Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

XENOPHOBIE – Violentes attaques xénophobes à Durban et à Johannesbourg

Écrit par Lepetitjournal Johannesbourg
Publié le 16 avril 2015, mis à jour le 19 avril 2015

Toute cette violence a démarré après des propos xénophobes de la part du Roi Zulu Goodwill Zwelithini, la plus importante autorité traditionnelle du Kwazulu Natale, qui déclarait la semaine dernière que les étrangers devaient « faire leurs valises et quitter le pays. »

Edward Zuma, fils ainé de l'actuel Président Jacob Zuma, a de nouveau attisé les flammes en déclarant qu'il fallait déporter les étrangers vivant en Afrique du Sud car ils représentent un danger. « Certains viennent dans ce pays armés, affirmait-il, et contribuent aux problèmes de drogue. »

En 2009, l'Afrique du Sud avait dû faire face à vague de violences similaires, faisant plus de 60 morts au total. Les jugements sont toujours en cours et personne n'a été condamné pour l'instant.

Les émeutes ont débuté dans les banlieues de Durban, puis se sont étendues aux régions de Johannesbourg et Pretoria, où les manifestants s'en sont pris aux magasins tenus par des étrangers venus pour la plupart du continent africain. Pillages, mises à sac, incendies et violences sur les personnes ont déjà fait 6 morts en quelques jours sur l'ensemble du territoire.

Après des réactions politiques relativement discrètes jusqu'à aujourd'hui, le Président Jacob Zuma a lancé un appel au calme : « Nous avons été témoins, au cours de la semaine passée, de violences choquantes et inacceptables à l'encontre d'étrangers, dans plusieurs districts du Kwazulu Natal, et elles ont gagné plusieurs secteurs de la province de Johannesburg et Pretoria. Des incidents similaires s'étaient produits à Soweto au mois de janvier. Aucune frustration, aucune colère ne peut justifier des agressions d'étrangers et le pillage de leurs boutiques. Nous condamnons ces violences avec la plus grande fermeté. Ces attaques viennent violer toutes les valeurs qu'incarne l'Afrique du Sud, c'est-à-dire le respect pour la vie humaine, pour les droits de l'homme, la dignité et le vivre ensemble. Notre pays demeure résolument dressé contre toutes les formes d'intolérance et notamment le racisme, la xénophobie, l'homophobie et le sexisme », a insisté le chef de l'Etat sud-africain.

« Nous appelons au calme et à la fin des violences, et nous condamnons les attaques avec la plus grande fermeté. Nous souhaitons réitérer ici que les Sud-africains, dans leur ensemble, ne sont pas xénophobes. S'ils étaient xénophobes, nous n'aurions pas un nombre aussi élevé d'étrangers qui vivent ici et qui sont très bien intégrés dans nos communautés. Certains étrangers, c'est vrai, ont été arrêtés pour avoir commis des crimes divers, mais on ne peut laisser dire qu'ils sont tous criminels. De nombreux étrangers sont venus ici armés de compétences rares et précieuses, et elles participent au développement de notre économie. Ces étrangers, s'ils souhaitent rester ici, sont les bienvenus. D'autres sont venus en Afrique du Sud en tant que réfugiés après avoir fui des conflits et des guerres dans leurs pays, de la même manière que des sud-africains, à une époque, ont quitté ce pays pour d'autres pays de l'Afrique et d'ailleurs, et ils ont été traités avec respect, dignité et générosité par nos frères et s?urs dans le reste du continent », a ajouté Jacob Zuma.

Pression de l'Union Africaine

La Présidente de la Commission de l'Union africaine, Dr Nkosazana Dlamini Zuma, a qualifié d'« inacceptables » les agressions commises sur des ressortissants étrangers dans la province du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud et a demandé un arrêt immédiat de telles agressions, tout en exprimant encore une fois sa profonde préoccupation à l'égard de tels comportements vis-à-vis des étrangers.

« Quelles que soient les difficultés auxquelles nous sommes confrontés, aucune circonstance ne justifie de telles agressions sur des personnes, qu'il s'agisse d'étrangers ou de nationaux. Cela est inacceptable » a-t-elle déploré.

La Présidente de la Commission de l'Union africaine a dénoncé ces incidents comme étant particulièrement malheureux, alors qu'approchent les célébrations du mois de l'Afrique.

« Le 25 mai, nous célèbrerons la fondation de l'Organisation de l'Unité Africaine, qui a joué un rôle si primordial dans la mobilisation de la solidarité internationale pour mettre fin à l'Apartheid » a-t-elle ajouté. « Les difficultés que connaît l'Afrique du Sud, notamment la pauvreté et le chômage, sont celles rencontrées par tous les pays du continent et nous devons collaborer pour y faire face et construire un meilleur avenir pour tous les Africains ».

« Je comprends la frustration des gens dans les townships et la jalousie envers les commerçants étrangers, mais la violence n'est pas une solution. Nelson Mandela se retournerait dans sa tombe s'il nous voyait », disait à RFI une jeune femme d'environ 30 ans, participante à la marche de soutien aux étrangers organisée dans les rues de Durban aujourd'hui. Environ 5.000 personnes y étaient présentes.

Richard Simonnet (www.lepetitjournal.com/johannesbourg.htmlvendredi 17 avril 2015

 

lepetitjournal.com johannesbourg
Publié le 16 avril 2015, mis à jour le 19 avril 2015

Sujets du moment

Flash infos