Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Trois étudiants français en échange universitaire à Jakarta

Par BINUS UNIVERSITY | Publié le 05/11/2017 à 23:30 | Mis à jour le 07/11/2017 à 05:34
Photo : 3 étudiants français en échange universitaire à Binus University
Binus university_jakarta_echanges universitaires

Il est bien loin le temps où les échanges universitaires se limitaient à l’Allemagne, l’Angleterre et l’Espagne pour le étudiants français en recherche d’exotisme. 

Mondialisation oblige, les universités du monde entier mettent en place des programmes d’échange pour attirer toujours plus d’étudiants étrangers et offrir à leurs élèves de nouvelles expériences sur les 5 continents. Binus University qui comptent 32.000 élèves reçoit chaque année 450 jeunes gens de 33 nationalités différentes. Dans ce qui pourrait faire penser à la tour de Babel, les Hollandais, les Chinois, les Coréens et les Français sont les plus représentés. Nous nous sommes rendus sur le Anggrek Campus, l’un des 5 campus de Binus University,  pour rencontrer Nicolas, Niels et Martin 3 jeunes Français fraichement débarqués de Marseille et de Dijon. 

À Jakarta depuis 1 mois seulement quelles sont vos 1ères impressions ?

Nicolas, Martin et Niels : Nous avons tout d’abord été choqué par la desorganisation, la surpopulation, l’animation incessante  et la quantité de petits magasins dans toutes les rues. Les inégalités sont aussi beaucoup plus marquées qu’en France. On le ressent particulièrement quand on croise à la sortie des grands malls très luxueux où les prix sont plus élevés que chez nous, des vendeurs de street food qui proposent un plat pour Rp 10.000. 

Nous sommes aussi surpris par le calme des Indonésiens aux heures de pointe dans le trafic. On dirait qu’ils ont l’habitude, qu’ils vivent depuis toujours avec cette circulation et qu’il serait mal vu de s’énerver. Ce doit être culturel, religieux ou spirituel. On a l’impression que la délinquance ne fait pas partie de leur culture, nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité dans les rues de Jakarta. 

Nous avons aussi remarqué que les Indonésiens sont très pratiquants car il y a quantité de petites mosquées un peu partout et l’appel à la prière est très sonore. On voit d’ailleurs beaucoup de petites filles voilées. 

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier à Binus University ?

Nicolas et Martin : nous sommes étudiants en Master 2 à la Kedge Business School de Marseille en Business Management. Nous avons pu choisir notre destination en fonction de notre classement au TOEFL . Nous avions le choix entre l’Inde, la Chine, la Corée et l’Indonésie. Nous avons préféré partir à la découverte de Jakarta et Binus nous a paru être la meilleure option pour 2 raisons. L’université accueille un grand nombre d’étudiants de toutes nationalités ce qui nous permet de vivre une véritable expérience multi-culturelle. De plus Binus met à notre disposition une résidence à proximité de la fac qui héberge 2000 élèves Indonésiens et étrangers. Autant dire qu’il est facile de se faire des amis. 

Niels : j’arrive de la Burgundy School of Business de Dijon. Je ne voulais pas rester en Europe pour mon semestre à l’étranger et l’Asie m’attirait beaucoup. J’ai donc choisi Jakarta pour le dépaysement et pour la proximité de Bali. 

Qu’attendez-vous devoir séjour ?

Niels :  C’est mon 1er voyage en Asie et je veux en profiter pour visiter Bali et pourquoi pas la Thaïlande. Pour l’instant j’ai déjà découvert les 1000 îles à l’occasion d’une escapade proposée et organisée par Binus pour les nouveaux arrivants. L’activité au port de Ancol est assez surprenante comme dans toute la ville du reste mais passé la surprise des 1ers jours je finis par trouver un certain charme dans ce désordre.

En venant étudier à Binus University je voulais sortir de ma zone de confort et découvrir une grande ville d’Asie pleine de motos. Pour l’instant je ne suis pas déçu !

Propos recueillis par Lucie Pech

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.