècle. Cet album a très bien été reçu par la critique à Paris. Il reprend des compositions de Dumpy, en apportant de nouvelles harmonies, adaptées à l’essence du duo.

La Fête de la Francophonie a offert aux amoureux du jazz un moment unique avec ces deux musiciens références du jazz occidental moderne.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale