TEST: 3752

Pérou : le jour d’après n’est pas pour aujourd’hui !

Par Guillaume FLOR | Publié le 11/05/2020 à 08:00 | Mis à jour le 11/05/2020 à 08:00
11 mai Pérou

Face à l’augmentation du nombre de cas au Pérou et pour continuer la lutte contre l’expansion de l’épidémie du Covid-19, l’état d’urgence a été prolongé de deux semaines par le Gouvernement.

Selon les chiffres fournis par le Ministère de la Santé au 55ème jour de confinement au Pérou (9 mai), 65.015 personnes ont été testées positives au Covid-19 dans le pays, 6.220 d’entre elles sont hospitalisées, dont 748 en soins intensifs et 1.814 sont décédées du coronavirus. Le Pérou se trouve parmi les pays les plus affectés de tout le continent américain, seuls les Etats-Unis et le Brésil présentent des chiffres supérieurs.

Martín Vizcarra
Martín Vizcarra

L’état d’urgence, déclaré le 16 mars pour contenir l’expansion de l’épidémie du Covid-19, est donc étendu par le Gouvernement péruvien jusqu’au dimanche 24 mai. Bien que les mesures prises au Pérou aient permis la réduction du taux de contagion du coronavirus de 3% à 1%, le président Martín Vizcarra ne veut pas prendre le risque d’un rebond des contagions en mettant fin trop tôt à la quarantaine.

Ce qui change à partir d’aujourd’hui avec l’extension de l’état d’urgence

  • Usage obligatoire de gants pour se rendre dans les marchés et les banques.
  • Nouvel horaire pour le couvre-feu qui sera désormais de 20h à 4h pour la capitale. (Les régions du Nord du pays resteront avec leurs horaires habituels, de 16h à 6h). Les banques pourront donc ouvrir jusqu’à 17h, à Lima.
  • Cinq millions de foyers recevront, en ce mois de mai, une nouvelle aide financière, « Bono Familiar Universal » de 760 soles (environ 200 euros) afin de supporter ce nouveau prolongement de la quarantaine. Au total, ce sont 6,8 millions de familles péruviennes qui pourront bénéficier de ce soutien de l’Etat.
  • 150 000 policiers et militaires supplémentaires seront déployés pour faire respecter la quarantaine afin de garantir l’ordre et la sécurité pendant l’état d’urgence prolongé de deux semaines. Le chef de l’Etat en appelle également à la responsabilité de chaque citoyen.
  • A partir du lundi 18 mai, les enfants (jusqu’à 14 ans) pourront sortir dans les rues malgré l’état d’urgence, mais seulement pour 30 minutes maximum, tout en ne s’éloignant pas à plus de 500 mètres de leur domicile.

Une relance économique du pays en quatre phases

Le président Martín Vizcarra a également annoncé la reprise progressive des activités économiques du pays en quatre phases de un mois : mai, juin, juillet et août. Lors de la première phase, correspondant au mois de mai, ce sont environ 1,4 million de travailleurs péruviens qui retourneront à leur activité parmi les quatre secteurs d’activités suivant : Mine et Industrie ; Construction ; Services et Tourisme ; Commerce.

 

Relance économique au Pérou - Phase 1

 

La ministre de l’Economie et des Finances, María Antonieta Alva indique que lors de cette première phase, l’économie du pays passera de 44% à 70% de son fonctionnement habituel. Chaque secteur d’activité devra respecter des protocoles sanitaires stricts notamment pour préserver la santé des travailleurs, à l’exemple du protocole que les restaurants devront appliquer pour pouvoir réaliser leurs livraisons à domicile.

De son côté, le Ministère de la Santé stipule que les personnes souffrant d’obésité (ayant un indice de masse corporel, IMC, supérieur à 30), de maladies chroniques comme le diabète ou l’asthme et les personnes âgées de plus de 60 ans, ne pourront reprendre le travail jusqu’à la fin de l’état d’urgence et le retour à la normal.

 

Sur le même sujet
guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale